site peplums
 
logo peplums

Alexandre
(Oliver Stone, GB-Fr-AL, 2004)

11. Fiche technique

 

 

Pages précédentes :

1. Un film historico-hagiographique ?

2. Un «biopic» intimiste

3. Le réalisateur et son héros : une alchimie

4. Un projet de société ?

5. Hephæstion

6. Politique contemporaine

7. La reconstitution

8. Personnages (à paraître)

9. Alexandre le Grand à l'écran

10. Bibliographie

Sur cette page :

11. Fiche technique

Fiche artistique
Distribution
Notes
Discographie
Vidéographie
Bibliographie

Dossiers historiques
Synopsis
Critiques

Page suivante :

12. Chronologie

 

11. Fiche technique

alexandre au desert

Aristote s'est-il trompé ?
Le monde serait-il plus vaste et plus surprenant qu'il ne croyait ? (phot. Intermedia).

 

Alexandre
GB - FR - AL, 2004
t.o. Alexander

Prod. : Pathé & Intermedia Films, en assoc. avec France 2 Cinema, France 3 Cinema et Banque Populaire Images 4. Avec la particip. de Canal+ - Une production Morits Borman, en assoc. avec IMF / Coul. / Digital Sound DTS - Dolby Digital / 170'

Fiche technique
Réal. : Oliver STONE; Scén. : Oliver STONE, Christopher KYLE & Laeta KALOGRIDIS; Images : Rodrigo PRIETO; Prod. : Moritz BORMAN (producer), Jon KILIK (producer), Aslan NADERY (executive producer : IMF), Gianni NUNNARI (co-executive producer), Volker SCHAUZ (executive producer : IMF), Thomas SCHÜHLY (producer), Iain SMITH (producer), Oliver STONE (producer), Fernando SULICHIN (co-executive producer); Montage : Yann HERVÉ, Gladys JOUJOU, Alex MARQUEZ, Thomas J. NORDBERG; Casting : Mark BENNETT, Billy HOPKINS, Lucinda SYSON; Prod. Design : Jan ROELFS; Art Direction : Desmond CROWE, James LEWIS, Kevin PHIPPS (senior art director), Stuart ROSE; Décors : Jim ERICKSON; Costume Design : Jenny BEAVAN. - Makeup Department : Jan ARCHIBALD (chief hair designer), Brian BEST (special makeup effects artist), Anita BURGER (hair stylist), Stuart CONRAN (special makeup effects artist), Paul GOOCH (makeup artist), Peter HAWKINS (special makeup effects artist), Michael KREHL (crowd makeup artist), Waldo MASON (special makeup effects artist), Steve PAINTER (special makeup effects supervisor), Nikita RAE (makeup artist), Petra SCHAUMANN (crowd hair), Lesley SMITH (hair stylist), Lesley SMITH (makeup artist), Barbara TAYLOR (hair stylist), Jeremy WOODHEAD (makeup designer). - Production Management : Karim ABOUOBAYD (production manager Maroc), Sarah BRADSHAW (unit production manager), Jonathan HOOK (unit manager), Cindy IRVING (production manager), Angus More GORDON (production manager), Piya PESTONJI (production manager Thaïlande), Malcolm SCERRI-FERRANTE (production manager 2nd unit Malte), Michael SHARP (production manager Thaïlande). - Second Unit Director or Assistant Director : Tarik Ait Ben ALI (3rd assistant director Maroc), Peter BENNETT (1st assistant director 2nd unit), Tom BREWSTER (3rd assistant director 2nd unit), Darwin BROOKS (3rd assistant director), Ali CHERKAOUI (key 2nd assistant director Maroc), Dale DYE (2nd unit director), Yann Marie FAGET (2nd second assistant director Maroc), Richard GOODWIN (co-2nd assistant director), Sallie Anne HARD (2nd assistant director 2nd unit), Ahmed HATIMI (1st assistant director Maroc), Zinedine Ibnou JABAL (2nd assistant director Maroc), Alex OAKLEY (1st assistant director aerial unit), Gary POWELL (action unit director Thaïlande), Michael STEVENSON (2nd assistant director), Adrian TOYNTON (2nd assistant director), Simon WARNOCK (1st assistant director). - Art Department : Martin ASBURY (storyboard artist), David BALFOUR (property master), Alice BIDDLE (draughtsperson), Julian CALDOW (concept illustrator/storyboard artist), Antonio CALVO-DOMINGUEZ (junior draughtsman), Claudio CAMPANA (assistant art director), Dominic CAPON (production buyer), Tristan CARLISLE-KITZ (props), Gary CLARK (painter), Robert J. DUGDALE (assistant scenic artist), Saida ELIDRISSI (art department assistant), Andy EVANS (construction coordinator), Dan FRYE (props mould-maker), Katie GABRIEL (art department co-ordinator), Heidi GIBB (draughtsman), Christian HUBAND (assistant art director), Nicky KAILL (scenic artist), Jason KNOX-JOHNSTON (assistant art director : action vehicles), Jonathan MCKINSTRY (supervising art director), Sophie NEWMAN (assistant set decorator), Tom STILL (assistant art director), Lotta WOLGERS (set designer). - Sound Department : Vincent ARNARDI (sound re-recording mixer), Frédéric ATTAL (sound editor), Selim AZZAZI (sound editor), Damien BERA (sound recordist), Julien BOURDEAU (assistant sound editor), Nicolas BOURGEOIS (sound technical assistant), Katia BOUTIN (supervising dialogue editor), Samuel COHEN (boom operator), Vincent COSSON (sound technical assistant), Capucine COURAU (assistant dialogue editor), Gurwal COÏC-GALLAS (assistant sound editor), Chris DAVID (sound re-recording mixer), Anne DELACOUR (dialogue editor), Iain EYRE (ADR editor), Chris FITZGERALD (ADR recordist), Alek GOOSSE (sound re-recording mixer), Jean GOUDIER (supervising sound editor), Katie HARRIS (sound trainee), Alistair HAWKINS (assistant ADR editor), Sylvain MALBRANT (assistant dialogue editor), Paul MASSEY (sound re-recording mixer), Vincent MONTROBERT (sound editor), Jean-Paul MUGEL (production sound mixer), Julien PEREZ (sound recordist), Wylie STATEMAN (supervising sound editor), Greg STEELE (ADR mixer), Bruno TARRIÈRE (sound re-recording mixer), Camille TOUBKIS (assistant sound editor), Yannick VERGNE (assistant sound re-recording mixer), Ken YASUMOTO (sound designer), Phillip Mark FREUDENFELD (sound studio technician (non-crédité)), Special Effects : Kassou ABDELALI (scanning and recording), Christophe BELENA (scanning and recording), Terence J. COX (special effects set supervisor), Peter FERN (senior technician), Tina LIN (scanning and recording), Peter NORCLIFFE (costume props : ROBERT ALLSOPP & ASSOCIATES), Visual Effects : Aurelia ABATE (visual effects producer : BUF), Chadi ABO (digital effects artist), Nicolas AITHADI (CG supervisor : MPC), Nicolas AITHADI (on-set supervisor : MPC), Louise BAKER (pre-visualization artist), Laetitia BEAUJARD (visual effects coordinator), Xavier BEC (research and development director : BUF), Graham BELL (motion capture assistant : MPC), Karine BINAUX (visual effects coordinator : BUF), Paul BIRKETT (roto artist), Nicolas BONNELL (production supervisor : Paris, BUF), Lucie BORIES (digital compositor), Andre BRIZARD (digital compositor : MPC), Jérémie BRUDIEUX (Alexandria sequence supervisor : BUF), Pierre BUFFIN (visual effects : BUF), Astrid BUSSER-CASAS (digital compositor), Jordi CARDUS (lead technical director : MPC), Olivier CAUWET (Babylon sequence supervisor : BUF), Stephane CERETTI (visual effects supervisor : BUF), Mehdi CHERIF (additional onset supervisor : video motion capture, BUF), Nicolas CHEVALLIER (Alexandria co-sequence supervisor : BUF), Terry CLOTIAUX (visual effects producer), Danielle COSTA (visual effects coordinator), Robin L. D'ARCY (visual effects producer), Yann De CADOUDAL (matte and roto supervisor : BUF), Jean-Claude DEGUARA (animator : MPC), Valerie DELAHAYE (production supervisor : Los Angeles, BUF), Boris DORES (software engineer : research and development), Martyn DRAKE (systems : MPC), Sébastien DROUIN (visual effects supervisor : BUF), Olivier DUMONT (Pella sequence supervisor : BUF), Olivier DUMONT (on set supervisor : BUF), Laurens EHRMANN (Hindu Kush sequence supervisor : BUF), Ron FRANKEL (previsualisation supervisor), Nicolas GALAN (software engineer : research and development), Sophie GATEAU (digital artist : BUF), Anne E. HALL (lighting technical director), Isabelle HAULIN (software engineer : research and development), Robin HOLLANDER (digital compositor), Rudi HOLZAPFEL (visual effects supervisor : MPC), Alexandra HOUILLON (additionnal visual effects plates coordinator : BUF), Pete HOWLETT (roto/prep artist), Suzanne JANDU (digital compositor), Rovela JEAN-PAUL (lead lighting technical director : MPC), Barry KANE (rendering technical director : MPC), Aurelie LAJOUX (digital compositor), Kirsty LAMB (digital compositor), Sebastien Le NEVE (digital artist), Rich LEE (previsualization supervisor), Gary MARSHALL (motion capture assistant : MPC), Christoph MATTHIESEN (digital artist), David MAYHEW (matchmover : MPC), Alasdair MCNEILL (digital artist), Fabien MICALLEF (software engineer : research and development), Ian MURRAY (visual effects coordinator), Stephane NAZE (Gaugamela aerial shots supervisor : BUF), Isaac PARTOUCHE (motion capture supervisor : MPC), Alexis PERASTE (digital artist), Glen PRATT (digital compositor), Olivier PRON (animation supervisor : BUF), Clement RAMBACH (software engineer : research and development), Caroline RIVIÈRE (visual effects coordinator : BUF), Lucas SALTON (digital artist : BUF), David SANTINI (additional onset supervisor : video motion capture, BUF), John SCHEELE (visual effects supervisor), Eduardo «Lalo» SCHMIDEK (digital artist : MPC), David SWIFT (texture artist : MPC), Kat SZUMINSKA (compositing supervisor : MPC), Giuseppe TAGLIAVINI (digital compositor : MPC), Giuseppe TAGLIAVINI (roto/prep supervisor : MPC), Andy TAYLOR (visual effects coordinator), Hervé THERON (software engineer : research and development), Gregory TOURNIER (visual effects coordinator : BUF), Daniel TRUJILLO (digital artist), Christophe VERSPIEREN (software engineer : research and development), Dominique VIDAL (Gaugamela sequence supervisor : BUF), Giuliano Dionisio VIGANO' (digital compositor), Ryusuke VILLEMIN (software engineer : research and development), Jean-Marc van RIJSWICK (digital artist : BUF), Denise BALLANTYNE (visual effects consultant (non-crédité)), Sian LAWSON (biomechanist (non-crédité). - Cascades : Luis Miguel ARRANZ [= Luis Miguel VILLAREAL ARRANZ (cascades), Nicola BERWICK [= Nikki BERWICK] (maître d'armes), Sean BUTTON (cascades), Ryan CAREY (cascades), Rodney COOK (cascades), Ben COOKE (cascades), Ben DIMMOCK (cascades), Levan DORAN (cascades), Steve DRAGE (cascades), Rick [Ricky] ENGLISH (cascades), Glenn FOSTER (cascades), Pedro García GARCÍA [= Pedro Luis GARCIA GARCIA] (cascades), Mark HENSON [= Franklin HENSON] (assistant stunt coordinator), Lou HORVATH (cascades), Jason HUNJAN (cascades), Rowley IRLAM (doublure Colin Farrell), Seng KAWEE (cascades), Luke KEARNEY (cascades), Theo KYPRI (cascades), Michael Ian LAMBERT [= Mike LAMBERT] (cascades), Maurice LEE (cascades), Luis Miguel ARRANZ LOSA (cascades), Inocencio LOSADA [= Innocencio LOSADA SILVA] (cascades), Philippe LOSSON (cascades), Antonio MARSH (cascades), Juan Manuel Cabrera PASCUAL (cascades), Gary POWELL (stunt coordinator), Joel [Joël] PROUST (cascades), Angelo RAGUSA (cascades), Gabriele RAGUSA (cascades), Florian ROBIN (cascades), Mark ROUNDTHWAITE (cascades), Campbell ROUSSELLE (cascades), Luis Manuel GUTIERREZ SANTOS (cascades), Paul SHAPCOTT (cascades), José Antonio ONA SÁNCHEZ (cascades), Stuart THORP (cascades), David WARE (cascades), Freddie Joe FARNSWORTH (doublure cascades (non-crédité)), Smiljevic IGOR (stunt fighter (non-crédité)). - Divers : Rene ADEFARASIN (assistant camera), Jeanette AGARONOFF (production assistant), Phyl ALLARIE (assistant production coordinator), Tom BATCHELOR (assistant to managing director : Intermedia), Brian BAVERSTOCK (transportation manager), Mona BENJAMIN (production coordinator Maroc), Nicola BERWICK (sword master), Charles BODYCOMB (armorer), Adrian Borg GHIGO (camera car assistant), Simon BRINDLE (supervising principal armourer), Sarah BROOK (assistant accountant), Julie BROWN (script supervisor : 2nd unit), Billy BUDD (military advisor), Jaap BUITENDIJK (still photographer), Al BURGESS (production manager Maroc), Budd CARR (music supervisor), Donna CASEY (assistant accountant), Katharine CHADWICK (production assistant Maroc), Usha CHAMAN (assistant production coordinator Maroc), Catherine CHARLTON (dialogue coach), Cyril CONTEJEAN (post-production supervisor), Clare CUNNINGHAM (assistant accountant), Charles CURRIER (military advisor), Damien DELANEY (assistant to choreographer), Arthur DUNNE (transportation coordinator), Dale DYE (senior military advisor), Stephanie DÖLKER (contact Londres), Louis ELMAN (ADR voice casting), Charlie ENGLAND (assistant camera), Dave EVANS (designer : principle weapons), Dave EVANS (key armorer), Freddie Joe FARNSWORTH (military advisor), Chantal FEGHALI (post-production supervisor), Peter FIELD (camera operator : 2nd unit), Sue FIELD (script supervisor), Steve FLETCHER (on-set tutor), Duncan FLOWER (assistant location manager), Tom FORBES (production assistant), Olivier FORTIN (assistant camera), Robin Lane FOX (historical advisor), John GAMBLE (1st assistant camera), Corey GARNETT (post-production technology consultant), Rebecca GATRELL (music coordinator Grande-Bretagne), Piers GIELGUD (choreographer), Suzanne GIELGUD (casting : dancers), Simone GOODRIDGE (key production coordinator), Eugene GROBLER (electrician), Carolyn HALL (financial controller), John HIGGINS (gaffer), David HOUSE (stand-in), W.C. «Chunky» HUSE (key grip : 2nd unit), Victor JENKINS (casting runner), Dylan JONES (video assistant), Emily LASCELLES (production coordinator Thaïlande), Deborah LEAKEY (assistant accountant), Gilbert LECLUYSE (additional camera operator), Matt LOPEZ-DIAS (grip), Chaz LYON (assistant camera), Laird MACINTOSH (military advisor), Simon MARSDEN (location manager Maroc), John MARZANO (aerial director of photography), Eduardo Enrique MAYÉN (photographic pre-visualisation), Christian MCWILLIAMS (location manager), Dean MORRISH (assistant camera), Chris NORMAN (assistant accountant), Berenice PERCIVAL (casting assistant), Reg POERSCOUT-EDGERTON (casting runner), Andrew PYKE (construction accountant), Sylvia PYKE (assistant : Mr. Smith), George RICHMOND (camera operator : «A» camera), George RICHMOND (steadicam operator), Jonathan «Chunky» RICHMOND (1st assistant camera : «A» camera), Julia Dewey RUPKALVIS (military advisor : weapons master), Simona SERAFINI (location scout), Michael SHARP (location manager), Sarah SHEPHERD (textile artist), David SINFIELD (electrician), Michael SINGER (publicist), Joanna SLENNETT (assistant production coordinator), Joanna SLENNETT (production coordinator), Gary SMITH (grip), Mike STOKEY (key military advisor), Sarah TROWSE (production accountant Thaïlande), Lupt UTAMA (costume assistant Thaïlande), Mahaut VIDAL (production coordinator), Tom WALLER (editing department production assistant), Martin WARD (video playback operator), Ben WILSON (1st assistant camera), Marc WOLFF (pilot : camera helicopter), Michael J. HARKER (completion bond company representative (non-crédité)); Musique : VANGELIS [Vangelis PAPATHANASIOU].

Fiche artistique
Colin FARRELL (Alexandre le Grand) - Jared LETO (Hephæstion) - Anthony HOPKINS (Ptolémée, âgé) - Rosario DAWSON (Roxane) - Angelina JOLIE (Olympias) - Jonathan RHYS-MEYERS (Cassandre) - Val KILMER (Philippe) - Ian BEATTIE (Antigone) - Brian BLESSED (entraîneur lutte) - Elliot COWAN (Ptolémée, jeune) - Rory McCANN (Cratère) - Joseph MORGAN (Philotas) - Connor PAOLO (Alexandre, jeune) - Erol SANDER (prince perse) - Stéphane FERRARA (commandant bactrien) - David BEDELLA (Cadmos, scribe) - Jessie KAMM (Alexandre, enfant) - Fiona O'SHAUGHNESSY (nourrice) - Patrick CARROLL (Hephæstion, jeune) - Peter WILLIAMSON (Néarque, jeune) - Morgan Christopher FERRIS (Cassandre, jeune) - Robert EARLEY (Ptolémée, jeune) - Aleczander GORDON (Perdiccas, jeune) - Christopher PLUMMER (Aristote) - Gary STRETCH (Cleitos) - John KAVANAGH (Parménion) - Nick DUNNING (Attale) - Marie MEYER (Eurydice) - Mick LALLY (marchand de chevaux) - Denis CONWAY (Néarque) - Neil JACKSON (Perdiccas) - Garrett LOMBARD (Leonnatos) - Chris ABERDEIN (Polyperchon) - Michael DIXON (soldat au feu de camp) - Tim PIGOTT-SMITH (augure) - Raz DEGAN (Darius) - Tadhg MURPHY (soldat mourant) - Jean Le DUC (gros eunuque) - Francisco BOSCH (Bagoas) - Annelise HESME (Stateira) - Tsouli MOHAMMED (chambellan perse) - Toby KEBBELL (Pausanias) - Laird MACINTOSH (officier grec) - Rab AFFLECK (écuyer d'Attale) - Féodor ATKINE (père de Roxane) - Harry KENT (porteur de coupe 1) - Sam GREEN (porteur de coupe 2) - Bin BUNLUERIT (roi indien) - Jaran NGAMDEE (prince indien) - Brian McGRATH (médecin) - Suzanne BULLOCK (danseur Roxane 1) - Kate ELOUISE (danseur Roxane 2) - Gillian GRUEBER (danseur Roxane 3) - Michelle LUKES (danseur Roxane 4) - Anjali MEHRA (danseur Roxane 5) - Anthony Jean Marie KURT (danseur Bagoas 1) - Marta BARAHONA (danseur Bagoas 2) - Monica ZAMORA (danseur Bagoas 3) - Benny MASLOV (danseur Bagoas 4) - Tania MATOS (danseur Bagoas 5) - Leighton MORRISON (danseur Bagoas 6) - Isaac MULLINS (danseur Bagoas 7) - Monica PEREGO (danseur Bagoas 8) - Matthew POWELL (danseur Bagoas 9).

DISTRIBUTION
EU/ Sortie aux Etats-Unis : 24 novembre 2004
FR/ Pathé, sortie en France : 5 janvier 2005 (349 salles)
BE/ Alternative, sortie en Belgique : 5 janvier 2005

NOTES
Coût : 150 millions de dollars.
Durée du tournage : plus de cinq mois.
Les jardins suspendus de Babylone, la bibliothèque d'Alexandrie, le palais de Darius ont été reconstitués sur quatre studios de Pinewood et un de Shepperton (Londres).
Extérieurs filmés dans les environs de Marrakech (la «Macédoine» à Essaouira) au Maroc. La «bataille des éléphants» à Saraburi dans la province d'Ubon Ratchathani, un parc botanique thaïlandais sur le Mékong, en Thaïlande, près de la frontière birmane. Images de fond filmées dans l'Himalaya par Rodrigo Prieto. A Malte, le port d'Alexandrie et son célèbre phare.
Eléments de décors (colonnes, mosaïques), fabriqués à Essaouira (Maroc) : 20.000 costumes, 3.000 épées, 3.000 boucliers, 4.000 arcs...

DISCOGRAPHIE
CD : VANGELIS, Alexander, Sony, réf. SK 92942 (Total Time : 56'23").
1. Introduction (1'32"); 2. Young Alexander (1'36"); 3. Titans (3'59"); 4. The Drums of Gaugamela (5'20"); 5. One Morning at Pella (2'11"); 6. Roxane's Dance (3'25"); 7. Eastern Path (2'58"); 8. Gardens of Delight (5'24"); 9. Roxane's Veil (4'40"); 10. Bagoas' Dance (2'29"); 11. The Charge (1'41"); 12. Preparation (1'42"); 13. Across the Mountains (4'12"); 14. Chant (1'38"); 15. Immortality (3'18"); 16. Dream of Babylon (2'41"); 17. Eternal Alexander (4'37"); 18. Tender Memories (2'59).

«Roxane's Veil» featuring VANESSA-MAE, violin. Vocals on «Roxane's Veil» by Konstantinos PALIATSARAS and Irina VALENTINOVA-KARPOUCHINA. Vocals on «Gardens of Delight» by Irina VALENTINOVA-KARPOUCHINA. Vocals on «The Drums of Gaugamela» by EPIRUS POLYPHONIC ENSEMBLE. Harp : Maria BILDEA - Duduk on «Eastern Path» by Vahan GALSTIAN. Assistant Producer : Frederick ROUSSEAU - Orchestrations : Nic RAINE. Mixed by Philippe COLONNA - Electronic Instruments Programmer : Vangelis SAITIS. Music Transcriptions : Irina VALENTINOVA-KARPOUCHINA. Music Production Consultant : Chantal FEGHALI. Orchestral Score and Choir Performed and Recorded at the STUDIO GUILLAUME TELL in Paris. Conducted by Nic RAINE - First violin : Dominique LEMONNIER. Orchestra Contractor : Christophe BRIQUET - Assistant Contractor Alexane ALVES DE SOUZA. Sound Engineers : Philippe COLONNA, Frederick ROUSSEAU, Vangelis SAITIS, Stephane BRIAND. Assistant Sound Engineer : Pierre BRIEN. Copyist : Vic FRASER. Bell Sample : ARSIS / ERDENKLANG MUSLKVERLAG.

Music Supervisor: Budd CARR. Music Executive: Joel SILL. Music Coordinator: Christina KLINE. Art Direction and Design: Roxanne SLIMAK / Detchapat ARTTASAN - Vangelis Photography: Stathis ZALIDIS.

© 2004 Sony BMG Music Entertainment / (p) 2004 Sony BMG Music Entertainment / «Sony Classical» are Trademarks of Sony Corporation. Alexander and Elements and Characters Thereof (™) & © 2004 IMF3. All Rights Reserved. Alexander film footage courtesy of Intermedia Film Distribution, Inc. Software © 2004 Ubisoft Entertainment. All Rights Reserved. IMF3 Name and Logo (™) & © 2004 IMF3. Intermedia Name and Logo (™). Ubisoft and the Ubisoft Logo are trademarks of Ubisoft Entertainment in the U.S. and/or Other Countries. Developed by GSC Game World.

 
alexander - BO
 
alexandre - livre souvenir alexander - making of

La BO (CD) - le livre-souvenir - le making-of (Robin Lane FOX, The Making of Alexander [The official guide to the epic film Alexander - Foreword by director Oliver Stone])

VIDÉOGRAPHIE
CD-Rom : Alexandre, un jeu Ubisoft. Lead Alexander's Troops to Victory with the ALEXANDER (Tm) PC CD-ROM Game from Ubisoft. Available now ! Find out more at Ubi.Com

Site officiel : www.alexandre-lefilm.com

BIBLIOGRAPHIE
Jean-Pierre LAVOIGNAT (photos Luc ROUX), «Avec Oliver Stone et Colin Farrell, dans le palais d'Alexandre le Grand», Studio, Spécial n 200, avril 2004, pp. 90-97; «Carnet de tournage», Juliette MICHAUD, «Colin Farrell - L'aventure d'Alexandre. Interview exclusive du jeune héros d'Oliver Stone. Le récit d'un projet fou», Studio, n 207, décembre 2004, pp. 72-83; Jean-Paul CHAILLET, «Colin Farrell la Quête du Grand» [interview], Christophe CHADEFAUD, «Macédoine indigeste», Gwen DOUQUET [interview Oliver Stone], Philippe PAUMIER, «Glandeur et décadence», Ciné-Live, n 86, janvier 2005, pp. 31-39, 45; Daniel DE BELIE (avec Delphine ROUSSEAU-PELSENEER à Hollywood), Ciné-TéléRevue, n 53, 30 décembre 2004; Alain BIELIK, «Alexandre», Robin LYNCH, «Oliver Stone, réalisateur, producteur, scénariste» [interview], Le cinéma S.F.X., n 113, décembre 2004-janvier 2005, pp. 16-23; Didier STIERS, «Alexandre le Grand, l'homme qui devait être roi» [interview Oliver Stone], Le Soir (Bruxelles), mercredi 5 janvier 2005, p. 4/Mad; Alain LORFÈVRE, «Mosaïque : Alexandre le malheureux» et «Franc-tireur : Oliver Stone, le conquérant solitaire» [interview Oliver Stone], Paul VAUTE, «Que l'empire est beau sous la république», La Libre Belgique, mercredi 5 janvier 2005; Frédéric VANDECASSERIE, «Alexandre le Grand. La statue de Stone» [interview Oliver Stone] et Paulette NANDRIN, «Le mystère Alexandre», Télé-Moustique, n 4119, 5 janvier 2005, pp. 22-24 et 148; Frank ROUSSEAU, «J'attends le jour où l'on organisera un sondage pour désigner la femme la plus intelligente du monde» [interview d'Angelina Jolie], Ciné-TéléRevue, n 1, 6 janvier 2005, pp. 20-23; Frank ROUSSEAU, «A l'époque d'Alexandre, il n'y avait pas autant de tabous» [interview de Colin Farrell], Ciné-TéléRevue, n 2, 13 janvier 2005, pp. 26-27; «Comment ça marche - Les acteurs d'Alexandre, le péplum d'Oliver Stone, ont subi un entraînement commando. Un ancien «marine» (1) s'est occupé d'eux. Il raconte...», Première, n 335, janvier 2005.

Dossiers historiques
Sébastien LAPAQUE (phot. Eric MARTIN), «Nos séries de l'été : Alexandre», Le Figaro magazine, de juin à août 2004 [série de reportages sur les conquêtes d'Alexandre]; Théophile MONNIER, «Alexandre le Grand. Entre mythe et réalité» et Philippe RICHARDOT, «Les stratégies d'Alexandre», «Les campagnes», «L'armée d'Alexandre», Champs de bataille (Histoire militaire, stratégie & analyse), n 4, novembre-décembre 2004, pp. 6-40; François QUENIN, «Le dernier Grec de la civilisation hellénique» (interview O. Stone), Alexandre GRANDAZZI, «Maître du Monde à 33 ans», Jean MALYE, «L'enfance d'un chef», A. GRANDAZZI, «Raid en Orient», Richard LEBEAU, «Alexandrie, le répit du guerrier», Pierre BRIANT, «A la poursuite de Darius», Pascal CHARVET, «Le conquérant vaincu par ses troupes», Paul FAURE, «Mort du héros», Historia, n 697, janvier 2005, pp. 6-7, 46-72.

Synopsis

A Babylone, Alexandre agonise, entouré de ses officiers qui le pressent de nommer qui doit lui succéder. Il retire sa bague, mais elle lui échappe et tombe sur le sol... Quarante ans plus tard, Ptolémée dicte ses Mémoires à son secrétaire Cadmos.
Dans ses appartements à Pella, capitale de la Macédoine, Olympias la «Sorcière» familiarise son jeune fils de quatre ans, Alexandre au contact de ses serpents familiers. Philippe, ivre, entre et force Olympias sous les yeux du petit Alexandre.
Huit ans plus tard. A la palestre, les jeunes gens s'entraînent à la lutte. Alexandre (12 ans) et son ami Hephæstion se mesurent, et c'est le jeune prince qui touche le sol de ses épaules. Ils suivent les leçons du philosophe Aristote, qui disserte de la politique - «Les Perses, de race inférieure, contrôlent les deux tiers du monde connu.» De ses conceptions cosmographiques, aussi - «le Nil serait en contact avec l'Océan extérieur». De la morale - l'amour d'Achille et de Patrocle, où l'éloge de la pédérastie bien comprise... Un marchand de chevaux vient proposer au roi Philippe un superbe étalon noir, particulièrement intraitable. Seul Alexandre, qui a compris que la pauvre bête avait surtout peur... de son ombre, réussit à le dompter et le nomme «Bucéphale».
Un jour, son père lui fait visiter les couloirs d'un ancien palais abandonné, décoré de fresques représentant les héros des mythes : Achille («la gloire ne va pas sans la souffrance»), Prométhée (le foie dévoré), Œdipe (les yeux crevés), Médée (la matricide : «Il n'est jamais facile d'échapper à sa mère, Alexandre. Méfie-toi des femmes, pires que les hommes»), Hercule («Un roi apprend à faire du mal à ceux qu'il aime»).
La vie d'Alexandre s'écoule entre sa mère possessive et un père souvent distant, que pourtant l'enfant admire. Un jour, Philippe épouse Eurydice, la nièce d'Attale. Rancœur d'Olympias. Alexandre est très partagé dans ses sentiments... Au cours du banquet (2) où se scelle l'alliance des Grecs et des Macédoniens, Alexandre se querelle avec son père ivre, qui ne tient plus debout : «Bâtard !... je t'exile [toi et ta mère]

Retour sur le narrateur Ptolémée, qui conclut : Philippe fut assassiné, et Alexandre roi à 20 ans. Alexandre rasa Thèbes (et plus tard Gaza, Persépolis). A 21 ans, il envahit l'Asie avec 40.000 hommes. En Egypte, il fut couronné Pharaon. Puis ce fut Gaugamèle...

... La bataille de Gaugamèle : 40.000 Macédoniens s'apprêtent à affronter 250.000 Perses, mais la victoire devrait leur ouvrir la route vers Babylone, une des capitales de l'Empire achéménide. Les troupes se rassemblent. Ce n'est plus un simple raid de représailles et de pillage, mais une guerre de conquête que maintenant poursuit le jeune roi de Macédoine, lequel désormais considère l'Asie comme sa propriété. «Mais ne comprends-tu pas, Parménion, que Babylone est mon nouveau pays ?»
A ses soldats, il affirme : «Ce sont les Perses qui ont payé Pausanias pour assassiner votre roi Philippe.» La soirée se passe en préparatifs en vue de l'affrontement du lendemain. Alexandre expose ses plans à ses officiers. Face à l'imposante armée ennemie dont la vue ne réussit pas à démonter Alexandre, Cleitos ne peut s'empêcher une réflexion : «Par les chaînes d'Hadès, il a des couilles, mes amis. (...) Ce soir nous souperons chez Hadès (3) Alexandre à son ami Hephæstion : «Patrocle est mort le premier. Je te vengerais, Hephæstion [si tu venais à mourir]

La phalange est allignée dans la plaine. Les troupes qui se mettent en place soulèvent des tourbillons de poussière. Un taureau est sacrifié, et Alexandre est éclaboussé de son sang. La tension monte. Tambours (4). Alexandre encourage individuellement ses vétérans : Néoptolème qui se fit remarquer au siège de Tyr, Dexippos aux jeux olympiques, Timandre fils de Ménandre, dont le frère Adaios fut tué au siège d'Halicarnasse ! Un aigle survole le champ de bataille (son œil situe le point de vue les images aériennes). Retour sur le discours d'Alexandre à ses vétérans : «Ils ont payé les meurtriers de mon père.» Et il rappelle que cette bataille est celle livrée par une race d'esclaves contre des Macédoniens libres ! («Conquérez votre peur et je vous promets que vous conquérez la mort !»)

La peur des hommes avant la bataille est autant perceptible que leur résolution. «Quand on vous demandera : «Où avez-vous combattu si bravement ?», vous répondrez : «J'y étais, à Gaugamèle» (5) Et la bataille commence. Les chars perses se ruent sur les sarisses de la phalange dont les rangs s'entrouvrent; leurs équipages sont massacrés par les soldats des derniers rangs. Mouvement tournant de la cavalerie macédonienne sur la droite. Cleitos arrache aux Perses Alexandre, encerclé et en mauvaise posture. Volées de flèches sur les phalangites. Parménion est sur le point de fléchir, mais envoie son fils Philotas prévenir Alexandre. Celui-ci, sur le point de s'emparer de la personne du roi, doit choisir : poursuivre celui-ci, ou sauver son armée. Il choisit de sauver l'armée...
Dans l'hôpital de campagne improvisé sur le champ de bataille, le sang ruisselle de partout. Alexandre aide à mourir un soldat illyrien nommé Glaucos (d'un coup de ciseau dans la nuque, un chirurgien abrège son agonie). Alexandre pleure ce soldat.

L'œil de l'aigle survolant le champ de bataille nous ramène au narrateur, Ptolémée. A 25 ans Alexandre était maître de tout. Vainqueurs à Gaugamèle, les Macédoniens entrent dans Babylone. Ces vainqueurs s'étonnent de constater le degré de civilisation des «barbares». Parménion et Alexandre se congratulent : «Nous régnons sur 8.000.000 km_».» Le harem de Darius leur est présenté... Voyant ces sublimes femmes, Léonnatos, l'un des gardes du corps fait une fine allusion à sa camaraderie avec son collègue Lysimaque : «Comment revenir dans les bras de Lysimaque après tout ça ?» Regards croisés d'Alexandre et de l'eunuque Bagoas.
Parmi le harem il y a la femme et les filles de Darius. L'une de celles-ci est Stateira (6), la princesse «aux mille roses». Elle s'adresse directement à Hephæstion, qu'elle a pris pour Alexandre. Amusé, le roi la détrompe aimablement : «Celui-ci aussi est Alexandre.» Puis : «Comment veux-tu être traitée ? - Telle que je suis, en princesse (7)

Olympias écrit à Alexandre : «Oui, elle [Stateira] serait parfaite pour toi ! (...) Ca fait trois mois que tu es à Babylone et que je n'ai pas de nouvelles de toi (...). Pense à toi et à ta mère. Hors Parménion (8), tous te trahissent.» «Fais-moi venir à Babylone.» Doléances et exigences qu'Alexandre commente à Hephæstion : «Forte rançon pour m'avoir abrité dans son ventre pendant neuf mois !» (9).
Le soir dans sa chambre, Alexandre congédie l'eunuque Bagoas : «Je prendrai mon bain seul.» Alexandre constate de plus en plus qu'Aristote se trompait quant à la barbarie de ces peuples, qui soit-disant «copulent en public, réduisent en poudre le crâne des ennemis tués pour les boire, et n'enterrent pas leurs morts...» «Ces peuples veulent que ça change.» Alexandre aspire à libérer les peuples du monde, tel Prométhée, l'ami des humains : «C'est une tâche bien plus grande encore que les exploits d'Achille.»

Hephæstion s'inquiète pour son ami : «N'y a-t-il aucun amour dans ta vie, Alexandre ? (...) N'augmentes-tu pas tes conquêtes pour mettre le plus de distance entre ta mère et toi ?» Réponse d'Alexandre : «Enfant, ma mère me croyait divin, mon père faible. Je n'ai confiance qu'en toi, en ce monde. C'est toi que j'aime en ce monde, Hephæstion. Nul autre !...»

Ptolémée reprend le fil de son récit : «Dans le nord-est de la Perse, Alexandre mena une guérilla de trois ans contre Darius, qu'il traqua jusqu'en Bactriane. Là Darius fut assassiné par des officiers félons, qu'Alexandre entreprit de traquer jusqu'au delà de l'Oxus.» Fondation en Bactriane de la 10e Alexandrie, où il installa une colonie de vétérans.

En Sogdiane Alexandre soumet les tribus montagnardes. Dans une de ces tribus soumises, il remarque, parmi d'autres, une danseuse qu'il désire épouser autant pour sceller une alliance avec les Sogdiens que pour avoir un héritier. Maintenant. «Plus tard j'épouserai une Macédonienne.»
Début du mécontentement des Macédoniens. Il te faut «un héritier macédonien, Alexandre !», grondent ses officiers. Parménion, le vieux collaborateur de son père Philippe, est renvoyé à Babylone avec deux brigades. Avant de partir, le vieux général lui rappelle : «Ton père Philippe ne faisait pas ce qu'il voulait : il nous consultait, Alexandre !» Mais le jeune conquérant lui reproche leur «mépris pour un monde beaucoup plus ancien que le nôtre !»
Et Hephæstion de conclure : «Un mariage dénué d'aucune signification politique ? (...) avoir un héritier, (...) contenir les montagnards, (...) amoureux ? Qui sait ?»

Alexandre prend des mesures pour intégrer les «barbares asiatiques» au projet grec. Son mariage en est une première étape. Lors de sa nuit de noces, Hephæstion s'introduit dans la chambre de son ami pour lui offrir une bague précieuse à Alexandre. Roxane surprend le conversation des amants et impose à son époux une nuit de noces âpre et difficile. «Tu... aimes cet homme ? - C'est Hephæstion. Il y a bien des façons différentes d'aimer, Roxane...», répond Alexandre penaud. Lutte, poignard. Finalement, pour pouvoir posséder sa femme, Alexandre doit ôter la bague d'Hephæstion.
Olympias écrit à son fils : «Qui est cette femme que tu appelles «reine», mon fils ? Antipater ruine ton autorité ! Protège ta mère... Je suis la seule qui t'aime, plus que quiconque...»

Des pages se mettent à conspirer contre leur roi; l'un d'eux, Hermolaos, lui a fait porter du vin empoisonné. La réaction d'Alexandre est foudroyante : coupable d'avoir tenu des propos présomptueux, le général Philotas est mis à la question et finalement abattu d'un coup de javelot. Pour faire bonne mesure, Antigonos et Cleitos sont envoyés à Babylone où ils poignardent Parménion, père de Philotas.
Pendant qu'Antigonos et Cleitos assassinent Parménion, Alexandre compulse ses cartes et ses notes. Ce travail achevé, Alexandre se glisse - nu - sous la couette et, de la main, adresse un signe d'invite à Hephæstion.

L'armée d'Alexandre franchit l'Hindou-Kouch. Deux années se sont passées sans que Roxane ait engendré un héritier. C'est dans une grotte de ces montagnes - dit la légende - que Prométhée, le libérateur de l'humanité, fut supplicié par un aigle. Alexandre voit que le monde est bien plus vaste encore qu'Aristote ne l'a rêvé. Ptolémée et Alexandre dissertent sur ces hauteurs gelées. (Retour flash-back sur Ptolémée, vieux, qui se souvient : «Thaïs (10) aimait Alexandrie d'Egypte».)

Les Macédoniens franchissent l'Indus; leur armée progresse dans la jungle. Cratère, qui marche en avant avec la Garde, se heurte à une armée de petits hommes poilus... des singes. Il pleut soixante jours et soixante nuits d'affilée. Les Grecs massacrent les Indiens, mais pataugent dans de l'eau putride, imbuvable. Ils ne boivent plus que du vin.
Vainqueur, Alexandre confirme les roitelets indiens dans leurs anciens privilège. Un festin sanctionne leur alliance avec le conquérant macédonien, au cours duquel l'eunuque Bagoas entreprend une danse lascive. Incontinent, Alexandre lui baise longuement la bouche, sous les acclamations de ses officiers.
Mais l'instant d'après, ceux-ci maugréent contre l'insatiabilité de conquête de leur roi. «Alexandre veut-il imiter la gloire d'Hercule, et celle de Dionysos 6.000 ans avant Hercule ?» Même la Sogdienne Roxane, exhale sa haine de Persane pour les Indiens méprisables, qu'elle juge indignes de la confiance de son époux. Mais le conquérant reste inébranlable dans sa volonté de laisser ces gens se gouverner eux-mêmes : il laisse en place les princes qui lui ont fait allégeance. Donc, pas de postes à pourvoir pour les officiers supérieurs macédoniens. Ivre, Cleitos laisse éclater sa rancœur et délibérément provoque la colère d'Alexandre. «Aucun fidèle Macédonien ne reçoit de satrapie» à gouverner, se plaint-il. A quoi Alexandre rétorque : «Grecs et Perses agissent selon leur nature : les Perses m'adorent comme un dieu, pas les Grecs !» «Tu prends une barbare stérile que tu oses appeler la «reine» ! (...) Je t'ai sauvé la vie à Gaugamèle !», rétorque Cleitos. Finalement Alexandre, guère plus lucide que son ami querelleur, s'empare d'un javelot et le transperce.

Flash-back : Huit ans plus tôt - à Pella (Macédoine). Feignant d'ignorer l'existence de l'enfant (11) que vient de lui donner Eurydice, Philippe déclare à Alexandre : «Tu me succéderas !» Quelques instants plus tard, lorsqu'il s'agit de s'engager dans le couloir par où il apparaîtra devant son peuple à l'occasion du mariage de sa fille Cleopatra (12) avec Alexandre roi des Molosses, le vieil homme jaloux de son pouvoir reprend le dessus. Il refuse que son fils se tienne à ses côtés : «Tu veux que tout le monde te voie comme mon successeur ?» Alexandre s'écarte donc, et va rejoindre les gradins par une autre voie. A peine le portique franchi, Pausanias - son garde du corps - assassine Philippe. Le fidèle Hephæstion proclame Alexandre roi, pendant que les autres gardes du corps pourchassent et massacrent Pausanias. Immédiatement, Alexandre soupçonne sa mère d'être l'instigatrice de ce meurtre. «As-tu... ou n'as-tu pas... ? Tu es une sorcière et tu m'as menti !» «Il était rude et tu es raffiné», répond Olympias. Incompréhension d'Alexandre. Sa fureur. «Tu m'as tué dans mon berceau, sorcière !», reproche-t-il.
Le sang appelle le sang. Pour éponger la dette, Olympias fait assassiner Eurydice et, par la même nécessité, Alexandre fait exécuter Attale...

Alexandre croit que son armée n'est plus qu'à quelques semaines de marche de l'Océan. Mais la troupe se rebelle. A qui encore se fier ? A Méléagre ? A Lysimaque ? A Antigonos ? Même le fidèle Cratère plaide pour les soldats : «Certains sont morts en héros, d'autres parce qu'ils n'ont pas eu de chance. Il y a huit ans, ils étaient 40.000; ils ont marché plus de 15.000 km, sous la pluie, sous le soleil, et certains ont livré jusqu'à quinze batailles.» Alexandre rétorque qu'il a partagé leur ordinaire, et qu'«il n'y a pas une partie de mon corps qui n'ait été blessée.» Feignant la conciliation, il parle de licencier les «Boucliers d'Argent», ainsi que ceux qui ont plus de sept ans de service. Puis il s'indigne : «Mais vous n'aimez que l'or (...) et moi je continuerai avec mes Asiatiques. (...) Je ne me suis jamais enrichi. (...) Je vais à l'Est.» Mécontentement des troupes. Certains l'accusent même d'avoir fait mourir son père.
Exécution des meneurs, dont on aperçoit les corps suppliciés (par lapidation ?).

alexandre et mutins

Alexandre face à ses soldats mutinés (hors champ).
«Rentrez chez vous, je continuerai seul avec mes Asiatiques.»
(phot. Intermedia).

Ptolémée reprend la parole : Alexandre cède devant ses hommes et renonce à franchir l'Hindou-Kouch. L'armée entreprend de descendre vers le sud.
Revoici l'armée macédonienne dans la jungle indienne. La phalange va affronter les éléphants (13) qu'on n'aperçoit pas encore, mais sous les pattes desquels, déjà, le sol tremble. Les voici qui déferlent. Les archers indiens prennent la cavalerie macédonienne pour cible. Fidèle à sa tactique favorite, Alexandre laisse Cratère absorber le choc de l'ennemi, place Méléagre en appoint et, ralliant Hephæstion, déborde l'ennemi par la gauche cette fois. La mêlée est titanesque, wagnérienne (14). «N'est ce pas une chose merveilleuse de vivre avec grand courage et de mourir dans une gloire éternelle ?», s'écrie exalté le nouvel Achille, encerclé de partout, couvert de sang de la tête aux pieds. L'issue de la bataille est très incertaine, et chacun lutte simplement pour survivre. Alexandre pousse Bucéphale vers l'éléphant du chef ennemi : les deux montures se cabrent. Bucéphale est tué, mais Alexandre prend également une flèche en pleine poitrine. Images psychédéliques... le ciel, la forêt, tout vire au rouge. («Ce fut la plus sanglante de toutes ses batailles, une boucherie. La fin de toute raison. Nous ne serions plus jamais des hommes», dit Ptolémée en voix off.) Ses hommes emportent sur un bouclier le corps d'Alexandre dans le coma.

Quelques jours plus tard, Alexandre sort de sous sa tente, encore affaibli, mais il rassure ses hommes. L'armée rentrera. Regard énigmatique de Roxane. Ovation des troupes.

Retour sur Ptolémée : «Sa vie aurait dû finir en Inde, mais ça c'est le mythe ! Dans la vie Hercule mourut d'une tunique empoisonnée offerte par sa femme jalouse, par erreur.»
Après avoir dédié douze autels aux douze dieux de l'Olympe, Alexandre ordonne la retraite.
La retraite par le désert de Gédrosie. La route la plus courte vers Babylone. Une erreur. Combien d'êtres périrent ?... (Voix off Ptolémée.)

Retour à Babylone. Alexandre prend deux nouvelles épouses (le film ne les nomme ni ne les montre). C'est alors qu'Hephæstion tombe malade. A-t-il contracté le typhus en Inde ? Alexandre tente de le remotiver, de lutter pour vivre. Il a tant de projets d'expédition. Nous partons pour «l'Arabie au printemps, mais pas sans toi (...) [Toi] le seul homme qui ne m'a jamais laissé gagner. Le seul honnête... Qui m'a sauvé de moi-même... Achille et Patrocle. (Larmes) Je ne suis rien sans toi. Bats-toi, Hephæstion. Nous mourrons côte à côte. Nous aurons des enfants de nos femmes, et nos fils joueront ensemble. Puis nous marcherons contre Carthage, la Sicile, la tribu des Romains (de bons guerriers), les Forêts du Nord, et au-delà des Colonnes d'Hercule.» Hephæstion rend l'âme.
Fureur d'Alexandre, qui soupçonne tout le monde : «Tout le monde le détestait !» Il ordonne la mise à mort de son médecin. Puis il se jette sur Roxane, qu'il veut étrangler, et voit alors se substituer le visage de sa mère à celui de son épouse pantelante. Roxane ne sauve sa vie qu'en annonçant à son royal époux qu'elle attend un enfant de lui.

Alexandre s'étourdit dans les orgies, et les excès de boisson. Il se déguise en Hercule, revêtu d'une peau de lion, tête en casque. Dans le vin au fond de sa coupe, il croit encore voir le visage gorgonéen de sa mère Olympias, couronnée de serpents. Une obsession. Un dernier regard luxurieux pour Bagoas. Un malaise.
La fièvre. Dans son délire, Alexandre revoit les fresques de la galerie des mythes à Pella, que son père lui faisait visiter enfant. Un kaléidoscope d'images récapitule sa vie : la Palestre où il luttait avec Hephæstion, l'Hindou-Kouch, son père, des charges de cavalerie, Olympias... En vain Roxane lui réclame un sursis de trois mois, le temps que naisse son fils qu'elle porte (et qui ne sera rien du tout, faute d'avoir été reconnu par son père). Alexandre s'éteint. A ses généraux qui le pressent de nommer celui à qui il confie son empire, il répond : «Au meilleur !»
La bague d'Hephæstion tombe de sa main. C'était le 10 juin 323.

Flash-back Ptolémée : «Il est parti rejoindre Hephæstion comme il l'avait souhaité. La responsabilité d'Olympias dans le mort de son père : une probabilité pour Ptolémée, un fardeau pour Alexandre[, qu'il porta toute sa vie].»
Les généraux se disputèrent le pouvoir.
Sept ans plus tard, Cassandre fit exécuter Olympias. Et plus tard Roxane et son fils de treize ans.
«Nous avons tué cet homme par le silence que nous avons consenti, philosophe Ptolémée. Je n'ai jamais pu croire en son rêve. Comme aucun de nous. (...) Ils nous épuisent, ces rêveurs. Qu'ils meurent pour ne pas nous tuer avec leurs chimères. (...) Oh, je ne suis qu'un vieux fou qui radote...»

Critiques

«Certes, personne ne peut prétendre à l'exhaustivité en s'attaquant au plus grand conquérant de l'Antiquité. Mais le défi implique a fortiori de suivre un point de vue. Or, quoi qu'il en dise et aussi étonnant que cela puisse paraître de la part d'un réalisateur aux opinions généralement tranchées, le film hésite, s'égare même, entre plusieurs approches pour aborder la personnalité d'Alexandre : qu'est-ce qui motivait ses conquêtes ? Fut-il un tyran ou un despote éclairé ? A-t-il été empoisonné ?

Non seulement, Stone parvient à se contredire sur la première question, mais, au contraire de son sujet, il atteint rapidement les limites de son ambition malgré l'ampleur d'une mise en scène parfois plombée par des clichés (l'aigle qui surgit à chaque passe d'armes) ou des effets faciles (le filtre rouge sur la bataille de l'Hydaspe). Certains partis pris narratifs, étranges, laisseront sur la touche de l'Histoire les profanes. L'avènement d'Alexandre (Colin Farrell) et ses premiers succès militaires sont éludés.»

A. LORFÈVRE, La Libre Belgique, 5 janvier 2005

 
Des connaissances historiques présupposées
«Pour ce qui est des événements historiques on n'apprendra pas grande chose, je doute qu'un môme qui ne soit pas au courant des rapports difficiles entre la Macédoine et les cités grecques ait saisi les quelques petits monologues qui y faisaient allusion. Pourquoi Alexandre a lancé une guerre contre la Perse dans des conditions aussi défavorables, on ne le saura pas trop non plus. De Darius, on n'en apprendra pas davantage.»

Alejandro - Forum de Liens Utiles, 30 janvier 2005

 
Un scénario non abouti
«Avec le recul, je crois que le problème du film d'Oliver Stone est que le scénario n'est pas terminé. Ca s'explique peut-être par le fait que son projet était, dans la recherche de financements, en compétition avec un autre projet, et donc pressé. Il se trouve qu'il n'a pas eu ce dont il avait besoin aux USA (parce que le scénario n'était pas abouti ?) et s'est tourné vers l'Europe (trop contente d'avoir un réalisateur du prestige d'Oliver Stone au point d'accepter tout, y compris un scénario inachevé ?). Ca explique peut-être le décalage entre la critique américaine, qui n'a pas aimé, et la critique européenne, ou à tout le moins française, qui dit avoir aimé.»

Alejandro - Forum de Liens Utiles, 30 janvier 2005

 
Qui trop embrasse mal étreint
«A vouloir dépeindre tous les aspects de la vie du grand roi de Macédoine, son attirance pour les hommes, sa démesure, son côté visionnaire, sa grande solitude (...) on se retrouve au final avec une succession de tableaux bâclés sans véritable saveur, tous plus insipides les uns que les autres, quand ceux-ci ne tombent pas hélas dans le cliché.»

Siegfried - Forum Le siegblog, 28 janvier 2005

 

Le pour...

 
«Un film qui, bien qu'inégal, nourrit l'imaginaire.»

J.-P.L., Studio Magazine, n 208, p. 29

 
«Mais si la mise en scène d'Oliver Stone avait l'élégance des drapés antiques, la pilule passerait mieux.»

Frédéric STRAUSS, Télérama

 
«Des moments évidemment forts, mais néanmoins frustrants puisqu'ils ne font qu'accentuer le regret de voir le cinéaste éviter quasi totalement les huit années de conquêtes (...).»

Stéphane MOÏSSAKIS, Mad Movies, n 171, p. 66

 
«Des fresques historico-fantaisistes qui se sont engouffrées dans la brèche ouverte par Gladiator, Alexandre est sans doute la plus rugueuse et la moins aimable.»

Philippe PAUMIER Cinélive, n 86, p. 39

 
«A défaut de vibrer on regarde une page d'Histoire.»

C. CA., L'Express Mag, n 2792, p. 55

 
«(...) un assemblage désordonné, qui ne suscite qu'indifférence envers le personnage principal (...).»

Jean-Michel FRODON, Les cahiers du cinéma, n 597, p. 50

 
«Stone accompagné de son héros démesuré a vu très grand pour peindre une fresque dense et fourmillante. Trop peut-être (...).»

Dominique BORDE, Figaro

 
«La musique est lourdingue, la narration répétitive (...) mais la mise en scène est brillante.»

Charlotte LIPINSKA, Zurban, n 228, p. 27

 
«Historiquement, il a tout bon, Oliver Stone. (...) Cinématographiquement, c'est une autre affaire.»

F.F., TéléCinéObs

 
«La passion d'un metteur en scène parmi les meilleurs et l'imposante conjuration de talents d'une entreprise pharaonique n'ont pas réussi à venir à bout de l'histoire d'Alexandre le Grand (...).»

Mathieu CARRATIER, Première, n 335, p. 32

 
... le contre
 
«La fausse bonne idée d'Oliver Stone est de s'être cru capable de faire de cette superproduction un film intimiste. «

T.B., Studio Magazine, n 208, p. 29

 
«Rien ne vaut un péplum raté pour laisser flotter des idées absurdes qui donneraient du sens (...).»

Thomas SOTINEL, Le Monde

 
«(...) Bérézina insensée avec déco patatapouf, batailles-mayonnaise touillées à la palette numérique, simagrées œdipiennes et commentaires géopolitiques déphasés.»

Didier PERON, Libération

 
«On ne comprend rien aux batailles, confuses et noyées dans la poussière.»

Marie SAUVION, Le Parisien

 
«Il est plutôt décevant de voir Olivier Stone qui, par le passé, a su faire preuve d'une certaine audace formelle, rendre une copie aussi scolaire sur un sujet a priori épique.»

Patrice BLOUIN, Les Inrocks, n 475, p. 35

 

Suite…


 

NOTES :

(1) Le capitaine Dale Dye, collaborateur de longue date d'Oliver Stone. - Retour texte

(2) Au cours de ce banquet, l'on voit Pausanias se faire accoster par les compagnons d'Attale et subir des violences hors champ, dont seule la bande son rend compte. C'est une des nombreuses notations/allusions qui foisonnent dans le film d'O. Stone, mais guère explicites pour le spectateur non averti.
Rappelons que Pausanias, garde du corps de Philippe - et son futur assassin -, nourrissait rancune contre son roi qui ne lui avait pas accordé justice dans un litige l'opposant à Attale. Pausanias et Attale étaient de longue date en conflit pour d'obscures raisons; or, ayant invité celui-ci sous prétexte de réconciliation, le noble seigneur n'avait rien trouvé de mieux que de livrer le soldat à ses palefreniers, qui le sodomisèrent à tour de rôle ! C'est ce que le film suggère discrètement, mais en plaçant l'anecdote chez Philippe, pendant le banquet de son mariage avec la nièce d'Attale. - Retour texte

(3) Reprise de la réplique fameuse d'un Spartiate à la bataille des Thermopyles. - Retour texte

(4) Anachronisme. Les tambours ne faisaient pas partie des instruments de musique militaire des Grecs, pas plus que des Romains. En revanche, on en a signalé dans le camp adverse, chez les Parthes. - Retour texte

(5) Paraphrase du mot fameux de Napoléon : «Et quand nous direz : "J'étais à Austerlitz !", on vous répondra : "Voilà un brave !"» - Retour texte

(6) Il ne faut pas confondre l'épouse de Darius, Stateira 1, avec sa fille Stateira 2, également connue des historiens sous le nom de Barsine (et parfois confondue avec Barsine fille d'Artabaze, veuve de Memnon de Rhodes).
En fait, le harem de Darius se trouvait à Damas où, après Issos, Parménion alla gentiment le recueillir. Mais dans le camp abandonné d'Issos, le vainqueur trouva outre son épouse et sœur Stateira 1, les deux filles de Darius, âgées de 13 et 15 ans, et son jeune fils, Ochus (7 ans) - ainsi que la mère du Grand Roi, Sisygambis. - Retour texte

(7) Il s'agit en fait de la fière réponse du roi indien Pôros (qui n'apparaît pas dans le film), réplique incontournable et attendue, qu'à situation identique le scénariste à transféré sur la fille de Darius. - Retour texte

(8) Lapsus linguæ du dialoguiste ? Olympias devait sans doute faire allusion à Hephæstion. - Retour texte

(9) Authentique. - Retour texte

(10) Courtisane grecque compagne de Ptolémée, qui plus tard en fera sa reine. - Retour texte

(11) Un fils ou une fille ? Nous l'ignorons. - Retour texte

(12) Pour rappel, il s'agit de Cleopatra 2, fille de Philippe et d'Olympias, sœur cadette de notre Alexandre - à ne pas confondre avec Cleopatra 1 (ou Eurydice), nièce d'Attale, épousée par Philippe l'année précédente. - Retour texte

(13) Cette bataille de cavaliers et d'éléphants dans la forêt laisse perplexe. O. Stone semble avoir voulu tirer parti du décor de la Thaïlande où il a trouvé ses éléphants, mais ce n'est certes pas l'endroit idéal pour une bataille rangée avec de la cavalerie (quand aux chars, n'y pensons pas !). De même qu'il a oublié les éléphants perses de la bataille de Gaugamèle, filmée au Maroc, il a oublié les chars indiens dans ce nouvel affrontement qui, du reste, en amalgame deux : la bataille de l'Hydaspe contre Pôros (été 326) et celle contre les Malles, où il est grièvement blessé (automne 326).
Lourds et peu maniables, les chars indiens portaient six hommes : deux conducteurs, deux porteurs de boucliers et deux archers... - Retour texte

(14) Soutenue par les chœurs de la B.O. de Vangelis. - Retour texte