site peplums
 
logo peplums

Rome
[TV : HBO - BBC]
(Michael Apted, Allen Coulter, Julian Farino, etc. -
EU-GB, 2005)

(page 6/18)

 

Pages précédentes :

Rome, unique objet de mon assentiment...

INTRODUCTION

I. PAVÉS MOUILLÉS, RUELLES INTERLOPES...

II. QUELQUES THÈMES À LA LOUPE

III. NAISSANCE D'UN EMPIRE

IV. LE TRIOMPHE

V. LA LÉGION

VI. UN PEU D'EXOTISME : L'ÉGYPTE GRECQUE

Ô ROME ET CÆTERA...
LES PERSONNAGES

DEUX DE LA XIIIe LÉGION

LUCIUS VORENUS - TITUS PULLO

AUTRES PERSONNAGES DE FICTION

ERASTES FULMEN - GLABIUS - NIOBÉ
POSCA - QUINTUS POMPÉE - TIMON le JUIF

LES PROTAGONISTES HISTORIQUES

ANTOINE (James Purefoy)
ATIA (Polly Walker)
BRUTUS (Tobias Menzies)

Sur cette page :


CASSIUS (Guy Henri)

CATON D'UTIQUE (Karl Johnson)

M. Porcius Cato, dit «l'Ancien» ou «le Censeur»
M. Porcius Cato, «le Jeune» ou «d'Utique»
Ses enfants

CÉSAR (Ciaran Hinds)

Le dictateur démocrate
Cæsar Imperator
A l'aune de l'ambition
César et les femmes
César écrivain
Chronologie de Jules César

CICÉRON (David Bamber)

Velléitaire ou opportuniste ?
Son œuvre
Chronologie de Cicéron

Pages suivantes :

CLÉOPÂTRE VII (Lyndsey Marshall)
METELLUS SCIPIO (Paul Jesson)
OCTAVE (Max Pirkis)
OCTAVIA (Kerry Condon)
POMPÉE (Kenneth Cranham)
PTOLÉMÉE XIII DIONYSIOS (Scott Chisholm)
SERVILIA (Lindsay Duncan)

APPENDICES : CLODIA & CLODIUS

Fiche technique

Résumés de la première saison

BIBLIOGRAPHIE

 

Forum consacré à la série Rome

CASSIUS (Guy Henri)
Avec P. Servilius Casca, il est un des meneurs du complot fatal à César. Dans Rome (HBO), C. Cassius Longinus n'apparaît que dans les derniers épisodes de la Première Saison et sans que soit précisée sa parenté. En fait, il était un gendre de Servilia, ayant épousé une des trois filles qu'elle avait données à son second mari, le consul D. Junius Silanus.

C. Cassius Longinus avait été le questeur de M. Licinius Crassus, et un survivant de la bataille de Carrhæ (Harran, en Syrie) qui le 12 juin 53 avait vu périr le fameux crucificateur de la voie Appienne.
C'est lui, le Cassius qui entraîna Brutus dans le complot républicain visant à assassiner le «tyran» César. L'envie, la jalousie furent ses seuls mobiles, à ce césarien retourné. On ne lui trouvera aucune excuse.

Son frère cadet L. Cassius Longinus avait été le légat de César, en Grèce, dans ses opérations contre Pompée, en 48 (1).

Cousin des deux précédents, un autre C. Cassius Longinus était tribun de la plèbe avec Marc Antoine, en 49, et le suivit dans le camp de César, ainsi que Scribonius Curio (tribun de la plèbe sortant) lorsque ce fameux 7 janvier Antoine, déguisé en esclave, courut se réfugier chez le proconsul des Gaules. César le fit gouverneur de l'Espagne ultérieure (49).

CATON D'UTIQUE (Karl Johnson)
(95 ?-46)
Membre du Sénat. Leader de l'aile conservatrice du Sénat (optimates). Intellectuellement supérieur et moralement au-dessus de tout soupçon, il pèche par la férocité de son fanatisme.

 

rome hbo - caton d'utique & scipion

Le farouche républicain conservateur Caton (à gauche), l'ennemi mortel de quiconque à Rome briguait un pouvoir personnel, qui s'était opposé à Pompée avant de s'opposer à César, et Metellus Scipion (à droite). Tous deux se suicideront après avoir été vaincus par César à Thapsus..

M. Porcius Cato - mieux connu comme «Caton le Jeune» ou «Caton d'Utique» (2) - était le petit-neveu du fameux Caton l'Ancien ou «Caton le Censeur», l'un et l'autre parangons de la frugalité et des anciennes vertus romaines. Dédaignant le cheval, Caton l'Ancien allait à la guerre nu-pied. Il peinait aux champs avec ses esclaves et partageait leur ordinaire. Dans son traité d'agriculture, De Re Rustica, le vieil avare expliquait comment agir avec eux : un esclave devait ou travailler ou dormir, mais certes pas rester à ne rien faire ou, pire, à penser ! Il en resta des séquelles au jeune Caton, qui par tous les temps se présentait au Sénat nu sous sa toge.

L'ennemi de César, Caton le Jeune étant la décalcomanie de Caton l'Ancien, il vaut la peine de rappeler ici qui furent-ils l'un et l'autre.

M. Porcius Cato, dit «l'Ancien» ou «le Censeur»
Ecrivain et politique romain né à Tusculum d'une famille obscure (234-149 av. n.E.). Il combattit pendant la Seconde Guerre punique sous les ordres de Fabius Maximus. Il fut d'abord questeur en Afrique sous Scipion l'Africain, puis tribun des soldats en Sicile, puis enfin préteur dans l'île de Sardaigne, qu'il acheva de soumettre aux Romains. Commandant ensuite avec le titre de consul en Espagne - il guerroya avec un tel succès que le Sénat lui décréta un triduum d'actions de grâces - et en Grèce (195 av. n.E.). A son retour à Rome, il fut honoré du triomphe.
Célèbre pour son austérité, il fut élu censeur en 184, charge dont il s'acquitta avec la plus grande rigueur, dénonçant le luxe et la corruption qui menaçaient Rome et combattant sans cesse les influences des mœurs et de la littérature helléniques dont le cercle des Scipion. Ainsi traîna-t-il en justice et sur une civière, Scipion l'Africain malade, qui décéda peu de temps après. Ainsi laissa-t-il «le souvenir d'un homme d'une grande sévérité et d'une austérité exemplaire, et donna au terme de «censeur», la signification qu'il conserve encore aujourd'hui», comme le note Jean H. Croon.

Arbitrant le différend qui opposait Masinissa à Carthage, Caton s'inquiéta de la prospérité florissante de la métropole punique en qui il vit une rivale potentielle de Rome. Il en prévint le Sénat, terminant chacun de ses discours par la phrase célèbre «Il faut détruire Carthage» (Ceterum censeo Carthaginem esse delendam). Il fut ainsi l'initiateur de la Troisième Guerre punique.

Romain traditionaliste, Caton pensait que sa patrie devait concentrer son attention dans la Méditerranée occidentale, tout en étendant son influence sur un Orient satellite. Ses discours et son œuvre historique sur les Origines de Rome ont été perdus, mais nous possédons de lui un traité sur l'agriculture (De re rustica).

(Caton le Censeur est apparu à l'écran sous les traits de Umberto Scalpellini dans Delenda Carthago - La caduta di Cartagine (Luigi Maggi, 1914), de Memo Benassi dans Scipion l'Africain (Carmine Gallone, 1937), et de Vittorio Gassman dans Scipione, detto anche «l'Africano» (Luigi Magni, 1971).

M. Porcius Cato, «le Jeune» ou «d'Utique»
Petit-fils de Cato Salonius - le demi-frère (3) de Caton-le-Censeur - M. Porcius Cato (95-46) fit preuve, contrairement à son grand-oncle qui avait le rire facile, d'un caractère autrement abrupt. «Dès l'enfance, dit-on, Caton laissait paraître dans sa voix, sur son visage et dans ses amusements un caractère inflexible, impassible et ferme à tous égards. Il avait pour réaliser ses désirs une force au-dessus de son âge. Apre et rude envers les flatteurs, il était encore plus inaccessible à la crainte. Il était bien malaisé de le faire rire, et même il ne se déridait pas souvent pour sourire. Ni prompt, ni enclin à la colère, une fois irrité, il était impossible à calmer» (PLUT., Caton le Jeune, 1).

Appartenant à l'illustre famille patricienne des Servilii Q. Servilius Cæpio - tué pendant la guerre contre les Italiques - avait eu de son épouse Livia une fille, Servilia et un fils, nommé comme son père Q. Servilius Cæpio. Remariée avec le moins prestigieux Cato Salonianus, Livia donna le jour à Caton-le-Jeune, le «demi-frère qu'elle [Servilia] méprisait. Elle ne se lassait jamais de rappeler à Brutus que l'oncle était issu d'un paysan tusculan et d'une esclave celtibère» (4).

Il resta attaché au parti de Pompée, même après la mort de celui-ci. Républicain, ennemi de tout compromis, animé de l'idéalisme du stoïcien, il détestait la monarchie et se suicida à Utique (d'où l'épithète «d'Utique» associé à son nom) après la bataille de Thapsus. Les républicains et les stoïciens honorèrent longtemps sa mémoire.

Caton d'Utique, note M.N. Bouillet, «annonça dès son enfance cette magnanimité et cet intrépide courage qui devaient en faire un des plus beaux caractères de son siècle. A 14 ans, conduit par un de ses oncles au palais de Sylla, et y voyant apporter les têtes sanglantes des proscrits, il demanda un poignard, afin, disait-il, d'affranchir Rome du tyran. Toujours fidèle dans la suite aux principes de liberté qu'il manifestait dans un âge si tendre, il porta dans les affaires publiques et dans les emplois qu'il exerça le plus noble patriotisme, le plus vrai désintéressement. A la tête des armées il rétablit dans toute sa rigueur l'ancienne discipline militaire; et cependant il sut se faire aimer des soldats, au point, que son départ fut considéré comme une calamité publique; au Sénat il émettait toujours, sans acception de personnes, sans distinction de parti, ce qu'il croyait vrai et utile. Ainsi quand Pompée semblait marcher sans opposition à la dictature perpétuelle, Caton, sans haine contre lui, surveillait néanmoins ses moindres démarches, et avertissait la république de se défier, et quand ensuite le Sénat donna pour cinq ans à César le gouvernement des Gaules, il dit le jour même en pleine assemblée qu'ils se décrétaient un tyran pour l'avenir. Il avait peu de goût pour la charge de tribun; mais voyant un citoyen pervers sur le point de l'obtenir, il se mit sur les rangs, et se fit nommer lui-même afin de l'écarter. Lors de la conspiration de Catilina il ouvrit le conseil de punir de mort les coupables, et contribua ainsi à étouffer à sa naissance la révolte la plus terrible qu'aient eu à craindre les Romains. Lorsque Ptolémée, roi d'Egypte, se révolta, ses ennemis lui firent confier la direction de cette guerre, dans l'espérance qu'il y perdrait sa réputation; mais Caton surmonta avec courage tous les obstacles, battit Ptolémée, soumit l'Egypte, et après une campagne brillante, refusa les honneurs qu'on voulait lui rendre à son entrée. Il s'opposa de toutes ses forces au triumvirat entre Pompée, Crassus et César, et prédit hautement aux Romains tous les désastres qui résulteraient de l'alliance de ces trois personnages. Lorsque César eut passé le Rubicon, Caton ouvrit l'avis de confier à Pompée le salut des Romains. Il suivit avec son fils ce général à Dyrrachium, où, après avoir remporté un léger avantage, il fut chargé de l'approvisionnement de l'armée et du commandement de quinze cohortes. Enfin quand la bataille de Pharsale et le meurtre de Pompée eurent soumis presque le monde entier à César, Caton ne désespéra point encore du salut de Rome, il se mit à la tête de la flotte de Corcyre, et après l'assassinat de Pompée, il traversa les déserts de la Libye pour se joindre à Scipion [Metellus Scipion]. Il refusa de prendre le commandement de l'armée d'Afrique, et s'en repentit bientôt; car Scipion fut battu pour ne pas avoir voulu écouter ses conseils. Caton alors se renferma dans Utique, non pour s'évader, non pour se défendre, mais seulement pour ne point tomber vivant entre les mains de César, et ne pas avoir l'humiliation de devoir la vie à sa pitié. En effet, quelques jours après il se perça de son épée après avoir passé une partie de la nuit à lire le Phédon et à méditer les preuves de l'immortalité de l'âme (l'an 46 av. n.E.). Il était alors dans la 59e [lisez : 49e] année de son âge. Caton avait adopté pour règle de sa vie l'abnégation de soi-même; sa simplicité n'était pas moins admirable que son désintéressement; il marchait souvent sans chaussure, et allait toujours à pied. Son amour pour la vérité devint un proverbe. On dit qu'après la mort de Pompée Caton porta toujours le deuil, et prit tous ses repas debout, ne croyant devoir se permettre aucun délassement depuis la perte des défenseurs de la liberté. Les anciens, Sénèque surtout, ont beaucoup vanté l'éloquence de Caton. On y retrouvait son âme, la même simplicité, la même élévation et le même enthousiasme toutes les fois qu'il s'agissait de patrie.»

 

rome hbo - caton le jeune

Caton au Sénat.

Parmi tous les sénateurs en toges blanches, le Caton de la série-TV HBO fait tache, avec son sombre manteau. Il a également l'air d'un vieillard, alors qu'en fait il mourut à 49 ans. Pour tragique qu'elle fut, la mort de Caton ne fut pas aussi misérable que celle que nous représente le 9e ÉPISODE (le Jules César d'Uli Edel la représente plus vraisemblable dans une maison confortable, pas dans le bouge infâme de la série-TV HBO); elle nous est racontée par Plutarque : «Caton lui dit [à son serviteur] de fermer la porte et se recoucha comme pour reposer encore le reste de la nuit. Butas une fois sorti, il tira l'épée et se l'enfonça dans la poitrine; mais, comme il se servit de sa main avec moins de vigueur à cause de son enflure, il ne se tua pas sur le coup. Il avait de la peine à mourir. Il tomba de son lit et fit du bruit en renversant un tableau de figures géométriques placé auprès. Aussi les serviteurs, qui s'en aperçurent, poussèrent-ils de grands cris; et son fils et ses amis entrèrent tout de suite. En le voyant tout souillé de sang et presque toutes ses entrailles tombées à terre, mais respirant encore et les yeux ouverts, tous furent épouvantés, et le médecin qui survint tentait de remettre en place les entrailles restées indemnes, et de refermer la plaie. Mais lorsque Caton, reprenant ses sens, s'aperçut de cette tentative, il repoussa le médecin, déchira ses entrailles de ses mains, et, rouvrant sa blessure, il mourut» (PLUT., Caton le Jeune, LXX).

Ses enfants
De son épouse Atilia, Caton d'Utique eut plusieurs enfants, dont un fils prénommé comme lui Marcus, qui après s'être fait connaître par sa débauche accompagna son père dans sa guerre contre César et trouva une mort héroïque à Philippes. Sa fille Porcia épousa en premières noces M. Calpurnius Bibulus, puis se remaria avec son cousin Brutus; elle se serait suicidée en apprenant la mort de ce dernier à Philippes (quoiqu'une autre source, Cicéron, nous assure qu'elle mourut avant son mari).

CÉSAR (Ciaràn Hinds)
(12 juillet 100-15 mars 44)
Jules César est le proconsul des Gaules, naguère associé du consul Pompée Magnus dans le triumvirat. Energique, brillant, méthodique, charmant... motivé par un seul objectif, celui de dominer, il brigue la dictature. Son mariage avec Calpurnia a renforcé son ascendant sur les familles patriciennes.
Dans le rôle de Caius Julius Cæsar, nous avons Ciaràn Hinds. Né à Belfast en 1953, cet acteur a commencé sa carrière comme comédien à Glasgow, interprétant
Faust et Arsenic et vieilles dentelles. Il a également joué avec la prestigieuse Royal Shakespeare Company, dans Richard III. Sa carrière cinématographique a débuté en 1981 avec Excalibur, où il incarne le roi Lot. Depuis on a pu le retrouver notamment dans Veronica Guérin, Le fantôme de l'Opéra, Calendar Girls, Tomb Raider 2 et Road to Perdition. Plus récemment Ciaràn Hinds a obtenu un rôle important dans Munich.

 

rome hbo - Jules cesar - ciaran hinds

Ciaràn Hinds est C. Julius Cæsar.

Ciaràn Hinds donne une bonne interprétation de C. Julius Cæsar, brillant et rusé. Conscient de sa valeur et de sa destinée. Rome (HBO) le montre n'hésitant pas à faire pression sur ses contradicteurs, voire à les faire discrètement éliminer. C'est dans ce dernier cas de figure qu'il lui faut - bien à regret et bien hypocritement - laisser condamner à mort le fidèle Pullo, de son fait impliqué dans une délicate affaire.
Toutefois César préfère corrompre les hésitants, comme Vorenus, en enrobant la pilule d'habiles promesses. Après tout, ses réformes ne sont pas si mal que ça, même si parfois ça coince un peu. C'est ainsi que ses gorilles quadrillent les réunions politiques. Leurs méthodes d'intimidation rappellent celles des fascistes italiens des années '30, qui après avoir attiré leurs contradicteurs dans un endroit discret, les secouaient un peu puis les purgeaient à l'huile de ricin ! Bien sûr, César aurait aimé donner à ses vétérans des terres en Italie, mais ces terres il ne les possédait pas, et ne souhaitait pas en obtenir de nouvelles selon la bonne vieille méthode syllanienne des proscriptions (la série-TV ne s'étend pas sur la question de l'ager publicus, qui théoriquement appartient à l'Etat, mais en réalité est squatté par les grands propriétaires fonciers), c'est-à-dire en accusant d'une quelconque trahison les propriétaires dont on convoite les biens. En effet, César souhaite être le dictateur de tous les Romains. De ceux qui l'ont soutenu, mais aussi de ceux qui l'ont combattu. Et il est finalement plus simple d'acheter le porte-parole des vétérans, et d'envoyer ceux-là sur des terres lointaines - des colonies hors d'Italie, où ils porteront le message de la civilisation latine ! Une terre est une terre, par Jupiter !

Ciaràn Hinds campe un César extrêmement crédible. Toutefois, contrairement à l'acteur César souffrait, semble-t-il, de sa calvitie précoce et ramenait ses cheveux vers l'avant pour la dissimuler autant qu'il le pouvait, au point que Cicéron s'en amusait publiquement : «Mais quand je regarde ses cheveux si artistement arrangés, quand je le vois se gratter la tête du bout du doigt, je ne puis croire qu'un tel homme puisse concevoir le dessein si noir de renverser la république» (PLUT., César, IV). Mais Sylla n'avait-il pas mis en garde son entourage contre ce jeune homme à la ceinture lâche, qui contenait en lui «plusieurs Marius» ?

Dans leur souci de synthétiser, les scénaristes font l'impasse sur tous les événements qui précèdent les Ides de Mars, notamment la scène des Lupercales quand le coureur Antoine offre sa couronne à César, que celui-ci repousse par trois fois le diadème royal que lui présentait Marc Antoine - provocation des conspirateurs ou manœuvre de César pour sonder l'opinion publique.
Rome (HBO) privilégie les intrigues privées opposant les deux «pestes» de service, Atia et Servilia. Il est à noter qu'aucun auteur n'a fait mention d'une rupture entre César et Servilia; bien au contraire, il semble que leurs relations aient été à tout le moins amicales jusqu'à la fin, quoique comme mère de Brutus et belle-mère de Cassius, Servilia ait été fort proche des principaux conspirateurs.

César avait un grand mérite, il était capable de pardonner à ses ennemis quand ils se rendaient à sa merci. Mais cette clémence calculée, il allait la payer très cher... La plupart de ses assassins étaient des envieux, ou tout au moins des redevables. A commencer par le stoïcien Brutus et l'épicurien Cassius, deux à qui il avait pardonné après la bataille de Pharsale. D'autres encore étaient de ses anciens légats, comme C. Trebonius et Decimus Brutus.

Lorsque César fut assassiné, le Sénat se réunissait non pas dans la Curie sur le Forum - laquelle incendiée huit ans plus tôt par les partisans de Clodius, était en cours de reconstruction -, mais dans un lieu du Champ de Mars, aménagé sous les portiques du Théâtre de Pompée. Tous les récits de l'assassinat de César s'accordent sur un point : il fut abattu, ironie du destin, au pied de la statue de Pompée, locus sceleratus qu'Octavien fit murer par la suite (en -32). «Il est étonnant que les réalisateurs aient négligé cet élément d'un certain intérêt dramatique, surtout si l'on pense que c'est César lui-même qui fit relever les statues de Pompée», fait observer l'auteur de la notice Rome (HBO) dans Wikipedia.
(Construit en 55, le Théâtre de Pompée a aujourd'hui disparu. Sur son emplacement, le visiteur ne trouvera plus que l'hôtel Teatro di Pompeo, qui possède encore des voûtes d'origine.)

Seul Suétone a fait mention - du reste, comme d'un «on-dit» - de la fameuse phrase prononcée en grec «Toi aussi mon fils» (SUÉT., Cæs., LXXXII, 3). Toutes nos autres sources rapportent que César eut le réflexe de se couvrir la tête avec un pan de sa toge afin que nul ne le voie mourir. La série-TV HBO a également omis le fameux et très attendu «Alea jacta est» (SUÉT., Cæs., XXXII, 3) prononcé au moment du franchissement du Rubicon. Ces «mots historiques», sont fameux et très attendus de tous, même du public américain pourtant réputé inculte. Nous n'en voulons pour preuve que le parallèle fait par Ronald F. Maxwell entre la guerre civile américaine et celle des Romains dans Gods and Generals (préquelle de son superbe Gettysburg) : lorsque les troupes de l'Union s'apprêtent à franchir la rivière Rappahannock avant d'engager la bataille de Fredericksburg (5), le colonel Chamberlain (Jeff Daniels) cite longuement - la séquence dure quatre minutes - le poème épique de Lucain montrant César franchissant le gué.

«Déjà César avait franchi le sommet glacé des Alpes, l'esprit violemment agité, le cœur plein de la guerre future. À peine fut-il arrivé aux bords étroits du Rubicon, une grande ombre lui apparut : c'était l'image de la Patrie ! Elle brillait dans l'ombre de la nuit. Elle était tremblante et consternée. De son front couronné de tours, ses cheveux blancs tombaient épars. Debout devant lui, les bras nus, elle prononce ces paroles entrecoupées de gémissements : «Où allez-vous, soldats, où portez-vous mes enseignes ? Si vous respectez les lois, si vous êtes citoyens, arrêtez ! Un pas de plus serait un crime.» À ces mots, le cœur de César est saisi d'horreur; ses cheveux se dressent sur sa tête, et la langueur dont il est abattu enchaîne ses pas au rivage. Mais bientôt : «O Jupiter ! s'écria-t-il, ô toi ! que mes aïeux ont adoré dans Albe naissante, et qui, du haut du Capitole, veilles aujourd'hui sur la reine du monde; et vous, dieux tutélaires des Troyens, qu'Énée apporta dans l'Ausonie; et toi, Romulus, qui, enlevé au ciel, devins l'objet de notre culte; et toi, Vesta, qui vois sur tes autels brûler sans cesse le feu sacré; et toi, Rome, qui fus toujours une divinité pour moi, favorisez mon entreprise. Non, Rome, ne crois pas voir César te poursuivre, armé du flambeau des Furies. Vainqueur sur la terre et sur les mers, il est encore à toi, si tu le veux; il est ton soldat, il le sera partout. Celui-là seul sera criminel qui fera de César l'ennemi de Rome.» À ces mots, sans plus différer, il fit passer le fleuve à ses troupes.
Tel dans les déserts ardents de la poudreuse Libye, un lion, dès qu'il aperçoit le chasseur, s'arrête, paraît hésiter, et rassemble toute sa fureur. Sitôt qu'il s'est battu les flancs de sa queue, qu'il a dressé sa crinière, et que le bruit sourd du rugissement a retenti dans sa gueule profonde, soit que le Maure léger lui darde sa lance ou lui présente la pointe de l'épieu, il se précipite lui-même, sans crainte, au-devant du fer.
Le Rubicon aux flots rouges, faible dans sa source, roule à peine ses eaux défaillantes sous les signes brûlants de l'été; il serpente au fond des vallées, et sépare les champs de la Gaule, des campagnes de l'Italie. Mais l'hiver lui donnait alors des forces : trois mois de pluies avaient grossi ses ondes, et les neiges des Alpes, fondues par l'humide haleine du vent du midi, l'enflaient encore de leurs torrents.
Pour soutenir le poids des eaux, la cavalerie s'élance la première, et dans son oblique passage, elle oppose une digue à leur cours. L'impétuosité du fleuve, alors suspendue, permet aux bataillons de s'ouvrir un chemin facile à travers les ondes obéissantes. Déjà César a franchi le fleuve, il touche à la rive opposée; et dès qu'il a mis un pied rebelle dans cette Italie interdite à ses vœux :
«C'est ici, dit-il, c'est ici que je laisse la paix et les lois déjà violées. Fortune ! Je m'abandonne à toi ! Plus de lien qui me retienne. J'ai pris pour arbitre le sort, et la guerre sera mon juge.» À l'instant son ardeur infatigable presse les pas de ses guerriers à travers les ombres de la nuit; il va, plus rapide que la pierre lancée par la fronde du Baléare ou que la flèche du Parthe fuyard. Et le soleil à peine avait effacé les étoiles, lorsque César entra menaçant dans les murailles d'Ariminum» (LUCAIN, La Pharsale, I).

C'est dire si l'analogie des situations a pu marquer l'imaginaire. Mais le critique de DVDrama a bien noté la propension du scénariste Bruno Heller de prendre à contre-pied les attentes des spectateurs, le spoiling de l'Histoire qui ajoute du plaisir au visionnage.

Le dictateur démocrate
César est ambitieux, comme doit l'être tout Romain de sa condition sociale : chaque gens patricienne n'a qu'une seule obsession, donner un consul de plus à la République, issu de ses rangs. César est un aristocrate; il descend de la déesse Vénus et du Troyen Enée, et par conséquent de Romulus, le fondateur de Rome. Il joue la carte du populisme, peut-être par démagogie, peut-être par lucidité politique, les deux n'étant pas incompatibles : il faut bien créer les moyens de sa politique. Ses réalisations tant politiques qu'urbanistiques témoigneront néanmoins d'un réel souci d'améliorer la condition des classes populaires et d'assurer le développement de la ville et de l'Empire.

Il entreprit des réformes de grande envergure, posant les bases d'une administration qui durera plusieurs siècles, et dans laquelle il ne pensa pas seulement à Rome, mais à toute l'Italie et à tout le monde romain. César consentit à avantager les provinciaux jusqu'alors obstinément tenus à l'écart. La Gaule cisalpine reçut le droit de cité. Des Gaulois (CLICK et CLICK) et des Espagnols entrèrent au Sénat. Nombre d'entre eux étaient ses clients, qui avaient servi dans ses légions. Le Sénat de Rome - qu'il dépouilla de presque tous ses pouvoirs - comprit désormais 800 membres, parmi lesquels des provinciaux, ses créatures. César nomma lui-même et contrôla étroitement les gouverneurs de province, ainsi que les sociétés de publicains (6).
Les villes d'Italie reçurent une large autonomie; le droit de cité leur fut attribué sur une grande échelle. Chaque cité d'Italie put élire ses magistrats et en appeler à Rome contre ceux-ci. Désormais l'Italie n'était plus dirigée par une ville conquérante mais par une capitale.

Comme consul en 59, César avait obtenu des terres en Italie pour les vétérans de son associé Pompée. Sous sa dictature, des colonies furent fondées en Gaule et en Espagne (7). Distribuant des terres à ses vétérans et à des pères de famille, César y envoya 80.000 citoyens, qui contribuèrent à romaniser ces nouvelles provinces. Il réduisit les dettes d'un quart, mais sans les abolir comme on l'espérait (8). Luttant contre le parasitisme, il rendit sa dignité au peuple sans verser dans la démagogie mais en contraignant les citoyens défavorisés à travailler, ce qu'il obtint en réduisant considérablement les distributions gratuites de blé. «Libéralisme», diront les esprits chagrins ! Mais il convient de considérer avec beaucoup de prudence l'abîme qui, en la matière, sépare les Romains des modernes idées socialistes. Le travail ennoblit-il l'Homme ? Certes, mais à condition de ne pas se faire vilement exploiter... Quoiqu'en disent certains soi-disant spécialistes de la question de l'esclavagisme, ni les Romains, ni avant eux les Grecs ne méprisaient le travail : mais chacun savait où était sa place dans la société, et pour les humiliores, l'esclave avait jusque-là été l'auxiliaire apprécié de l'humble artisan, presque un membre de la famille. Songeons à ce vieux grigou de Caton l'Ancien, qui peinait aux champs avec les siens et partageait leur ordinaire - schéma qui, bien évidemment, se reproduisait aux échelons les plus modestes de la société.

César mit en route de vastes programmes de construction. Il réaménagea et agrandit le port d'Ostie, à l'embouchure du Tibre. Les grandes métropoles maritimes Carthage et de Corinthe avaient été rasées en -146, la même année ! Conscient de leur importance dans le contexte de l'Empire, César en ordonna la reconstruction, qui commença en -44 pour Corinthe, mais il faudra attendre le règne d'Octave-Auguste pour que la Carthage romaine - vieux rêve des Gracques - se voie mettre en chantier, en -29.

Enfin, le calendrier romain était en perpétuel décalage par rapport aux saisons : il le réforma aussi. Inspiré des travaux de l'astronome alexandrin Sosigène, le calendrier julien fut adopté, et l'année compta désormais 365,25 jours.

 
julius caesar julius caesar

Deux visages de Jules César.
A gauche : Musée du Louvre (ph. Giraudon) (extr. Benoist-Méchin, Cléopâtre ou le rêve évanoui, Clairefontaine, 1964) ...
... A droite : Musée du Vatican (ph. Alinari) (extr. A. Weigall, Cléopâtre, Payot, 1952)

Cæsar Imperator
Il convient de tordre le cou à une idée reçue. Ni César, ni même Octave-Auguste ne furent des «empereurs romains» au sens moderne du terme. Tous deux accumulèrent des magistratures qui concentraient les pouvoirs entre leurs mains, mais César fut seulement dictateur «à vie»... pendant à peine quatre ans, et Auguste le premier des sénateurs - le «prince du Sénat» -, d'où le nom de Principat associé à son règne, par opposition à Dominat, qui apparut à partir de Domitien. Cependant, c'est bien à Auguste que le 16 janvier -27, le Sénat, en remplacement de son prénom, ajouta Imperator à sa titulature : «Imperator Cæsar Augustus».
Tous deux furent divinisés après leur mort, mais le troisième - Tibère - dédaigna cet honneur, preuve que l'usage était loin d'être entré dans les mœurs.
Jusqu'alors, le titre d'Imperator avait toujours été décerné à un général vainqueur, par l'acclamation de des troupes, sur un champ de bataille et était purement honorifique.
Dion Cassius commente ce changement sémantique : «Le titre d'Imperator, non plus seulement dans le sens antique, tel que souvent d'autres et lui-même l'avaient reçu à la suite de guerres, ni dans le sens qu'on lui donnait en le décernant à des citoyens qui avaient exercé quelque autorité suprême ou quelque autre commandement, mais au sens où l'on désigne aujourd'hui ceux qui se succèdent au pouvoir, lui fut alors, à lui le premier, attribué comme premier nom et même comme nom propre» (DION CASSIUS, Hist. rom., XLIII, 41-45).

Toute l'histoire de l'Empire romain l'atteste, pour s'élever au-dessus de ses pairs - les grands propriétaires fonciers qui constituent la classe patricienne siégeant au Sénat - le populisme est la seule possibilité. Les Romains haïssaient viscéralement la monarchie et, dès le premier chapitre de son Empire gréco-romain, Paul Veyne démontrera que la notion d'«empereur romain» va rester au fil des siècles et théoriquement, celle d'un administrateur entouré de son clan qui gère momentanément l'Empire, ce en totale opposition avec le concept de royauté où le territoire est la propriété privée d'une famille donnée, qui passe de mains en mains par filiation héréditaire.

Tous les Julio-Claudiens (Caligula et Néron en particulier) ont été des populistes, adorés par le peuple. Ils ne persécutèrent jamais que les patriciens, qui étaient leurs opposants politiques naturels. Ces derniers, hors leur clientèle propre, se souciaient comme d'une guigne des intérêts de la plèbe, sauf bien sûr lorsque le Forum se changeait en champ de bataille... ou que la populace décidait de faire sécession (p. ex. la retraite sur le Mont Sacré, au temps de la guerre contre les Volsques).

 

rome hbo - julius caesar

César

A l'aune de l'ambition
L'argent étant le nerf de la guerre, lorsque César entra dans Rome son premier soin s'apparenta à l'action d'un chef de gang mafioso : aller perquisitionner le Trésor public, entreposé dans le Temple de Saturne. Les Pompéiens n'avaient pas eu le temps d'évacuer les lingots d'or, au contraire de ce que l'on voit dans la série-TV HBO. Comme le tribun L. Metellus s'y opposait, le proconsul l'apostropha en ces termes : «Le temps des armes n'est pas celui des lois ! Ouvre ! Tu feras ton discours après !» Alors Metellus couvrit de son corps la porte sacrée. «Ouvre ou je te tue !, rugit César. Et sache, jeune homme, que cela m'est encore moins difficile à faire qu'à dire !» Il ne resta plus à Metellus qu'à livrer le Trésor, comme le ferait un simple caissier de banque menacé par des bandits (9).

Le prix de l'ambition d'un homme, le prix de la guerre civile... Après le quadruple triomphe de César en août 44, eut lieu un recensement des citoyens et, «au lieu de 320.000 citoyens qu'il y avait auparavant, on n'en dénombr[a] que 150.000 en tout, tant la guerre civile avait causé de pertes, tant elle avait fait disparaître de citoyens, et cela en laissant hors du compte les malheurs qui avaient frappé le reste de l'Italie et les provinces» (PLUT., Cæs., 55, 2-3). Quelque part, cette saignée démographique n'est pas sans rappeler celle de la Deuxième guerre punique. A vrai dire, d'autres avant lui ne s'étaient pas gênés pour faire périr un grand nombre de leurs concitoyens - ne parlons même pas des alliés italiques - et après sa mort, la guerre civile allait durer encore une quinzaine d'années. Qui plus est, sa campagne de huit ans en Gaule avait été l'occasion d'une guerre au caractère souvent génocidaire (en particulier chez les Nerviens et les Eburons, rayés de la carte). On l'évalue à un million de morts gaulois, sans oublier des centaines de milliers de personnes déplacées, réduites en esclavage (et notre centurion Vorenus, pétri de grands principes stoïciens, n'hésite pas à essayer d'en tirer quelques bénéfices substantiels).
Ne nous y trompons pas, toutefois. Si Caton dénonce au Sénat la guerre illégale menée par le traître César, ce n'est pas par sentiment humanitaire : c'est, tout simplement, parce que César a agi de sa propre initiative, sans la permission du Sénat. Il a saisi le prétexte de secourir les Eduens «amis et alliés du Peuple romain» attaqués par le Germain Arioviste (lui aussi «ami et allié du Peuple romain», soit dit en passant), pour entreprendre une action à laquelle se refusait le Sénat depuis... dix sept-ans déjà. Et surtout Caton, conservateur rétrograde, est l'ennemi politique de ce Julii mieux né que lui, ce réformateur qui en 69, prétextant faire l'éloge funèbre de sa tante Julia - veuve de Caius Marius - a fait le panégyrique du grand leader démocrate, celui qui a ouvert les rangs des légions aux prolétaires. Il en a même ressorti les effigies ! Ce Marius, que Sylla avait voué à la damnatio memoriæ, mais qui était resté vivant dans le cœur le la plèbe romaine. Et comment oublier l'attitude de César au moment de la conjuration de Catilina, en 63, qui fut des plus équivoques ?...
Soyons clair : les Romains sont, exactement comme nous, pétris de grands principes humanistes, mais qui à la différence des nôtres ne s'appliquent qu'aux citoyens romains - de préférence bien-nés. Qu'importent alors les pays étrangers ravagés, les villes ruinées, les femmes violées, les hommes massacrés ou réduits en esclavage ? On a besoin de bras pour faire marcher l'économie, de butin pour faire ripaille et enrichir la ville.
Seul Octave - dans la série-TV Rome (HBO) - a bien vu que les soldats faisaient la guerre contre leur propre intérêt. Au fil des décennies, leurs lopins de terre tombés entre les mains des nobles propriétaires étaient maintenant cultivés par les esclaves étrangers... Esclaves qu'ils avaient eux-mêmes ramenés, ô ironie. Il ne leur restait plus, désormais, qu'à aller faire la file avec les chômeurs... Octave annonce déjà l'Auguste de la Pax Romana et la Deuxième Saison de Rome...

César et les femmes
Aussi exigeant avec lui-même qu'avec les autres, César n'hésite pas - pour préserver l'équilibre de ses alliances politiques - à rompre avec Servilia, sa maîtresse devenue encombrante. Un divorce d'avec Calpurnia, jalouse, serait catastrophique car il perdrait ainsi l'adhésion du puissant clan des Calpurnii. Cela ne signifie nullement que le César de la minisérie HBO l'ait fait de gaîté de cœur - «il l'a gros sur la patate», comme chantait quelque part le Grand Georges - mais il lui faut sauver sa vision du monde, et rentrer dans les rangs de la respectabilité.

«Tout le monde s'accorde à dire qu'il était porté au plaisir, généreux dans ses amours, et qu'il séduisit un très grand nombre de femmes d'une illustre naissance, entre autres Postumia, l'épouse de Servius Sulpicius, Lollia, celle d'Aulus Gabinius, Tertulla, celle de Marcus Crassus et même Mucia, la femme de Cn. Pompée [qui] ne cessait, en gémissant, de l'appeler Egisthe» (SUÉT., Cæs., 50)... sans oublier, bien sûr, Servilia, la demi-sœur de Caton et épouse du consul Junius Silanus. Et Dion Cassius de renchérir, le présentant comme «très porté sur l'amour et nouant des liaisons avec un très grand nombre d'autres femmes : toutes celles qui croisaient son chemin» (DION CASSIUS, XLII, 34). Ce que Mérimée nuance : «Ses vices mêmes avaient un but politique; ses maîtresses étaient les femmes des magistrats les plus influents» (10).

Outre ses maîtresses, le «séducteur chauve» fut fiancé une fois et marié trois fois. En voici la chronologie :

83

[César a 17 ans] César rompt avec sa petite fiancée Cossutia, de rang équestre, qu'il avait «épousée» en 87 - il avait alors 13 ans - en prenant sa charge de Flamen Dialis.
Il se marie avec Cornelia Cinna (que Colleen McCullough a rebaptisée «Cinnilla»), fille de L. Cornelius Cinna, le bras-droit de son oncle Marius.
82 [César a 18 ans] Il refuse d'obtempérer à l'ordre de Sylla de répudier Cornelia, et prend le chemin de l'exil (voyez le téléfilm d'Uli Edel, Jules César, 2002, et aussi le film de Sergio Grieco, Jules César contre les Pirates, 1962).
69 [César a 31 ans] Il prononce l'éloge funèbre de son épouse Cornelia (et aussi celui de sa tante Julia, veuve de Caius Marius).
68 [César a 32 ans] Il épouse Pompeia Sylla, fille de Q. Pompeius Rufus (et par sa mère Cornelia Sylla, petite-fille du dictateur), un mariage politique qui lui permet de se placer dans la parentèle de Pompeius Magnus, l'astre montant alors.
(Fait prisonnier à Thapsus, Q. Pompeius n'évitera d'être lynché par les légionnaires de César qu'en se réfugiant auprès de son ancien gendre, lequel lui accorda sa protection.)
62 [César a 38 ans] Il répudie Pompeia, suite à la profanation par l'amant de celle-ci - P. Clodius Pulcher - et dans sa propre maison, des Mystères de la Bonne Déesse. (Cf. le roman de John Maddox Roberts, S.P.Q.R. - The Sacrilege, 1992 (Sacrilège à Rome, 2006).)
59 [César a 41 ans] Sa fille Julia, qu'il a eue de Cornelia, épouse Pompée (elle décédera en couches en septembre 54).
César épouse Calpurnia - fille de L. Calpurnius Piso Cæsonianus, «personnage assez terne, mais jouissant dans les milieux politiques d'une haute considération», écrit Gérard Walter. Elle lui survivra.
(Le père de Calpurnia, L. Calpurnius Piso fut consul en 58 avec Aulus Gabinius et fit exiler Cicéron. Comme gouverneur de la Macédoine, en 57, il se fera connaître par ses débauches et ses rapines. Ce qui ne l'empêchera pas de devenir censeur en 50 (G.G., I, 6, 12).)

César écrivain
«Les Commentaires de César, nettement tendancieux, exigent une lecture critique, mais, précis et clairs, ils révèlent toute l'originalité et le génial esprit de leur auteur, note Jean Croon (11). César est, avec Cicéron, le plus important représentant de la littérature latine classique en prose, et c'est avec juste raison que ses écrits servent toujours de base pour l'enseignement du latin. Mais il ne parvint pas à assurer la stabilité réalisée plus tard par Auguste, avec beaucoup plus de diplomatie. En effet, l'activité de César, son génie, son autorité et, bien qu'il eût refusé le titre de Rex, son amour orgueilleux de la gloire heurtaient les sentiments républicains encore très vifs à cette époque. Les milieux antimonarchiques espéraient toujours rétablir la République. Ce mécontentement et cet espoir furent les causes de la conspiration ourdie par Brutus et Cassius : César fut assassiné en plein Sénat, aux Ides de mars 44. Ses adversaires ne tardèrent pas à se rendre compte que leur idéal n'était qu'une illusion, la République de Rome avait cessé d'exister et, malgré Cicéron, le Sénat fut impuissant contre Marc Antoine et les vétérans de César. L'Empire romain était sur le point de naître dans le rayonnement du siècle d'Auguste.»

De l'œuvre écrite de César, nous sont parvenus ses Commentaires :
a) sur la Guerre des Gaules (Commentarii de Bello Gallico), 7 livres (et un huitième, d'Aulus Hirtius);
b) sur la Guerre civile (Commentarii de Bello civili), 3 livres (et un quatrième, anonyme).

Tous ses autres ouvrages ont été perdus, notamment trois volumes de correspondance (mais il subsiste quelques lettres de sa plume dans celle de Cicéron); des discours («admirés par Tacite et par Quintilien, dignes, dit ce dernier, d'être mis en parallèle avec ceux de Cicéron», note Jean Laloup); un Anticaton, réfutation de Caton d'Utique (45); un De Analogia, traité de grammaire dédié à Cicéron (43 ?); un Iter, voyage en Espagne (46); des Apophtegmes, recueil de sentences; une tragédie Œdipe; et, enfin, un poème Laudes Herculis (Louanges d'Hercule), dont Octave-Auguste interdit la publication.
On lui attribue, mais à tort, certains récits de campagne probablement rédigés par des officiers de son armée : De Bello Alexandrino (guerre d'Egypte, en 47), De Bello Africano (guerre d'Afrique, en 46) et De Bello Hispaniensi, en 45).

 

julius caesar

César (British Museum)
(extr. A. Weigall, Cléopâtre, Payot, 1952)

Chronologie de Jules César

100
(ou 101 ?)

(12 juillet) Naissance de Caius Julius Cæsar.
87 [César a 13 ans] Flamen Dialis.
82 [César a 18 ans] Neveu de Marius et gendre de Cinna, César échappe à grand peine à la proscription de Sylla qui aurait dit de lui : «En ce jeune homme se cachent plusieurs Marius.»
81 [César a 19 ans] S'étant fait pardonner grâce à ses relations, il juge néanmoins prudent de se tenir quelques temps encore à l'écart de Rome. Il se fait affecter comme contubernalis (cadet) à l'état-major du propréteur M. Minucius Thermus, légat de Lucullus. Siège de Mitylène où, selon Suétone, à vingt ans, il gagne la «couronne civique» - ce qui de droit le fait entrer au Sénat dix ans avant l'âge normal.
80 [César a 20 ans] Légat de Thermus chez Nicomède IV de Bithynie.
78 [César a 22 ans] Sylla décédé, il rentre à Rome, et y devient avocat.
77-76 [César a 23-24 ans] Comme avocat, perd deux procès contre les prévaricateurs syllaniens Cn. Cornelius Dolabella et C. Antonius Hybrida.
76-75 [César a 24-25 ans] Voyage à Rhodes, où il étudie chez Apollonius Molon. Il est capturé par les pirates de Pharmacuse, qu'il fait ensuite arrêter et crucifier (voyez le téléfilm d'Uli Edel, Jules César, 2002, et aussi le film de Sergio Grieco, Jules César contre les Pirates, 1962). De sa propre initiative, il lève un corps franc pour participer à la guerre contre Mithridate.
73 [César a 27 ans] De retour à Rome, il est élu dans le Collège des Pontifes.
72
(ou 71)
[César a 28 (ou 29) ans] Tribun militaire - mais on ignore sur quel théâtre d'opérations (12).
70 De manière inconstitutionnelle, Pompée et Crassus - les vainqueurs de Spartacus - sont élus consuls pour la première fois. Aucun des deux ne remplissait les conditions légales pour pouvoir y prétendre, mais il est vrai qu'ils s'étaient l'un et l'autre prudemment abstenus de licencier leurs troupes... Ils restaureront les pouvoirs des tribuns de la plèbe, auxquels la Constitution de Sylla avait rogné les griffes.
69 [César a 31 ans] César prononce l'éloge funèbre de sa tante Julia, veuve de Marius, et ressort les effigies interdites du vieux leader démocrate, dont il fait un vibrant panégyrique.
68 [César a 32 ans] Questeur.
67 [César a 33 ans] Soutient la lex Gabinia de piratis persequentis qui confère à Pompée l'imperium maius qui lui donnera les moyens d'éradiquer la piraterie en Méditerranée.
66 [César a 34 ans] Soutient avec Cicéron la lex Manilia de imperio Pompeii.
65 [César a 35 ans] Edile curule. Il offre des jeux coûteux.
63 [César a 37 ans] Préteur urbain. Opposé à Cicéron, il proteste contre la mise à mort des partisans de Catilina aussi le soupçonne-t-on de connivence avec eux.
Il dépense d'énormes sommes pour se faire élire Pontifex Maximus.
62 [César a 38 ans] Propréteur de la Bétique (Espagne). Talonné par ses créanciers, il ne peut se rendre dans sa province qu'après que Crassus se soit porté garant de ses dettes. P. Clodius Pulcher profane les Mystères de la Bonne Déesse.
(Cf. le roman de John Maddox Roberts, S.P.Q.R. - The Sacrilege, 1992 (Sacrilège à Rome, 2006).)
60 [César a 40 ans] A son retour à Rome, le Sénat s'oppose à lui lorsqu'il prétend briguer le consulat. Avec Pompée (qui a lui aussi des difficultés avec les Pères Conscrits) et Crassus, il conclut le 1er triumvirat, entente entièrement privée.
59 [César a 41 ans] Consul I. Son collègue est l'insignifiant M. Calpurnius Bibulus, aussi la plèbe en parlera-t-elle de ce consulat comme celui de «Julius et de Cæsar», au lieu de Bibulus et Cæsar. Il fait voter les lois proposées par Pompée et - contre la volonté du Sénat - se fait attribuer les provinces de la Gaule Cisalpine et de l'Illyrie. Pris de peur, le Sénat y ajoute la Gaule Transalpine, l'actuelle Provence.
58-50 [César a 42-50 ans] César soumet la Gaule. Cf. Vercingétorix.
56 [César a 44 ans] Le triumvirat est renouvelé à Lucques.
53 [César a 47 ans] (12 juin 53) Crassus est tué par les Parthes à Carrhæ.
Le fossé se creuse de plus en plus entre Pompée et César. Pompée s'appuie surtout sur les optimates, lesquels redoutent le jour où César reviendrait à Rome avec ses dix légions, devenues en Gaule une redoutable armée professionnelle, entièrement dévouée à son général.
50 [César a 50 ans] In absentia, César brigue le consulat; il offre de démobiliser 8 légions et de n'en garder que 2. Mais le Sénat et Pompée posent comme condition préalable la démobilisation de toute son armée.
49 [César a 51 ans] Dictateur I. Rejoint en son camp par ses créatures Marc Antoine et C. Scribonius Curio, César évente la manœuvre.
(10 janvier) César, qui dispose de 10 (ou 12 ?) légions, franchit le Rubicon avec la seule XIIIe. C'est le pronunciamiento.
Pompée - qui ne possède en Italie que trois légions (13) (dont deux (14) dans le sud, en Apulie), et sept autres... en Espagne - s'enfuit en Grèce avec les consuls C. Claudius Marcellus II et L. Cornelius Lentulus Crus. César, entré dans Rome, ne veut pas l'y poursuivre avant d'avoir assuré ses arrières en liquidant d'abord ses troupes stationnées dans son proconsulat d'Espagne. César marche avec six légions, mais en laisse trois devant Marseille sous le commandement de Decimus Junius Brutus. En Espagne, il en lève une quatrième parmi ses clients (il y a été propréteur en 62). Et c'est la bataille d'Ilerida (8 août 49 [calendrier julien : 27 ou 5 mai]). Les troupes d'Afranius et de Petreius sont licenciées en Gaule; quelques légionnaires rallient les rangs césariens. Ensuite c'est Varron qui est soumis.
César peut maintenant se tourner vers Pompée; d'abord il envoie Scribonius Curio en Afrique (8 août 49), où douze jours plus tard celui-ci se fait massacrer par les Numides alliés des Pompéiens.
(La désastreuse expédition de Curion sert d'arrière-plan à Steven Saylor, La dernière prophétie,une enquête de Gordien.)
(Fin octobre) César obtient la capitulation de Marseille.
(Du 2 au 12 décembre) Il est à Rome où il obtient la dictature, et le consulat pour 48.
(13 décembre) César quitte Rome pour Brundisium et fait traverser la mer par...
48 [César a 52 ans] Consul II (avec P. Servilius Vatia Isauricus).
(4-5 janvier)... ses troupes, qui débarquent en Grèce.
i(27 mars) Antoine vient l'y rejoindre.
17 juillet) Echec de César à Dyrrachium où Pompée s'était réfugié.
(9 août 48 [calendrier julien : 29 juin ou 7 juin]) Victoire à Pharsale, malgré son infériorité numérique.
Il poursuivit Pompée en Egypte
(2 octobre) César débarque à Alexandrie.
Il place sur le trône Cléopâtre, dont a fait sa maîtresse.
(Du 2 novembre 48 au 27 mars 47) Une révolte va y retenir César assiégé cinq mois durant.
47 [César a 53 ans] Dictateur II (avec Marc Antoine, maître de cavalerie), succède aux consuls de l'année, Quintius Fusius Calvus et P. Vatinius).
(2 août) Campagne en Asie Mineure contre Pharnace, qui est battu à Zéla.
46 [César a 54 ans] Consul III avec M. Æmilius Lepidus. Campagne contre les restes de l'armée pompéienne en Afrique (Thapsus, 6 avril 46). En août, César célèbre ses quatre triomphes.
45 [César a 55 ans] Consul IV (seul), puis dictateur III (avec M. Æmilius Lepidus, maître de cavalerie); consuls pour trois mois : Q. Fabius Maximus (décédé, remplacé par Caninius Rebilus) et C. Trebonius.
Campagne contre les restes de l'armée pompéienne en Espagne (Munda, 17 mars 45). Début octobre, César célèbre un cinquième triomphe sur l'Espagne.
44 [César a 56 ans] Dictateur IV, consul V. Marc Antoine est son coconsul et maître de cavalerie. César substitue consul à sa propre place M. Æmilius Lepidus.
César est désormais le maître absolu de Rome. On lui avait déjà conféré la dictature auparavant; cette fois-ci il l'obtient pour dix ans. Il était déjà Pontifex Maximus depuis longtemps; il reçoit encore la puissance tribunicienne qui le rend désormais intouchable - ainsi contrôle-t-il tout l'Etat.
Aux Ides de mars (15 mars), César tombe percé de vingt-trois coups de couteau, alors qu'il s'apprêtait à partir en campagne contre l'Empire parthe.
Après la mort de César, les consuls sont Marc Antoine et Cornelius Dolabella.

CICÉRON (David Bamber)
(106-43)
Cicéron est membre du Sénat. Entre optimates et populares, il est le chef de file des modérés, opposé à la politique impérialiste de César en Gaule (la troisième voie, celle des «viri boni»). Son art oratoire est incontesté et reconnu. C'est un homme à l'esprit élégant et au jugement profond. Le plus grand orateur de son temps; il mène une perpétuelle lutte intérieure entre ses principes et ses désirs. Mais il veille aussi au respect des lois contre les généraux ambitieux.

 

rome hbo - ciceron - david bamber

Cicéron

C'est dans une famille équestre du municipe d'Arpinum, en pays volsque que naquit le 3 janvier 106 Marcus Tullius Cicero. Son père s'établit à Rome pour lui permettre de faire des études auprès du jurisconsulte Mucius Scævola, des philosophes Philon de Larissa (académicien) et Diodote (stoïcien).
Originaire d'Arpinum comme Caius Marius, il était à l'instar de celui-ci un «homme nouveau» (homo novus) en butte à la suspicion des fiers aristocrates romains. Mais à la différence de Marius, il ne se précipita pas dans le camp radical des populares mais, toujours, cherchera à composer avec les conservateurs, les optimates.

Au début, il fut seulement avocat et se fit remarquer en 80, en prenant la défense d'un jeune homme accusé de parricide, contre un des plus puissants favoris de Sylla (Pro Roscio Amerino); il fallait un certain courage pour oser entreprendre une telle tâche. Il fit ensuite des études à Athènes (où il se lia d'amitié pour toute sa vie avec Atticus) et à Rhodes où il suivit les cours de Posidonios.

«Cicéron fut plus ou moins estimé selon les époques. C'est au XIXe s., avec Mommsen, qu'il fut le plus décrié. Aujourd'hui encore certains érudits se servent de ses lettres pour noircir son souvenir. Il était certainement opportuniste et vaniteux (comme en témoigne sa fierté à propos des vers de mauvaise qualité qu'il écrivit pour glorifier son propre consulat), mais il possédait néanmoins de nombreux côtés positifs, note Jean H. Croon.
Jeune homme, il osa défier les complices de Sylla et, pendant les dernières années de sa vie, il s'attaqua à Antoine avec le courage d'un lion. Son idéal d'une concordia ordinum (union et collaboration des différentes classes) aurait pu, sous Pompée, se réaliser.
Cependant, la valeur de Cicéron réside surtout dans ses ouvrages littéraires. Ses discours et autres traités font autorité dans la prose classique latine. Dans ses ouvrages philosophiques, il adapta les doctrines des philosophes grecs depuis Aristote selon un genre qui lui était personnel, et influença ainsi la civilisation occidentale, au-delà de la culture latine de la fin de l'Antiquité, des premiers temps de la chrétienté et du moyen âge. Cicéron fut ainsi un des plus grands éducateurs de l'humanité»
(15).

Velléitaire ou opportuniste ?
Voici un demi-siècle, un historien de César, Jérôme Carcopino, publiait un ouvrage révélant les «secrets» de la «Correspondance de Cicéron». «II y montr[ait] que ce recueil, rendu public, très probablement par Octavien, vers 33 av. J.-C., avait été composé de manière à donner de l'orateur, victime des proscriptions du même Octavien, dix années auparavant, une image défavorable, notait Pierre Grimal. Et cela, afin d'exorciser son souvenir, d'empêcher qu'il n'apparût comme un martyr de la Liberté perdue. Ces Lettres, nous dit-on, révèlent un homme adonné au plaisir, prodigue, et, par conséquent, avide, sacrifiant sa vie de famille aux exigences de sa carrière, sans courage devant l'adversité, servant successivement plusieurs maîtres, commettant de graves erreurs dans l'appréciation des situations politiques, flattant César au moment même où il le hait secrètement, fourbe, velléitaire et, plus que tout, vaniteux.
(...) Replaçons son action dans la suite des événements et la complexité d'une vie politique où les choix et les alliances se faisaient moins d'après des doctrines (il n'existait pas, alors, de «partis», au sens où nous l'entendons) que d'après les amitiés, les relations personnelles, les exigences toujours changeantes d'une stratégie à court terme - les magistratures sont alors annuelles et les citoyens sont appelés, sans répit, à élire consuls, préteurs, édiles, questeurs, tribuns, il faut gagner leurs bonnes grâces, assurer sa popularité, aider ceux qui vous aideront plus tard. Il faut ménager les factions qui existent au Sénat, les groupes familiaux, formés chaque fois autour d'un ou deux personnages prestigieux. Tout cela ne saurait s'accommoder de positions doctrinales arrêtées. Dans cette république finissante, les affaires de la cité sont gérées souvent au jour le jour, les constantes sont restreintes à des positions surtout négatives. Si l'on veut jouer le jeu, il faut infiniment de souplesse, d'habileté, de subtilité, la ligne suivie dissimulant celle que l'on s'efforce de suivre, en secret, et l'historien moderne doit faire un effort d'imagination pour comprendre une mentalité et un milieu qui diffèrent beaucoup de ce que nous voyons de notre temps» (16).

«Je n'ai pas aimé le portrait qui est fait de Cicéron, s'insurge à propos de Rome (HBO) un Internaute dans un Forum. Un grand orateur comme lui, qu'on fait passer pour un fourbe, un anti-plèbe (si on peut dire) et un lèche-cul. Mais, bon, qui sait comment il était vraiment ?» Cette réflexion illustre la méconnaissance de l'Histoire par le grand public, qui semble croire que les scénaristes sont en droit de la réinventer à leur gré, de faire du roman plutôt que de l'historique. La licence poétique, la liberté du romancier n'est valable que pour la fiction; mais le roman historique appelle le respect de certaines contingences. Cicéron est un personnage dont tout le monde a entendu parler comme d'un grand écrivain et un grand homme politique. Mais qui - sinon, paraît-il, les «spécialistes» - sait exactement qui fut Cicéron, ses revirements, son opportunisme, sa lâcheté peut-être ? Cicéron étant un grand homme, il ne pouvait dans l'esprit de cet Internaute, qu'être favorable à la plèbe, un démocrate, voire un partisan de César...

Son œuvre
On peut diviser l'œuvre de Cicéron en trois catégories : les discours (on en a conservé 57), les écrits politiques et la correspondance (864 lettres de sa main, écrites entre 68 et 43, et 90 du calame de ses correspondants).

1) Les discours. Parmi les plus fameux, citons en 80 le Pro Roscio Amerino, procès d'un parricide qui a inspiré un docufiction et un roman policier de Steven Saylor; en 70, les Verrines, contre le concussionnaire C. Verres, propréteur de Sicile; en 63, les quatre Catilinaires (qui inspireront encore Steven Saylor et John Maddox Roberts); en 62, le Pro Archia pœta, plaidoyer pour le poète Archias, où il tresse un éloge de l'art poétique; en 56, le Pro Cælio, relatif aux frasques de M. Cælius, amant de la fameuse Clodia accusé de meurtre (cf. le roman de Steven Saylor); en 52, le Pro Milone, où il plaide la cause de T. Annius Milo, le chef de bande conservateur meurtrier de Clodius (mais ce discours trop parfait, qui a lui aussi inspiré un roman policier à Steven Saylor, a été réécrit après la condamnation à l'exil de Milon, les complices de Clodius l'ayant empêché de prononcer son discours pendant le procès); en 44-43, enfin, les quatorze Philippiques - ainsi nommées par allusion à celles de Démosthène -, contre Marc Antoine.
   
2) Les ouvrages de rhétorique, philosophie et de poésie. Cicéron y exprime ses conceptions de l'éloquence, ni «asiatique» (emphase), ni «néo-attique» (dépouillement); parmi eux, épinglons le Brutus, ouvrage de critique littéraire où l'auteur dialogue avec ses amis Brutus et Atticus. En philosophie, il penche pour le platonisme à travers la «Nouvelle Académie»; en morale, il est proche des stoïciens (De Re publica, De natura deorum, Cato maior...). La plupart sont des recherches originales, mais on a dit aussi que ses traités philosophiques n'étaient que des compilations des Grecs. L'importance de Cicéron réside dans le fait qu'il préféra le latin pour exprimer des théories philosophiques. Il traduisit du reste plusieurs auteurs grecs, notamment Aratos. Nous avons perdu son Eloge de Caton.
   
3) La correspondance : La majorité de ces épîtres relevant de la sphère privée, elles ne furent publiées qu'après sa mort - surtout grâce à son secrétaire Tiron. De tous les Romains, Cicéron est sans doute celui qui nous est le plus familier, justement grâce à cette correspondance qui nous donne un aperçu de sa vie privée, de ses pensées intimes, «renseignements que nous ne possédons sur aucun personnage important de l'Antiquité; nous y trouvons ses réactions immédiates aux événements politiques de son époque, ainsi que les cris de son cœur comme, par exemple, sa douleur devant la mort de sa fille Tullia» (17).

Chronologie de Cicéron

106

(3 janvier) Naissance de Cicéron.
89 [Cicéron a 17 ans] Il sert pendant la guerre sociale sous les ordres de Pompeius Strabo (le père de Pompeius Magnus).
80 [Cicéron a 26 ans] Démobilisé, il plaide la cause de Sextus Roscius accusé de parricide et dénonce la corruption de Chrysogonus, affranchi de Sylla (Pro Roscio Amerino) (cf. téléfilm docu-fiction Meurtre à Rome).
75 [Cicéron a 31 ans] Questeur en Sicile. Il est témoin de la corruption du fameux Caius Verrès.
70 [Cicéron a 36 ans] (août) A Rome, il intente un procès à Verrès (les Verrines), qu'il emportera contre son collègue Q. Hortensius Hortalus, le plus grand avocat de l'époque.
69 [Cicéron a 37 ans] Edile.
66 [Cicéron a 40 ans] Préteur. Il défend le projet de loi du tribun de la plèbe Manilius, qui propose de nommer Pompée commandant en chef des opérations d'Orient, contre Mithridate VI; son discours De lege Manilia marque ainsi une prise de distance par rapport au parti conservateur des optimates, opposés à ce projet. Cicéron songe à incarner une troisième voie en politique, celle des «hommes de bien» (uiri boni), entre le conservatisme des optimates et le «réformisme» de plus en plus radical des populares. Toutefois, l'émergence entre -66 et -63 de personnalités comme César ou Catilina dans le camp des populares amène Cicéron à se rapprocher des optimates.
63

[Cicéron a 43 ans] Consul. Cicéron démasque la conspiration populiste de Catilina (ses fameuses Catilinaires). Par un senatum consultum ultimum, procédure illégale car il a empêché les suspects d'en appeler à l'Assemblée du Peuple - approuvé par Caton le Jeune, mais contre l'avis de Jules César - il obtient la mise à mort de cinq conjurés dont l'ancien consul P. Cornelius Sura (le beau-père de Marc Antoine, qui deviendra son ennemi acharné) (3e et 4e Catilinaires).
Cette même année, en collaboration avec son confrère et rival Q. Hortensius Hortalus, il défend le consul désigné de 62, L. Licinius Murena (Pro Murena).

62 [Cicéron a 44 ans] Il témoigne contre P. Clodius Pulcher dans l'affaire de la profanation des Mystères de Bona Dea.
59 [Cicéron a 47 ans] Lors de la formation du triumvirat en 60, le consul Jules César tente d'associer Cicéron au triumvirat secret qu'il a constitué l'année précédente avec Pompée et Crassus. Se méfiant des démagogues, Cicéron s'en abstient, perdant ainsi, pour plusieurs années, la possibilité de jouer un rôle prépondérant sur la scène politique.
58 [Cicéron a 48 ans] (mars) Tandis que César, proconsul des Gaules, entame une guerre qui durera huit ans, Cicéron est condamné à l'exil par le consul Pison et le tribun de la plèbe Clodius. Ce dernier ne lui a pas pardonné le coup des Mystères : retour de manivelle de l'affaire Catilina ! Clodius fait raser sa maison sur le Palatin.
56 [Cicéron a 50 ans] Il rentre d'exil grâce au soutien du nouveau tribun de la plèbe T. Annius Milon. C'est la guéguerre entre les ouvriers chargés de reconstruire sa maison et les bandes armées de Clodius. Pompée intervient en faveur de Cicéron qui, en échange, se charge d'obtenir la prolongation du pouvoir proconsulaire de César en Gaule (De Provinciis Consularibus).
C'est au cours de ces années qu'il écrivit ses principaux traités oratoires et politiques.
53 [Cicéron a 53 ans] (12 juin) M. Licinius Crassus et son fils, l'augure Publius, périssent sous les coups des Parthes dans le désastre de Carrhæ (Harran, en Syrie). A Rome, Marc Antoine brigue l'augurat vacant, mais c'est Cicéron qui est élu.
Marc Antoine brigue la questure. Pour ce faire il se réconcilie avec Cicéron.
Sur le Forum, Antoine poursuit l'arme au poing l'agitateur populiste P. Clodius Pulcher, qui doit se cacher dans la boutique d'un libraire.
52 [Cicéron a 54 ans] (18 janvier) Son vieil ennemi Clodius est assassiné sur la voie Appienne par des hommes appartenant à Milon.
Au Forum, il plaide la cause de Milon, mais la perd (Pro Milone). Milon est condamné à l'exil, à Marseille.
(juillet) Tout en guerroyant en Gaule, Marc Antoine est élu questeur pour l'année 51.
51 [Cicéron a 55 ans] Il est envoyé comme proconsul en Cilicie. Son mandat y sera un exemple de probité.
50 [Cicéron a 56 ans] Les deux anciens triumvirs César et Pompée s'opposent politiquement; Cicéron prend le parti de Pompée tout en essayant d'éviter de contrarier César.
L'avocat rival de Cicéron, Q. Hortensius Hortalus, célèbre par ses viviers, étant décédé, Marc Antoine brigue une seconde fois l'augurat et l'obtient grâce à l'aide de Jules César et de C. Scribonius Curio, son ancien amant.
49 [Cicéron a 57 ans] César franchit le Rubicon. Après de nombreuses hésitations, Cicéron suit Pompée et son armée en Grèce.
48 [Cicéron a 58 ans] Après Pharsale, Cicéron abandonne le parti pompéien et obtient le pardon de César. Ayant trouvé grâce aux yeux de ce dernier, il se consacre de nouveau aux études et à des traités philosophiques.
46 [Cicéron a 60 ans] Il divorce de la terrible Terentia et épouse la jeune Publia.
45 [Cicéron a 61 ans] (mi-février) Sa fille Tullia décède. Cicéron à Astura.
(7-11 mars) Cicéron rédige la Consolation.
(novembre) Cicéron plaide au procès de Déjotarus.
(19 décembre) Visite de César à Cicéron, à Cumes.
44 [Cicéron a 62 ans] (15 mars) [Ides de mars] Vingt-trois conjurés assassinent César sous le portique du Théâtre de Pompée, où se réunissait provisoirement le Sénat.
Après l'assassinat de César, Cicéron revient dans l'arène politique pour attaquer Antoine dans ses Philippiques.
(avril) A Cumes Octavien a une entrevue avec Cicéron, que lui ont ménagé Oppius et Balbus. Dans sa correspondance, Cicéron estime avoir affaire à un homme déterminé, mais qu'il pense pouvoir manipuler.
(17 août) Cicéron rentre de Grèce. Sur le chemin du retour pour Rome, Cicéron s'arrête à Velia, où il voit Brutus.
(mi-août) Les «libérateurs» inquiets quittent l'Italie : Cassius se rend en Syrie et Marcus Brutus en Macédoine.
(21 août) Cicéron à Tusculum.
(31 août) Cicéron rentre à Rome.
(2 septembre) Première Philippique de Cicéron contre Marc Antoine.
(19 septembre) Réponse d'Antoine.
(9 octobre) Cicéron quitte Rome. Il écrit la Deuxième Philippique.
(1er novembre) Cicéron reçoit une lettre d'Octavien sollicitant une entrevue. Pour contrer Marc Antoine, l'ancien ennemi de César est prêt à s'allier au «fils» de ce dernier. Cicéron conseille à Octavien d'amener ses vétérans à Rome, au mépris de cette légalité dans laquelle l'avocat s'était toujours vertueusement drapé !
(du 2 au 11 novembre) Cicéron voyage : Pouzzoles, Sinuessa, Aquinum, Arpinum sa ville natale.
43 [Cicéron a 63 ans] (3 février) Cicéron prononce la Huitième Philippique.
(4 février (?)) Cicéron prononce la Neuvième Philippique.
(15 février (?)) Cicéron prononce la Dixième Philippique.
(8 mars (?)) Cicéron prononce la Onzième Philippique.
(10 mars (?)) Cicéron prononce la Douzième Philippique.
En vain Marc Antoine envoie en médiateurs au Sénat L. Munatius Plancus et Lépide. Et tout aussi vainement prêche-t-il l'union de tous les césariens, y compris Octavien.
(20 mars) Cicéron prononce la Treizième Philippique. La plus violente.
(14 avril) Première bataille devant Mutina (Modène) : Marc Antoine y assiège Decimus Brutus.
(16 avril) Première salutation impériale d'Octavien.
(21 avril) Cicéron prononce la Quatorzième Philippique.
(25 ou 26 avril) Marc Antoine est vaincu devant Mutina (Modène) par les deux consuls, Hirtius et Pansa (lesquels toutefois sont tués dans la bataille) et le propréteur Octavien. Anciens légats de César en Gaule, Hirtius et Pansa n'étaient pas trop heureux de combattre leur ancien camarade et marchèrent au combat avec des pieds de plomb. La «légende noire» d'Octavien insinue d'ailleurs que celui-ci se serait arrangé pour qu'ils ne survécussent point à leurs blessures... les consuls morts, la route du consulat lui était ouverte.
(26 et 27 avril) A l'instigation de Cicéron (les Philippiques) et au vu des rapports envoyés par Octavien et Pansa, Antoine est déclaré ennemi public. Decimus Brutus reçoit les honneurs du triomphe et le commandement des légions d'Italie.
(27 novembre) Rencontre à Bologne d'Antoine, Lépide et Octavien : formation du Second triumvirat (6) (la Lex Titia, ainsi nommée d'après le tribun de la plèbe Publius Titius, créant pour la circonstance et pour cinq ans les «triumvirs à pouvoirs constituants»). Cicéron est à Tusculum. Les trois associés établissent des listes de proscriptions. Début de la Troisième Guerre civile.
(7 décembre) Exécution de Cicéron dans sa villa d'Astura : le tribun Popilius et le centurion Herennius (18) (que l'avocat avait autrefois lavé d'une accusation de parricide), arrêtent sa litière et lui tranchent la gorge qu'il leur tendait stoïquement. Antoine avait mis son nom en bonne place sur la liste des proscriptions; Fulvia mutilera son cadavre et accrochera sa tête aux Rostres. Il fut une des premières victimes des proscriptions d'Antoine et Octavien réconciliés.
Suite…

NOTES :

(1) Y. LE BOHEC, Jules César, chef de guerre, Editions du Rocher, coll. «L'Art de la Guerre», 2001. - Retour texte

(2) C'est à Utique, ville d'Afrique du Nord, qu'il se donna la mort après sa défaite à Thapsus. - Retour texte

(3) Leur père Caton avait à 70 ans «épousé» (ou pris pour concubine) la fille d'un de ses esclaves celtibères, nommé Salonius. - Retour texte

(4) C. McCULLOUGH, Les Maîtres de Rome/5, Jules César, la violence et la passion, p. 21 - Retour texte

(5) 11-13-décembre 1862. Solidement retranchés, les Confédérés tirèrent comme des lapins les Nordistes dans leurs embarcations : Burnside perdit 13.000 hommes dans l'affaire, Lee moins de la moitié (5.000). - Retour texte

(6) Dans le système fiscal romain, des fermiers d'impôts (des publicains) avancent à l'Etat romain la contribution fixée pour leur province. Ils récupéraint ensuite - avec des marges d'intérêt somptuaires - les sommes avancées, en tondant le contribuable. Tous les abus étaient possibles. - Retour texte

(7) Et non en Pannonie, comme l'affirme la série-TV HBO. - Retour texte

(8) Cet aspect est bien mis en évidence par Steven Saylor dans La dernière prophétie où l'on voit l'agitateur M. Cælius exploiter la déception du peuple, toujours à la merci les banquiers et des usuriers dans les difficiles conditions économiques d'une nouvelle guerre civile. - Retour texte

(9) D'après Ph. LEFRANÇOIS, La Rome antique, Paris, Bellenand, p. 76. - Retour texte

(10) Prosper MÉRIMÉE, La conjuration de Catilina (1844) - Retour texte

(11) J.H. CROON, Encyclopédie de l'Antiquité classique, Sequoia, 1962, s.v. «César». - Retour texte

(12) C'est une lacune dans nos biographies de César. Colleen McCullough en a fait un des tribuns de Crassus dans la guerre contre Spartacus (73-71), mais c'est-là pure conjecture de romancière. Il en va de même de l'importance politique que confère à César, lors de cette même guerre servile, le film de Stanley Kubrick, Spartacus : César y est l'allié du tribun du peuple «Gracchus» (personnage de fiction), opposé au riche Crassus. Basé sur un schéma marxiste primaire - l'opposition du capitaliste Crassus au démocrate César -, ce scénario a : 1) complètement éludé la figure politique de Pompée, qui doit tirer pas mal de ficelles à Rome tout en guerroyant contre Sertorius en Espagne comme «proconsul faisant fonction» (non pro consule, sed pro consulibus); 2) omis de considérer le fait qu'une communauté d'intérêt, loin de les opposer, réunissait César et Crassus. - Retour texte

(13) Pourtant, c'est bien une cinquantaine de cohortes, soit cinq légions, qui suivent Pompée en Grèce. - Retour texte

(14) Et en lesquelles il n'avait aucune confiance, car il s'agissait de la I et de la XV, à lui restituées par César. - Retour texte

(15) J.H. CROON, Encyclopédie de l'Antiquité classique, Sequoia, 1962, s.v. «Cicéron». - Retour texte

(16) P. GRIMAL, Cicéron, P.U.F., coll «Que-sais-je ?», n 2199, 1984, pp. 5-7. - Retour texte

(17) J.H. CROON, Encyclopédie de l'Antiquité classique, Sequoia, 1962, s.v. «Cicéron». - Retour texte

(18) Dans la Deuxième Saison de Rome (HBO), ép. 18, c'est Pullo qui est envoyé par Antoine égorger Cicéron dans sa villa. - Retour texte