site peplums
 
logo peplums

ASTÉRIX AUX JEUX OLYMPIQUES

Larus, le petit page rose…

 
Donc, un troisième «Astérix» life se prépare, Astérix aux Jeux Olympiques dont le tournage devrait démarrer courant 2006, en Espagne (sortie prévue : décembre 2007 ou plus probablement janvier 2008).
 

asterix - jeux olympiques

Toujours pas dégouté de la gamelle après Légionnaire, Jean-Claude rempile chez les Romains. Notez la petite houppe à la Tintin de Cornedurus, lapsus calami de la part d'Uderzo ou don de prescience ? "Tiens, voilà du boudin. Pour les Belges y'en a plus, y'en a plus..."
(UDERZO & GOSCINNY, Astérix aux Jeux Olympiques, Dargaud).

 

Le contrat a été signé mercredi 8 juin 2005 par Albert Uderzo et Sylvie Uderzo, directrice des éditions Albert-René, Jérôme Seydoux (Pathé) et Thomas Langmann (La Petite Reine) en présence du négociateur Bernard de Choisy, qui gère des intérêts d'Albert Uderzo. C'est l'aboutissement de deux années de tractations, passées à vaincre les réticences du dessinateur Albert Uderzo, échaudé par le second volet live d'Alain Chabat (ce qui envoya par le fond le projet de Gérard Jugnot, Astérix en Hispanie (1) mais boosta un nouveau dessin animé, Astérix et les Vikings, sorti cette année 2006).

Le budget prévu est de 73,3 millions de dollars (60 millions EUR) et cette nouvelle mouture des aventures d'Astérix devrait, cette fois, réunir himself and for ever aware le plus Californien de tous les ketjes Bruxellois, Jean-Claude Van Damme dans le rôle de l'athlète-légionnaire Cornedurus, et, dans celui de Brutus, Benoît Poelvoorde. Désormais on ne parlera plus d'Astérix chez les Belges, mais des Belges dans Astérix ! Jean-Claude a promis de potasser les pages roses du Larousse - la lecture favorite de feu Goscinny - pour faire aussi beau que l'Antique. Voilà qui nous changera de ton innénarrable imitation d'Eddie Constantine, baby ! Mais tout de même, voir un compatriote entrer ainsi in the legend of the muscle opera, sans se casser la figure quand on enlève l'air, but boire de la bière sur ses peanuts - you understand ? - après avoir été, voici vingt ans, aware pour incarner Alexandre, the Big King Fish of the Macedonians, you know ? aux côtés de Sean Connery dans une adaptation du roman de Victor Hugo, Fire From Heaven (2)... ça donne la frite ! Et avec beaucoup de mayonnaise A.U.B. !

Tout naturellement, le choix d'Alain Delon s'imposait pour le rôle de Jules César. Depuis les Centurions de Mark Robson, Delon a pris du galon. Lui qui - de longue date déjà - ne parlait plus de lui-même qu'à la troisième personne devrait pouvoir se glisser sans effort dans la toge laticlave du grand Jules...

Gérard Depardieu restera fidèle à son personnage d'Obélix, mais Christian Clavier ne reprendra pas le rôle d'Astérix qu’il a avec soulagement abandonné à Clovis Cornillac (on avait d’abord chuchoté le blaze de José Garcia). Il avait aussi été question de l'actrice indienne Aishwara Rai, Miss Monde 1994, qui semble avoir disparu en chemin. Un doute affreux nous saisit, rapport à notre Jean-Claude national car un autre nom est cité pour ile rôle impérissable de Cornedurus: Jérôme Le Banner, bien musclé partout lui aussi. La réalisation est confiée à Frédéric Forestier (Le Boulet) et le scénario est assuré par Olivier Dazat et ses complices Charlot et Magnier (Les Guignols de l'Info) en collaboration avec Thomas Langmann - Albert Uderzo conservant un droit de regard sur toutes les opérations menant à la réalisation avec Anne Goscinny, associée au processus.

alain delon - denoit poelvoorde clovis cornillac
 

Astérix aux Jeux olympiques
Espagne - Allemagne - France, 2008

Asterix at the Olympic Games [INT]

Prod. : La Petite Reine (Thomas Langmann [3]) / Coul.

Fiche technique
Réal. : Frédéric FORESTIER, Thomas LANGMANN; Scén. : Olivier DAZAT, Franck MAGNIER, Alexandre CHARLOT (4) & Thomas LANGMANN, d'après la BD d'Albert UDERZO (5) & René GOSCINNY); Images : Thierry ARBOGAST; Prod. : Thomas LANGMANN (co-producer); Montage : Maryline MONTHIEUX; Casting : Pierre-Jacques BÉNICHOU; Décors : Aline BONETTO; Costumes : Madeline FONTAINE. - Effets spéciaux visuels : Alain CARSOUX (visual effects supervisor), Edouard VALTON (visual effects producer). - Cascades : Patrick CAUDERLIER (stunt coordinator), Patrick CAUDERLIER (stunts). - Divers : Edouard DUBOIS (music consultant), Frédéric MAUSS (production assistant), Marc ROBERT (casting assistant).

Fiche artistique
Clovis CORNILLAC (Astérix) - Gérard DEPARDIEU (Obélix) - Alain DELON (Jules César) - Franck DUBOSC (Assurancetourix) - Benoît POELVOORDE (Brutus) - SIM (Agecanonix) - Adriana KAREMBEU (Madame Agecanonix) - José GARCIA (Sacapus) - Jérôme LE BANNER (Cornedurus) - Stéphane ROUSSEAU (Alafolix) - David BECKHAM - Dany BOON - Claudia CARDINALE - Nathan JONES (Humungus) - Elsa PATAKY - Michael SCHUMACHER - Santiago SEGURA (Doctormabus) - Fernando TEJERO Jean-Claude VAN DAMME (Cornerdurus [Gluteus Maximus]) - Zinédine ZIDANE - Tony PARKER.

DISTRIBUTION
FR/ Pathé (Sortie annoncée, 30 janvier 2008)

NOTES
Tournage en Espagne, Studios près d'Alicante, et en France dans la forêt de Fontainebleau.
Budget : 73,3 millions de dollars / 60 millions d'EUR.

BIBLIOGRAPHIE
Matthieu CARRATIER, «21 semaines pour tourner Astérix : «Je crois... qu'on va avoir besoin d'un max de potion» (interview Thomas Langmann) et «Tête à tête» (interview Clovis Cornillac), Première, n 353, juillet 2006, pp. 68-75.


NOTES :

(1) Pour le producteur Claude Berri, Gérard Jugnot avait en 2003 huit mois durant planché sur Astérix en Hispanie, qui aurait dû recomposer l'équipe du Splendid : Josiane Balasko, Thierry Lhermitte et, dans les caligæ de Jules César, Michel Blanc. Gérard Depardieu était toujours partant en Obélix, mais déjà Christian Clavier s'était montré très réservé quant à l'idée de recoiffer le casque ailé du sympathique petit héros gaulois - on avait alors pressenti Lorant Deutsch, puis José Garcia. - Retour texte

(2) Le projet d'adaptation de ce roman de Mary Renault a avorté. Ironie, le réalisateur aurait dû être Arthur A. Seidelman, l'homme qui en 1969 dirigera une grosse balèze autricienne... un certain Arnold Schwarzenegger (sous le transparent pseudonyme d'Arnold Strong) dans son tout premier film, Hercules in New York, à la limite de l'underground ! - Retour texte

(3) Fils de Claude Berri. - Retour texte

(4) Olivier Dazat, Charlot et Magnier : Les Guignols de l'Info. - Retour texte

(5) Albert Uderzo conservant un droit de regard sur toutes les opérations menant à la réalisation, Anne Goscinny étant associée à ce processus. - Retour texte