site peplums
 
logo peplums


I Claudius
Moi, Claude, empereur
(Herbert Wise, TV BBC 1976)

(Page 2/3)

 

Page précédente :

Les Grandes Familles...

MÉMOIRE DES JULIO-CLAUDIENS

BIBLIOGRAPHIE

Sur cette page :

FICHE TECHNIQUE - version 1976

SCÉNARIO

CRITIQUES

FICHE TECHNIQUE - version 1937

CRITIQUES

I, Claudius... vu par von Sternberg
I, Claudius... vu par Michael Korda
Von Sternberg, vu par Flora Robson

Page suivante :

LEXIQUE DES PERSONNAGES

LIEUX D'EXIL

moi claude - i claudius
 

FICHE TECHNIQUE - version 1976

 
Moi, Claude, empereur [tv]
Moi, Claude, empereur [FR]
Grande-Bretagne, 1976

I, Claudius
I, Claudius [GB]
Eu, Claudio [SP]

Prod. : B.B.C. Television prod. (in association withs London Films by arrangement with Gerry Blattner Prod. Ltd.) / Coul. / Sound Mix : Mono / Série TV, 13 ¥ 50'

Fiche technique
Réal. : Herbert WISE; Scén. : Jack PULMAN (d'après les deux romans de Robert GRAVES, I, Claudius et Claudius, the God, 1934); Images : Jim ATKINSON (senior camera operator); Prod. : Martin LISEMORE; Prod. Design : Tim HARVEY; Costume Design : Barbara KRONIG; Maq. : Pam MEAGER; Son : Chick ANTHONY (sound mixer & sound) ; Eff. spéc. : John FRIEDLANDER (special effects designer); Production Unit Manager : Denis CURRAN; Advisor : Robert ERSKINE; Lighting technician : John GREEN; Production assistant : John HARRIS & Carol WISEMAN; Assistant camera : Peter HIDER; Chorégraphie : Geraldine STEPHENSON; Script Editor : Betty WILLINGALE; Musique : Wilfred JOSEPHS (title music), Harry RABINOWITZ & David WULSTAN (incidental music), CLERKES OF OXFORD (original music).

Fiche artistique
Derek JACOBI (Claude) - Siân PHILLIPS (Livia) - Brian BLESSED (Auguste) - George BAKER (Tibère, fils de Livia) - John HURT (Caligula [ép. 7, 8, 9, 10]) - Margaret TYZACK (Antonia, fille de Marc Antoine et d'Octavia l'Aînée [ép. 2, 6, 7, 8, 9]) - Ian OGILVY (Drusus, frère de Tibère [ép. 2]) - Frances WHITE (Julia, fille d'Auguste et de Scribonia [ép. 1, 2]) - John PAUL (Marcus Vipsanius Agrippa [ép. 1, 2]) - Christopher GUARD (Marcellus [ép. 1]) - Kevin McNALLY (Castor, fils unique de Tibère et Vipsania [ép. 3, 4, 6, 7]) - Patricia QUINN (Livilla, sœur de Claude [ép. 4, 7, 8]) - David ROBB (Germanicus, fils de Drusus et frère aîné de Claude [ép. 4, 5, 6]) - Fiona WALKER (Agrippine l'Aînée [ép. 4, 6, 7, 8]) - John CASTLE (Postumus, fils cadet d'Agrippa [ép. 4, 5]) - James FAULKNER (Hérode Agrippa, prince juif [ép. 4, 6, 7, 9, 11, 12]) - Patrick STEWART (Séjan, préfet du prétoire [ép. 5, 6, 7, 8]) - Stratford JOHNS (Cn. Calpurnius Piso [ép. 6]) - Irene HAMILTON (Plancina [ép. 6]) - John RHYS-DAVIES (Macron [ép. 8, 9]) - Beth MORRIS (Drusilla, sœur de Caligula [ép. 9]) - Sam DASTOR (Cassius Chærea [ép. 10, 11]) - Sheila WHITE (Messaline, 3e épouse de Claude [ép. 10, 11, 12]) - Bernard HEPTON (Pallas, affranchi de Claude [ép. 11, 12, 13]) - John CATER (Narcisse, affranchi de Claude [ép. 11, 12, 13]) - Barbara YOUNG (Agrippinilla (Agrippine la Jeune), 4e épouse de Claude [ép. 13]) - Christopher BIGGINS (Néron [ép. 13]).

Nicolas AMER (Mnester, mime [ép. 12]) - Darien ANGADI (C. Plautius Silvanus, ami de Lucius [ép. 3]) - Neal ARDEN (Cestius [ép. 11]) - Julian ARMSTRONG (garde germain [ép. 10]) - Liane AUKIN (Ælia, sœur de Séjan et 2e épouse de Claude [ép. 8]) - Richard AYLEN (sénateur [ép. 8]) - Robert BATEMAN (chanteur [ép. 10]) - Sally BAZELY (Poppée [ép. 10]) - John BEARDMORE (secrétaire [ép. 8]) - Kim BEGLEY (garde [ép. 8]) - Peter BENEDICT (esclave [ép. 8]) - John BENNETT (Xénophon [ép. 11]) - Roger BIZLEY (sénateur [ép. 2] / Plautius [ép. 13]) - William BOND (Usher [ép. 7, 10]) - Peter BOWLES (Caractacus, roi breton [ép. 13]) - James BREE (Montanus [ép. 5]) - Lyndon BROOK (Appius Silanus, persécuté par Messaline [ép. 11]) - John BURGESS (amant de Julia [ép. 3]) - Jonathan BURN (Fabius Maximus [ép. 5]) - Patsy BYRNE (Martina [ép. 6]) - Denis CAREY (Tite Live, historien romain [ép. 4]) - Jan CAREY (Diana [ép. 10]) - Michael CLEMENTS (Hérode Agrippa, jeune [ép. 3]) - Vivien CLIFFORD (épouse de Postumus [ép. 4]) - Jennifer CROXTON (Urgulanilla, 1ère épouse de Claude [ép. 4]) - Glenn CUNNINGHAM (esclave [ép. 12]) - David DAVENPORT (Thallus) - Isabel DEAN (Lollia [ép. 7]) - Neil DICKSON (garde [ép. 7]) - Alfonso Di LIETO (Junius, enfant [ép. 8]) - Anni DOMINGO (masseuse [ép. 2]) - Freda DOWIE (Sybille de Cumes [ép. 1, 13] / Milonia Cæsonia, 4e épouse de Caligula [ép. 10, 11]) - John DRAKE (consul [ép. 13]) - Patrick DRURY (courrier de Germanie [ép. 2]) - Anne DYSON (Briséis [ép. 9, 10]) - Donald ECCLES (Asinius Pollio, historien romain [ép. 4]) - Norman ESHLEY (Marcus Vinicius [ép. 10, 11]) - Norman ETTLINGER (sénateur [ép. 6]) - John EVITTS (Meno [ép. 5]) - James FAGAN (Asinius Asprenas, amant de Julia [ép. 3, 10, 11]) - Souad FARESS (fillette esclave [ép. 6, 12]) - Karin FOLEY (Hélène [ép. 7, 8]) - Terry FRANCIS (esclave [ép. 11]) - John FRANKLYN-ROBBINS (Atticus, libraire [ép. 8]) - Carol GILLIES (Camille Pulchra, Grande Vestale [ép. 5]) - Pat GORMAN (capitaine de la garde [ép. 8]) - Linal HAFT (Geta [ép. 12]) - Peter HARWOOD (Arianus, assassin [ép. 5]) - Michael HAWKINS (Rufus, officier en Germanie [ép. 2]) - Tony HAYGARTH (esclave de Claude [ép. 2]) - Bernard HILL (Gratus, prétorien [ép. 10, 11]) - Geoffrey HINSLIFF (Rufrius [ép. 11]) - Carleton HOBBS (Aristarque, poète grec [ép. 1]) - Charlotte HOWARD (Scylla, prostituée [ép. 12]) - George HOWE (sénateur [ép. 13]) - Katherine HUGHES (Arria, enfant [ép. 8]) - Richard HUNTER (Drusus, fils de Germanicus [ép. 8]) - Diana HUTCHINSON (Agrippina, enfant [ép. 3]) - George INNES (Quintus Justus, prétorien [ép. 12]) - Edward JEWESBURY (Titus [ép. 7]) - Cheryl JOHNSON (Octavia, fille de Claude et Messaline [ép. 13]) - Charles KAY (Asinius Gallus, opposant à Séjan [ép. 8]) - Amanda KEMP (sage-femme [ép. 11]) - Alister KERR (Postumus, jeune [ép. 3]) - Amanda KIRBY (Antonia, jeune [ép. 3]) - Ashley KNIGHT (Claude, jeune [ép. 3]) - Esmond KNIGHT (Cn. Domitius, augure [ép. 3]) - Kate LANSBURY (Apicata [ép. 8]) - Jon (John ?) LAURIMORE (Lentulus [ép. 9]) - Chris LETHBRIDGE-BAKER (C. LETHBRIDGE-BAKER) (protecteur [ép. 11]) - Katharine LEVY (Livilla, jeune [ép. 3]) - Russell LEWIS (Lucius enfant [ép. 2]) - Richard LINDFIELD (capitaine de la garde [ép. 8]) - George LITTLE (Tortius [ép. 11]) - Gary LOCK (Germanicus, enfant [ép. 3]) - Simon MacCORKINDALE (Lucius, adulte [ép. 3]) - Gina MANICOM (Iris [ép. 10]) - Andrew MANSON (garde [ép. 2]) - Ronald MARKHAM (officier de la cour, amant de Julia [ép. 3] / esclave [ép. 6]) - John Scott MARTIN (amant de Julia [ép. 3] / esclave [ép. 6]) - Stan McGOWAN (jeune homme [ép. 10]) - Douglas MELBOURNE (Gemellus [ép. 9]) - Pamela MILES (Diane [ép. 10]) - Angela MORANT (Octavia) - Robert MORGAN (Caligula, enfant [ép. 6]) - Yvonne PATTERSON (masseuse [ép. 2]) - George PRAVDA (Gershom, loueur de chambres [ép. 6]) - Roy PURCELL (Vitellius [ép. 6]) - Bruce PURCHASE (Sabinus, prétorien [ép. 10]) - Moira REDMOND (Domitia Lepida [ép. 11, 12]) - Adam RHODES (enfant 1 [ép. 12]) - Earl RHODES (Gaius, enfant [ép. 2]) - Aubrey RICHARDS (Varro, magistrat arrestation Silius Cæcina [ép. 7]) - Norman ROSSINGTON (sergent prétorien [ép. 10]) - Jo ROWBOTTOM (Calpurnia [ép. 10, 12]) - Graham ROWE (Junius [ép. 5]) - Sheila RUSKIN (Vipsania [ép. 2]) - Sheridan Earl RUSSELL (esclave) - Danny SCHILLER (esclave [ép. 12]) - Graham SEED (Britannicus, fils de Claude [ép. 13]) - Michael SEGAL (questeur [ép. 5, 8]) - Renu SETNA (Musa, médecin d'Auguste [ép. 2]) - Norman SHELLEY (Horace, poète latin [ép. 4]) - Paul SHERMAN (esclave [ép. 2]) - Guy SINER (Pylade) - Guy SLATER (courrier de Germanie [ép. 4]) - Heidi SMITH (enfant 2 [ép. 12]) - Roy STEWART (Sentor, esclave noir de Tibère [ép. 3]) - Michael STOCK (garde [ép. 7]) - Kevin STONEY (Thrasyllus, astrologue de Tibère [ép. 3, 7, 8]) - Alan THOMPSON (Praxis, intendant d'Auguste [ép. 3, 4, 5]) - John TRUSCOTT (TRUDCOTT ?) (bibliothécaire [ép. 4]) - Alan TUCKER (esclave [ép. 9]) - Jeremy WALLIS (spectateur [ép. 8]) - Lockwood WEST (sénateur [ép. 9, 10]) - Arthur WHYBROW (maçon [ép. 9]) - Nicholas WILLATT (Nick WILLATT) (courrier à Rhodes [ép. 3]) - Peter WILLIAMS (Silius Cæcina, ancien commandant armée du Rhin [ép. 7]) - Manning WILSON (Marsus Vibius [ép. 12]) - Stuart WILSON (C. Silius, amant de Messaline [ép. 12]) - Laurie GOODE (assistant médecin [non-crédité]).

DISTRIBUTION
FR/TV : A2 du 7 juin au 6 septembre 1978;
Seconde diffusion quotidienne sur l'A2, du mercredi 21 juillet au jeudi 6 août 1982

NOTES
Florilège des «bonnes répliques» sur IMDb. (en anglais).

 
moi claude empereur - antartic video
 

VIDÉOGRAPHIE
DVD : Claudius. Moi, Claude empereur [Rome. Meurtres, complots, trahisons, une lutte sans pitié pour le pouvoir] Format : Pal. DVD 5 & 9. Région 2 (ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en dehors de l'Europe). Langues : 1) français : Dolby Digital 2.0 mono; 2) anglais : Dolby Digital 2.0 mono, s/t français. Format : 1.33 (4/3).
Bonus : The Epic that never was (N&B), un documentaire de 75' consacré au film inachevé de Josef von Sternberg, I, Claudius (1937), avec Charles Laughton et Merle Oberon. Témoignages de Von Sternberg et du producteur Alexandre Korda, qui durent en abandonner le tournage, et documents inédits, le tout commenté par Dirk Bogarde. Coffret DVD en bois 5 DVD (Tous public). Durée totale du DVD (incluant le Bonus) : 780'.
Editeur DVD : Antartic (Label : France Video Distribution [Fravidis]) - Date de sortie du DVD : 10 mai 2007.
Peut être commandé à la FNAC. (Différents sites Internet proposent ce coffret à des prix oscillants entre 29 et 35 EUR.)

Version originale (DVD britannique)
I, Claudius. Format : PAL, Import. Langue : Anglais. Région 2 (ce DVD ne pourra probablement pas être visualisé en dehors de l'Europe). Durée : 650'.
Editeur DVD : BBC - Date de sortie du DVD : 30 septembre 2002.
Cette version britannique originale peut-être commandée sur Amazon.fr.

Version américaine
DVD : I, Claudius. Format : Couleur, Plein écran, NTSC, Import. Langue : Anglais. Région 1 (USA et Canada. Présentation : Box Set. Format image : Pan and scan. Langues et formats sonores : Anglais (Dolby Digital 2.0 Mono).
Editeur : Image Entertainment - Date de sortie du DVD : 15 août 2000.
Cette version US peut être commandée sur Amazon.fr.

 
i claudius i claudius i claudius

De gauche à droite les éditions DVD britannique, américaine et néerlandaise (cette dernière chez DFW - Dutch FilmWorks)

SCÉNARIO

Treize épisodes

Règne d'Auguste

1. Un parfum de meurtre [La décadence de l'Empire romain]
(A Touch of Murder)

1. Claude écrit ses mémoires - 2. Un festin de famille - 3. Rivalité - 4. Le début du complot de Livia - 5. Marcellus tombe malade - 6. Agrippa revient à Rome

[54 de n.E.] Sentant sa fin prochaine, Tiberius Claudius Nero Drusus, empereur de Rome, surnommé «Claude le Bègue» ou «cet imbécile de Claude» à cause d'un défaut de diction, a décidé d'écrire ses mémoires. L'oracle de la Sibylle lui a prédit que ses écrits resteraient inédits plus de 1.900 ans après sa mort. Sa vie et celle des siens, régissant l'Empire comme une affaire de famille, est une étrange histoire qui mène à la décadence de l'Empire romain (sic).
[23 av. n.E.] L'histoire commence avant sa naissance. Au cours d'un banquet commémorant le septième anniversaire de la victoire d'Actium se produit un poète grec du nom d'Aristarque. Sont présents : Auguste et son épouse Livia; son vieux compagnon Marcus Vipsanius Agrippa, qui commandait la flotte à Actium (collaborateur âgé dont Auguste n'a plus besoin, car il peut se trouver un successeur jeune dans sa propre famille); et le jeune et impertinent Marcellus et son épouse Julia, fille d'Auguste (1). Auguste, qui voit en ce gendre son successeur, tolère ses moqueries à l'égard du fidèle Agrippa.

 

auguste et agrippa

Agrippa (John Paul) et Auguste (Brian Blessed) : la complicité de deux vieux camarades de régiment. Mais il faut être réaliste. Agrippa est un peu trop vieux pour assurer la relève...

 

Ayant à nouveau essuyé les feux de Marcellus, Agrippa souhaite se faire affecter en Orient.
L'ambitieuse Livia caresse des ambitions pour son fils d'un premier lit, Tibère, rude soldat qui doit partir rejoindre son frère Drusus, occupé à guerroyer en Germanie. Il fait ses adieux à Auguste, une fois de plus déçu par sa froideur à son égard.
A la fois fils adoptif, neveu (2) et gendre d'Auguste, Marcellus organise des jeux qui le rendent très populaire auprès du peuple. Mais l'empereur doit partir pour une tournée de quatre ou cinq mois en Grèce. Cependant que son épouse Julia et sa mère Octavie sont momentanément absentes, elles aussi, Marcellus est empoisonné par Livia [23 av. n.E.].

Mais c'est en vain que l'impératrice essaie d'arranger un mariage entre son fils Tibère et Julia maintenant veuve. Eperdument épris de son épouse Vipsania Agrippa, fille de Marcus Vipsanius Agrippa, Tibère refuse de la répudier. De toute façon, Auguste lui aussi s'y oppose. En effet, son antipathie pour Tibère est telle que - dès qu'il a appris, en Orient, le décès de son beau-fils -, Auguste a fait voile vers Lesbos et s'est réconcilié avec Marcus. Toutefois, l'empereur a, pour cela, dû accepter les conditions du vieux général : faire de celui-ci son gendre en lui donnant la main de Julia [22 av. n.E.].
A Rome, la mort suspecte de Marcellus excite la colère de la plèbe qui réclame le retour de la république (sic) - à quoi Livia, sous les jets de légumes pourris, s'efforce de lui répondre en rappelant les désastreuses guerres civiles de la république et les invasions gauloises et hunniques (sic).

[12 av. n.E.] Neuf ans plus tard, Marcus Vipsanius Agrippa - qui a cessé d'être utile - meurt en laissant Julia veuve pour la seconde fois, mais avec trois fils. Patiemment, Livia avait «attendu» ce moment.

 
2. Une affaire de famille (Family Affairs)
1. Le mariage de Julia et Tibère - 2. Livia met en garde Drusus - 3. Le désespoir de Tibère - 4. La mort de Drusus - 5. Claude, selon lui, est en danger - 6. Tibère repousse Julia

[12 av. n.E.] Le vieux Claude se souvient... Livia s'est débarrassée d'Agrippa et, cette fois, a réussi à faire épouser Tibère à Julia. Tandis que Tibère se languit de sa première femme Vipsania dont il vient de divorcer, Drusus, son frère, continue sa vie de soldat. Au cours d'un séjour de ce dernier à Rome, les deux frères se font des confidences à la palestre. Drusus est un vrai républicain, qui ne voit aucun avenir à la «monarchie» augustéenne. En acceptant ce mariage politique avec Julia, Tibère a sans doute sacrifié vainement la femme qu'il aime, car Auguste mort, la république sera aussitôt restaurée ! Tibère retournerait bien faire la guerre, mais Auguste refuse de le laisser repartir à l'armée. Son remariage avec Julia, la fille d'Auguste, n'est pas heureux... Mais les deux belles-sœurs, la chaste Antonia (fille d'Octavie et Marc Antoine) et la sensuelle Julia se font elles aussi des confidences pendant qu'au tepidarium leurs époux se décrassent mutuellement en se passant le strigile. Julia avoue ne pas être très heureuse en mariage avec ce mari qui dédaigne ses formes épanouies et ne pense qu'au dos maigre de Vipsania - Tibère, en effet, a des goûts assez... spéciaux.
Grâce à un jeu de simulation, Auguste est en train de parfaire l'éducation politico-militaire de ses petits-fils Lucius et Gaius (3) - on apprend qu'il faut au moins quatre légions pour conquérir la Grande-Bretagne, quoiqu'elle n'en vaille pas la peine, les Bretons ne faisant pas de bons esclaves ! -, lorsque Drusus, repartant pour la Germanie, vient le saluer [10 av. n.E.]. Auguste lui reproche amicalement sa nostalgie de la république, comme jadis son père qui fut son ennemi; il enchaîne en le complimentant pour Antonia qui, enceinte, l'accompagne aux armées : «Qui sait quel grand Romain Antonia mettra au monde ?» (4).
Tibère, de son côté, décide secrètement de revoir Vipsania. Elle lui annonce qu'elle va épouser Lucius Gallus, fils de Quintus. Tibère essaie de lui faire comprendre qu'il ne peut vivre sans elle et la tuera avant que le mariage soit conclu. Auguste est furieux contre Tibère quand il apprend son entrevue avec Vipsania.
Auguste s'oppose à sa déification, au mécontentement de Livia si avide de pouvoir. Une lettre de Drusus à Tibère est interceptée par Livia et Auguste. Dans celle-ci, le jeune général républicain dénonce la corruption de Rome qu'il impute à l'exercice d'un pouvoir quasi monarchique par Auguste, «que l'on devrait forcer à se retirer». Tibère parvient à calmer Auguste, mais son frère vient ainsi de se condamner aux yeux de sa propre mère, dévorée par la passion du pouvoir. Sous prétexte d'une mauvaise chute de cheval, elle lui fait envoyer son médecin personnel, Musa, qui s'arrange pour le laisser mourir de la gangrène [9 av. n.E.].
Avant de rendre son dernier souffle, entre les bras de son frère Tibère, accouru de Rome, il prédit la fin prochaine de Lucius et Gaius, exposés sans défense à la dureté de Livia.

[8 av. n.E.] Un an après la mort de Drusus, alors qu'à la fin d'un banquet les jeunes Lucius et Gaius ramènent dans sa chambre leur grand-père Auguste, Julia et Tibère se querellent. Ce dernier porte la main sur la fille d'Auguste, «cette grosse vache... qui na pas versé une seule larme à la mort de Drusus». Livia veut divorcer de son troisième mari. Auguste refuse, mais exile Tibère à Rhodes [6 av. n.E.].
Il ne lui reste plus qu'à reporter son affection sur Gaius et Lucius, ses seuls successeurs possibles désormais. Pour Livia, ce seront autant de nouveaux obstacles dans sa quête du pouvoir absolu.

 
3. La prophétie (Waiting in the Wing)
1. Tibère chassé de Rome - 2. Julia accuse Livia - 3. Livia apprend que Julia l'a trompée - 4. Le jeune Claude - 5. Plautius espionne Julia - 6. Auguste apprend la vérité - 7. Tibère reçoit des nouvelles de Rome - 8. Qui va succéder à Auguste ?
Tibère est toujours en exil dans l'île de Rhodes, et Auguste se refuse à l'en rappeler malgré l'insistance de Livia. Gaius, un des deux fils d'Agrippa est mort mystérieusement en Syrie [4 de n.E.], mais son frère Lucius doit partir en Espagne, prendre le commandement de l'armée. Julia mène une vie de débauche dont seul Auguste ignore l'existence. Elle passe l'été avec Antonia dans sa maison d'Antium, avec leurs enfants : Agrippina, la jolie fille de Julia (âgée de treize ans) et le fils cadet, Postumus; Germanicus, le fils d'Antonia et de Drusus, leur fille Livilla, et Claude, affligé d'un tic permanent, de bégaiement, d'une jambe plus courte que l'autre, et d'une réputation d'imbécile. Germanicus taquine sa cousine Agrippina, et déjà leurs parents les voient mariés, de même Castor et Livilla. Mais Claude ? Un aigle abandonne un louveteau blessé sur les genoux de Claude, et l'augure Domitius prédit son élévation à l'Empire. En attendant, Claude se lie d'amitié avec le jeune prince juif Hérode Agrippa - ainsi nommé par son grand-père en souvenir de Marcus Vipsanius Agrippa, son ami - venu étudier à Rome.
Un ami de Lucius, Caius Silvanus Plautius, amant de Julia, est victime de pressions de la part de Livia. Elle promet de donner un petit coup de pouce à sa carrière s'il consent à dresser la liste des amants de Julia. Ensuite, elle contraint par chantage Lucius à dénoncer sa propre mère auprès du puritain Auguste. A Rome, où la corruption s'étend, les orgies vont bon train, et l'empereur vient de décréter une loi obligeant les célibataires à se marier pour avoir des enfants comme... il hèle le petit Claude qui passait par là, suscitant l'hilarité des chevaliers... Ceux-ci riront moins lorsque la liste où figure le nom de nombre d'entre eux arrive à la connaissance d'Auguste. Julia est envoyée en exil. Mais Auguste s'obstine à ne pas rappeler Tibère. Livia charge alors Plautius d'une seconde mission. Alors qu'ils sont en route pour l'Espagne, Plautius fait disparaître Lucius au cours d'une partie de pèche à l'escale de Marseille [2 de n.E.], dix-huit mois après son frère Caius.
[2 de n.E.] A Rhodes, Tibère s'apprête à faire un mauvais sort à son astrologue Thrasybulle qui s'obstine à lui annoncer l'imminence de sa réhabilitation lorsqu'enfin arrive un courrier apportant la grâce impériale si longuement attendue...
[4 de n.E.] Postumus et Tibère sont adoptés par Auguste, mais Tibère aura la préséance dans la succession du Prince (5).
 
4. Que va-t-on faire pour Claude ? (Wat Shall We Do about Claudius)
1. La nouvelle génération - 2. La destruction des armées du Rhin - 3. Postumus devient héritier - 4. Claude pose un problème - 5. Les jeux - 6. Claude n'apprécie pas les jeux - 7. Livia accuse Postumus de viol - 8. Claude se marie

[9 de n.E.] Les années ont passé, toute la famille claudienne est réunie autour d'Auguste pour un dîner familial : Livia; Antonia et Claude, qui approche de ses vingt ans; Germanicus, devenu un beau jeune homme, aux côtés d'Agrippine, la tête posée sur son épaule; la belle Livilla, qui n'a d'yeux que pour Postumus, le fils adoptif d'Auguste; et Tibère - cinquante ans - silencieux et morose... Après le départ des invités, la conversation entre Auguste et Livia est interrompue par l'arrivée d'un jeune officier apportant des nouvelles alarmantes de Germanie : l'armée entière, commandée par Quintilius Varus, a été massacrée (6) à l'Est du Rhin par les Chorusci [les Chérusques]...

Mais il est temps de songer à l'avenir de Claude : il doit prendre femme. Livia lui choisit Urgulanilla, un jeune hercule femelle de 16 ans. Le mariage de la géante avec le vilain petit canard est célébré sous les rires moqueurs de toute la famille assemblée.

 

tibere - george baker

Tibère (George Baker). Excellent général. Mais son manque de caractère a fait de lui l'instrument docile des ambitions maternelles. Détail amusant, l'acteur George Baker était de trois ans plus âgé que sa «maman» Siân Phillips

 
5. La potion miracle (Poison is Queen)
1. Le retour de Germanicus - 2. Livia soupçonne Auguste - 3. La conversation entre Auguste et Postumus - 4. Livia obtient des réponses - 5. Tibère va à l'encontre d'Auguste - 6. Le malaise d'Auguste - 7. Livia se débarrasse de ses ennemis - 8. Livia a fini son travail

[9-12 de n.E.] Claude a raconté à son frère Germanicus la véritable histoire du complot de Livia pour écarter Postumus. Sachant qu'Auguste n'a jamais aimé Tibère et lui préfère Postumus comme son successeur, Livia a systématiquement éliminé tous les membres de la famille pouvant faire obstacle à ses ambitions. Elle ne s'arrêtera devant rien pour assurer à Tibère le trône d'Auguste. Germanicus promet à Claude d'avertir Auguste le moment venu. Celui-ci décide de faire un voyage en Corse pour rendre visite à Postumus dans sa petite île d'exil... Les deux hommes ont une explication. Auguste se dispose à rappeler d'exil son petit-fils et s'en ouvre à Livia, à qui il reproche des manigances. Livia comprend qu'il est temps pour elle de réagir.

[14 de n.E.] Mort d'Auguste, dont Livia a empoisonné les figues qu'il cultivait lui-même. Séjan est envoyé exécuter Postumus dans son île; il expédie également ad patres Fabius Maximus, le compagnon d'Auguste qui avait été le témoin de sa réconciliation.

Règne de Tibère
6. Une certaine justice (Some Justice)
1. Germanicus est mort - 2. Tibère est frustré - 3. Le jeune Caligula - 4. Piso doit être jugé - 5. Le début du procès - 6. Plancina est inquiète - 7. Livia se trouve un ami - 8. Un acquittement
[14 de n.E.] Tibère est empereur... Le seul homme qui l'avait tenu en échec, Germanicus, frère de Claude, est lui aussi mort (probablement empoisonné) [19 de n.E.]. Sa femme Agrippina a juré vengeance; elle accuse Cneius Calpurnius Piso, gouverneur de la Syrie, sa femme Plancina, ainsi qu'une Romaine du nom de Martina, grande experte en poisons, et qui est introuvable. En effet, Germanicus avait limogé ce gouverneur incompétent. Livia est également mêlée à l'affaire et pense qu'un procès au Sénat serait nécessaire pour laver son nom. Bientôt la mère et le fils se rejettent mutuellement leur responsabilité (7). Parodie de Justice, le procès contre Piso s'ouvre avec Tibère comme président, et... son propre fils Castor plaidant contre l'accusé. Castor, en effet, est en total désaccord avec la politique tyrannique de son père. Mais Livia a réussi à soustraire un témoin gênant : Martina, l'empoisonneuse. Piso commet l'erreur de menacer Tibère de divulguer ses instructions secrètes. La rage au cœur, l'empereur se voit contraint de désavouer Piso. Et l'on apprend que dans ses manœuvres de sorcellerie, Martina avait utilisé le jeune Caligula, en révolte contre l'autorité paternelle. Car le petit Caligula est un pervers polymorphe qui n'aime rien tant que de coucher tout nu avec sa sœur Drusilla, mettre le feu à sa chambre, et autres tours pendables au désespoir de ses parents [20 de n.E.].
 
7. La Déesse (Queen of Heaven)
1. Lollia se sacrifie - 2. Séjan se rend utile - 3. Castor se défend contre Séjan - 4. Tibère écarte ses ennemis - 5. L'anniversaire de Livia - 6. Livia veut devenir une déesse - 7. Claude est sur le point de divorcer - 8. Livia est mourante

[21-26 de n.E.] L'Empereur Tibère passe son temps à faire de nombreux procès pour trahison et à se livrer à l'érotisme. Lollia, une honnête matrone qu'il a contrainte au déshonneur se suicide. Il s'acharne à détruire les amis d'Agrippina. Silius Cæcina, ancien commandant de l'armée du Rhin est ainsi arrêté sous un prétexte futile. Il se suicidera en prison.
L'empereur s'est déchargé sur Séjan de la direction de l'Empire, mais Séjan est ambitieux et convoite secrètement le trône. Il a créé un réseau d'espions et d'informateurs tandis que des répliques de sa statue sont vendues dans tout Rome. Livilla, la femme de Castor, est amoureuse de Séjan; elle suggère à ce dernier combien il serait facile d'empoisonner son mari actuel, ce qui lui permettrait de l'épouser.

Quant à Livia, c'est maintenant une octogénaire, caricature de ce qu'elle a été. Elle fait venir Claude pour son anniversaire et lui demande de faire en sorte qu'après sa mort elle soit déifiée... Elle s'éteint dans sa 87e année, sous les sarcasmes de Caligula, qui éprouve une fascination morbide pour son vieux corps usé (il lui caresse les seins, la baise sur la bouche) [29 de n.E.].

Séjan cherche à entrer dans la famille impériale par n'importe quel moyen. Urgulalina étant enceinte de lui, le préfet du prétoire oblige Claude à divorcer de celle-ci pour épouser sa sœur adoptive, Ælia. Ainsi devient-il le beau-frère d'un Claudii. Pour consolider sa position, Séjan - également amant de Livilla, fille d'Antonia - fait également périr son mari Castor, fils unique de Tibère...
La jeune Hélène, fille de Castor, ne pense elle qu'à se marier.

 

sejan - patrick steward

Patrick Stewart incarne Séjan, un homme corrompu, le redoutable préfet du prétoire qui gouvernait Rome au nom de Tibère, alors que celui-ci, désabusé, s'était volontairement exilé à Capri. Mais la Roche Tarpéienne est proche du Capitole...

 
8. Un règne de terreur (Reign of Terror)
1. Apicata demande de l'aide à Antonia - 2. Tibère repousse Séjan - 3. Livilla veut se marier à tout prix - 4. Claude met Caligula en garde - 5. Séjan rassemble ses ennemis - 6. Antonia a des preuves - 7. Un complot contre Tibère - 8. Séjan est tombé

[27 de n.E.] Au sénat, Tibère accuse de trahison Agrippina et son fils Néron César. Avant de partir en exil sur une île déserte, Agrippina qui a osé tenir tête à Tibère est dénudée et battue à coups de cep de vigne par la main même du tyran [29 de n.E.]. C'est à l'instigation de Séjan que l'empereur élimine, les uns après les autres, les membres de sa famille. Ensuite, c'est le tour de Drusus César [30 de n.E.]). Le sénateur Asinius Gallus, qui a refusé de voter - sans preuves de sa culpabilité - l'exil de Drusus, est arrêté. Comme il refuse de signer les aveux fantaisistes qu'a rédigé pour lui Séjan («C'est toi qui l'a écrit. C'est à toi de le signer !»), il est sauvagement battu par les prétoriens.

A mesure que disparaissent ses opposants, l'influence de Séjan va grandissante. Il projette d'épouser Livilla, mais Tibère s'y oppose. En compensation, il lui propose de s'unir avec Hélène, fille de Livilla [23 de n.E.]. Folle de jalousie, Livilla administre du poison à sa propre enfant. C'est alors qu'Antonia découvre un brouillon d'une lettre de Livilla révélant que c'est cette dernière et son amant Séjan, qui ont fait mourir Castor, et maintenant s'apprêtent à assassiner l'empereur pour s'emparer du trône.
L'empereur est discrètement prévenu par Antonia, qui a dissimulé les documents à l'intérieur des rouleaux du manuscrit de son Histoire de Carthage, dont Claude - l'idiot dont personne ne se méfie - est allé faire hommage à son oncle, à Capri.
Tibère annonce qu'il va faire de Caligula son successeur. Jusqu'ici simple pourvoyeur de Tibère en manuscrits pornographiques, Caligula (amant d'Ennia, l'épouse du complaisant et ambitieux tribun prétorien Macron, adjoint de Séjan), arrange la chute du redoutable préfet de prétoire - et ainsi conquiert définitivement l'estime de l'empereur. Séjan est arrêté par Macron, puis poignardé dans sa cellule... [31 de n.E.].

Antonia condamne sa fille à mourir de faim, enfermée dans sa chambre. Pendant ce temps, les prétoriens font le ménage. Les partisans de Séjan sont systématiquement traqués et exécutés. Même ses enfants seront égorgés : la petite Arria après avoir été déflorée, car elle était vierge; le petit Junius, après que les brutes l'aient déguisé en soldat. De chagrin, le mère Apicata se suicide. L'arrogante Ælia, traquée, implore son mari Claude pour qu'il lui sauve la vie.

 

macron - john rhys-davies

«Par ici, mon jeune ami.» John Rhys-Davies est Sertorius Macron, le nouveau préfet du prétoire, qui vient arrêter Séjan en plein Sénat son supérieur déchu. Il sera assassiné dans son cachot et, pour faire bonne mesure son fils et sa fille - des enfants - exécutés; ainsi éteint-on l'esprit de vengeance...

Règne de Caligula
9. Zeus, par Jupiter ! (Zeus, by Jove !)
1. Caligula est élu empereur - 2. Caligula entame son règne - 3. Caligula devient fou - 4. Avé César ! - 5. La nature des miracles - 6. Antonia appelle à la mort de Caligula - 7. Gemellus a été assassiné - 8. Antonia s'est suicidée

[37 de n.E.] Tibère, avant de mourir dans la débauche la plus totale, nomme Caligula son successeur principal et, en second, son petit-fils Gemellus, au cas où le premier mourrait. Caligula revendique le consulat, charge dont il libère Lentulus (6a), et annonce qu'il prendra pour co-consul son oncle Claude. Très rapidement Caligula donne des signes de folie; dans son crâne douloureux, il entend le piétinnement d'une cavalcade qui sans cesse le harcèle. Soudain, il tombe dans un profond coma, simulé. L'empereur tombé malade, Lentulus - courtisan accompli - a l'imprudence de déclarer qu'il donnerait sa vie, pour qu'il se rétablisse. Caligula saura s'en souvenir et, rétabli, exigera son dû (6b). D'ailleurs il n'a jamais été malade : en réalité il est en train de se métamorphoser en dieu. Caligula et Drusilla se prennent pour respectivement Zeus et Héra, et s'approprient le Temple de Jupiter - dieu inférieur (!). Du reste, toutes les statues de dieux de la ville seront décapitées, et les têtes remplacées par celles de l'empereur et sa sœur. L'opinion publique est pour lui et l'acclame.

Claude s'est vu confier la tâche de faire réaliser des statues de Drusus et Néron, les frères aînés de Caligula morts en exil du fait de Tibère, mais elles ne sont pas prêtes à temps pour les fêtes en leur honneur. Gemellus ayant l'habitude de tousser, Caligula lui fait trancher la tête, l'accusant de traîtrise  - lui, un enfant ! Macron lui apporte la tête ensanglantée, qu'il tient par les cheveux. Tenant les rênes du pouvoir, Caligula distribue l'argent impérial au peuple et à l'armée. Resté seul avec sa mère Antonia et son ami Hérode, Claude assiste avec effarement à la descente aux enfers de son neveu, feignant de tout approuver pour rester en vie. Après les funérailles de Gemellus, Antonia décide de se suicider dans sa villa d'Antium, pleurant son fils mort (Germanicus), sa fille qu'elle a fait mourir (Livilla), et ce gâchis qu'est Claude : «Tu n'as fait que me décevoir, mon pauvre Claude». Conformément à son vœu, son esclave Briséis lui tranche la main avec laquelle elle s'est donnée la mort et l'enterre à part.
Dans une crise de folie finale, l'empereur et sa sœur Drusilla, complètement drogués, poignarde cette dernière au cours d'une scène d'amour sadomasochiste... au cours de laquelle il mime Zeus - avec une barbe et une chevelure blonde et bouclée postiche - éventrant Sémélé pour sauver l'embryon de Dionysos (qu'il dévore, croyant que telle Athéna, elle renaîtrait dedans son crâne [6c]).

 
10. Devinez qui ? [Ave qui ?]
(Hail Who ?)

1. Claude a déménagé du Palais - 2. Le Palais a été transformé en bordel - 3. Caligula fait un ravage en Germanie - 4. Caligula montre sa colère - 5. Caligula revient à Rome - 6. Caligula répète sa chorégraphie - 7. Claude tombe amoureux - 8. Un meurtre se prépare

37-41 de n.E.] Claude vit pauvrement dans un trois pièces en compagnie de Calpurnia, une ancienne prostituée, et de Briséis, l'ancienne esclave d'Antonia. Il rêve du retour de la République et souhaite voir un nouveau Brutus anéantir l'«impératorisme» - démagogique et sanglant - de Caius Caligula. L'orgie et le crime règnent à nouveau, au palais, que Caligula a transformé en lupanar pour renflouer les caisses de l'Etat. Les sénateurs sont obligés de venir s'y divertir en compagnie de leurs dignes matrones d'épouse que l'empereur prostitue sans vergogne. Claude en a été nommé portier et bien sûr le «videur». Arrivent, peu enthousiastes Sabinus et son épouse fraîchement accouchée. Marcus Vinicius, le beau-frère de Caligula, veut en être le premier «client». Le portier la tire de ce mauvais pas en expulsant sans autre raison l'entreprenant personnages. Dans la salle de réception et jusque dans les couloirs les couples homo- et hétérosexuels se font et se défont.
Dans la coulisse, les traits flétris, Cæsonia - la femme de Caligula, dix ans plus âgée que lui - se désespère : «Caligula t'a de nouveau exhibée nue devant ses gardes germains ?», interroge Claude. «Tu es un homme bon, Claude. Pourquoi m'a-t-il épousée, moi la fille d'un gardien de nuit, veuve d'un boulanger ? Sans doute parce que j'étais le dernier membre de sa famille à encore l'aimer. Car je l'aime.» Dans son berceau, la petite Julia Drusilla, la fille que Cæsonia a donné à son empereur de mari, agite son hochet...

Ainsi va la vie pour le pauvre Vulcain, le dieu boiteux - car c'est ainsi que Caligula a rebaptisé son oncle disgracié, qui a l'art et la manière pour dénouer les situations les plus délicates avec une judicieuse citation d'Homère, poète que Caligula adore.
Le jeune empereur décide d'attaquer les Germains pour remplir les coffres de l'Empire. Mais d'abord il lui faut reprendre en main les légions du Rhin, qui ont conspiré contre lui : leur chef Gæthulicus et six autres commandants de légion sont exécutés. C'est l'occasion de faire vendre à l'encan les biens de sa propre sœur Livia, liée aux conspirateurs. Claude est chargé de rassembler tous les objets de valeur et de les acheminer en Gaule, par voie de terre (car le dieu Zeus-Caligula est quelque peu en froid avec son collègue Neptune). En compagnie de Marcus Vinicius et d'Asinius Asprenas, Claude - venu par la mer - précède le convoi plus lent. Le Dieu Caligula, qui a obtenu que cesse la pluie en remettant vertement à sa place son collègue Jupiter, est scandalisé par cette alliance de ces visiteurs avec Neptune. C'est une trahison. Après avoir fait jeter Neptune au fleuve, il s'apprête à faire exécuter Vinicius et Asprenas. Heureusement, le retour inopiné de Claude, couvert de boue et d'algues, et quelques citations appropriées d'Homère remettent Caligula de bonne humeur.
A Cassius Chærea qui demande le mot de passe du jour, Caligula intime : «Donne moi tes lèvres !». La veille, c'était «Caresse-moi, jaloux !». Cassius est le soldat le plus brave de l'Empire, le survivant du désastre de Teutberg. Mais Caligula le tient pour un pleutre, car il a pleuré lors de la mise au supplice de Gæthulicus.
«Je suis le Dieu annoncé par les Juifs [«qui ne sont pas au courant», marmonne Claude] et qui mourra jeune et détesté par son peuple», proclame Caligula qui, décidément, ne doute de rien.
(Dans cet épisode, décorant la tente de Caligula en Germanie, on aperçoit deux casques grecs ayant servi dans des péplums italiens : l'un fut porté par Arturo Dominici/Achille dans La guerre de Troie (1962), l'autre par Roger Browne/Mars dans La vengeance du Colosse; leur forme et couleurs sont très caractéristiques.)

Retour à Rome après une absence de six mois, pendant lesquels il a «vécu comme le plus pauvre des soldats», l'empereur-Dieu est outré de ce qu'on ne lui a pas fait un triomphe. Il est vrai qu'avec sa modestie légendaire, il avait interdit ce genre de manifestation en sa faveur. Mais tout de même, Nom de Zeus ! «Vous avez «oublié» de fêter mon retour - comme je vous l'avais demandé en toute humilité - mais vous n'avez pas oublié de fêter l'anniversaire d'Actium, où fut vaincu mon grand-père Marc Antoine.» Et l'empereur, qui s'est lui-même coiffé d'un diadème fait de coquillages et d'une étoile de mer, fait ouvrir les coffres de butin, dépouilles opimes reportées sur l'Océan : des coquillages... coques, buccins, palourdes... s'étalent sur le sol. Il faut toute la diplomatie de Claude et Cæsonia pour sauver leur tête à ces «vieux séniles de sénateurs». «De toute manière, je les aurais punis s'ils l'avaient oublié, car Auguste était aussi mon grand père», s'amuse Caligula. «Ainsi qu'Agrippa, qui était aussi ton grand-père», dit l'obséquieux Marcus Vinicius. «Marcus Vinicius, dorénavant tu n'est plus mon ami», se renfrogne le fils de Germanicus, qui apprécie pas qu'on lui rappelle le grand amiral... aux origines modeste, indignes d'un dieu comme lui.

Une nuit, Claude, M. Vinicius et Asprenas sont convoqués au palais, où l'on les fait attendre jusqu'à l'aube. Aux premiers rayons de l'aube surgit Caligula, revêtu d'un bikini lamé or et d'un voile. Accompagné du chant d'un esclave breton, il va mimer le lever de l'aurore... découvrant (d'un geste preste, il arrache une tenture, surprenant dans leurs ébats les amants Mars et Vénus. C'est le nouveau ballet que Caligula est en train de mettre au point, dont les trois malheureux sénateurs tout transis ont été les premiers bénéficiaires. Claude ne se tarit pas d'éloges forcés. «Et qu'as-tu pensé de la danseuse ? J'ai prévu ton mariage avec elle, demain !» Et à Cassius Chærea : «Mot de passe : Pince-moi-fort !»
La jeune beauté n'est autre que Valeria Messalina : «Pourras-tu m'aimer ?», demande-t-elle candidement. «Je t'aime déjà comme un fou», bégaye Claude. Le mariage est donc célébré en présence de tous les sénateurs, y compris son cheval Incitatus. Asprenas, Vinicius et Cassius Chærea n'en peuvent plus d'indignation et décident d'exécuter le tyran dès le lendemain, après les jeux.
Dans sa loge, Caligula ne prête guère attention aux jeux sanglants des gladiateurs, plus préoccupé de jouer aux dés avec Asprenas et Claude. Asprenas ne cesse de vouloir ramener l'empereur au palais pour une petite collation. Mais avec les dés pipés censés avoir appartenus à Alexandre le Grand, que lui a donné Claude (qui les tient d'Hérode) Caligula est en veine, et gagne à tout les coups («Vous n'aimez jouer que quand vous gagnez», reprochait-il à ses compagnons). Finalement, Asprenas lui annonçant l'arrivée d'un ballet grec («Fais les venir, les hommes seulement. Les femmes peuvent attendre», dit Caligula), Caligula consent enfin à s'engager sous le cryptoportique où l'attendent les prétoriens conspirateurs. Rapidement isolé de ses Germains, Caligula est étripé par Cassius Chærea et ses amis. Les prétoriens se paient en pillant le palais; Cæsonia et la petite Julia Drusilla dans son berceau sont passés au fil de l'épée par la soldatesque. Des sous-officiers débusquent Claude caché derrière une tenture et l'improvisent empereur - moitié pour conserver leur emploi, moitié pour éviter d'avoir à ses mesurer aux gardes germaniques furieux. «Vive la république», s'exclame le pauvre Claude, déjanté. «A ta place je ne dirais pas cela devant les Germains», conseille un centurion prétorien.

 
Règne de Claude
11. Empereur malgré lui (Fool's Luck)
1. Claude est devenu empereur - 2. Claude prend ses fonctions à reculons - 3. Les ambitions de Messaline - 4. La réminiscence d'Hérode Agrippa et de Claude - 5. Messaline demande à Claude de faire chambre à part - 6. Claude consulte un médecin - 7. Messaline fait sa déclaration d'amour - 8. Silanus est condamné à mort
[41 de n.E.] Claude a été proclamé empereur dans l'allégresse générale. Cassius Chærea, qui espérait un retour à la République, est condamné à mort par Claude. Bien que ce dernier entretienne toujours des sentiments républicains, il faut admettre que ceux-ci s'estompent à mesure que le temps passe ! Hérode revient à Rome, à titre de conseiller du nouvel empereur; il enjoint à celui-ci de se méfier de tout le monde. Messaline, épouse de Claude, lui donne un fils et souhaite marier sa mère à Appius Silanus, gouverneur d'Espagne. L'administration et les finances de l'Empire s'améliorent grâce aux nombreuses réformes de Claude. Sa grand-mère, Livia, est déifiée. Après la mise au monde d'un deuxième enfant, Messaline décide de faire chambre à part. Silanus revient d'Espagne pour reprendre les fonctions qu'Hérode a laissées en partant. Messaline le reçoit dans son nouveau palais, lui avoue son amour, et, devant lui, accuse Claude de recevoir les femmes des sénateurs...
 
12. Messaline (A God in Colchester)
1. Messaline et ses amants - 2. Concours entre putains - 3. Claude de retour de sa conquête bretonne - 4. Messaline tend un autre piège - 5. Les origines du Christ - 6. Le roi Hérode Agrippa est mort - 7. Claude apprend la vérité sur Messaline - 8. Claude signe la mise à mort de Messaline

Claude, parti à la conquête de la Bretagne [43-47 de n.E.], ignore tout de la conduite scandaleuse de son épouse Messaline, qui passe son temps à changer d'amants. Revenu victorieux, Claude apprend que son meilleur ami, Hérode, s'est soulevé pour libérer le Moyen Orient de la domination romaine. Messaline affiche publiquement une nouvelle liaison avec Caius Silius. Elle va même jusqu'à annoncer son prochain mariage avec lui. Seul l'empereur, l'homme le plus concerné, n'est au courant de rien. Hérode meurt après avoir écrit une lettre où il demande pardon à Claude. Alors que l'empereur est à Ostie, le mariage de Messaline et de Silius est célébré...

Retour de son expédition en Bretagne, Claude est informé de son infortune conjugale, fait arrêter et exécuter Messaline [48 de n.E.].

 
13. La fin du voyage (Old King Log)
1. Y a-t-il un nouvel empereur ? - 2. On prie Claude de se remarier - 3. Le plan de Pallas a fonctionné - 4. Agrippinilla a des projets pour Néron - 5. Narcisse est furieux - 6. Claude quitte le Sénat - 7. Claude parle à Britannicus - 8. Claude est mort

[49-54 de n.E.] Pallas et Narcisse poussent Claude à se remarier. Celui-ci cède et se voit proposer Agrippine la Jeune (Agrippinilla), sœur de Caligula. Cette femme ambitieuse, passionnée et de grande intelligence, ne lui cache pas qu'elle veut s'emparer du pouvoir. L'empereur, las, qui veut une femme pour l'aider à gouverner et à élever son fils Britannicus, l'épouse [49 de n.E.]. Agrippine a de sérieuses ambitions quant à l'avenir de son fils, Néron. Avec l'aide de Pallas, dont elle est la maîtresse, elle obtient de mariage de Néron et d'Octavie, la fille de Claude. Britannicus et Néron sont désormais à part égale héritiers du trône. La prédiction de la Sibylle semble s'accomplir. L'empereur, sous l'influence de son épouse, «suggère» à Britannicus de s'exiler en Bretagne...

 

caligula - john hurt

Un Caligula particulièrement délétère, interprété par John Hurt (Elephant Man)

CRITIQUES

«On ne manquera pas de juger [l'adaptation de Jack Pulman] tout à la fois vulgaire et délirante : l'œuvre de Graves, déjà, interprétait l'histoire avec la plus grande liberté mais non sans, parfois, quelque malice : les tableaux peints à travers le trou de la serrure par un Claude bègue et idiot laissent la place à un certain humour.
Le scénariste de la série télévisée n'a pas cru devoir se satisfaire des exagérations présentées par Claude dans sa pseudo-autobiographie : il en a largement rajouté. C'est ainsi que le dixième épisode, pour prendre l'exemple le plus frappant, nous donne
à voir un Caligula blond platine et cabotin mais aussi pleurnichard et sanguinaire, joué tant bien que mal par John Hurt, ouvrant le ventre de sa sœur Drusilla dans une crise de folie et tuant l'enfant qu'elle porte, enfant qu'on pourra supposer incestueux.
Bien entendu, un tel épisode est tout à fait contraire à ce que l'histoire nous a transmis des relations entre Caligula et sa sœur Drusilla. Mais surtout, le texte de Graves dit seulement ceci :
«Drusilla mourut. Je suis certain quant à moi que Caligula la tua, mais je n'ai pas de preuve. (...) En tout cas personne ne fut autorisé à voir le corps (8).» Il était donc tout à fait gratuit, après une longue suite de pitreries impériales, de nous montrer Caligula ouvrant d'un poignard le ventre de sa sœur enceinte.
De même, dans ce dixième épisode, l'on voit Caligula, décidément pendable, destituer Claude de sa charge de consul. Là encore, la chose est contraire à l'histoire. Là encore, Graves écrivait simplement :
«Il menaça de me dégrader de mon consulat... (9On le voit, l'adaptation n'est pas loin de la trahison...
En ce qui concerne à présent les réactions suscitées par ce feuilleton, il faut d'abord savoir que cette série n'a pas obtenu, en écoute du moins, la faveur unanime des téléspectateurs. C'est ainsi que, pour le dixième épisode par exemple, où 73 % des possesseurs de récepteur avaient ouvert leur poste, 13 % seulement ont regardé à vingt heures trente cette série, avec un indice de satisfaction modéré de 14/20
(10).
Il serait fastidieux, autant qu'affligeant, d'établir un florilège des critiques littéraires ou télévisées sur ce «feuilleton anglais d'humour pervers sur le crépuscule de l'Empire romain (11)» (sic) qui met en scène Tibère, «un cruel tyran» et Caligula, «un fou sanguinaire» (12).
Mais le comble me paraît tout de même atteint lorsque c'est en ces termes qu'un historien - et qui plus est un universitaire - rend compte de cet «excellent feuilleton» : «Encore une fois ce journal imaginaire, après (sic) (13) le succès des Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar et d'autres biographies fictives, montre tout le parti qu'un auteur cultivé, sensible et respectueux de la réalité historique (resic) peut tirer du récit de la vie d'un grand homme mis à la première personne. (...) Claude (...) finit à force de maladresse à nous paraître sympathique à côté de personnages aussi abjects que Caligula, Néron, Messaline ou Agrippine. (...) On mesure le changement des mentalités intervenu depuis sous l'influence du christianisme et la conquête des Droits de l'Homme (14)
Je ne résiste pas au plaisir d'opposer à ce jugement ex cathedra, superbe dans sa culture et son aplomb, le bon sens d'une simple téléspectatrice qui, après avoir relevé les propos d'une présentatrice selon laquelle ce feuilleton relaterait «la décadence de l'Empire romain» (pauvre «siècle d'Auguste» et pauvre «siècle de Trajan» !), puis s'être étonnée à bon droit de «cet étalage complaisant d'abominations diverses (...) à une heure de grande écoute», rappelle : «Auguste et Tibère, sinon Caligula, ont été des chefs d'Etat et des hommes politiques, pas seulement des monstres; or, nous n'avons pas un mot de leur action publique, à croire que cet immense empire se gouvernait tout seul (15).»»

Jean-Claude FAUR, L'historiographie de l'empereur Gaius (Caligula) (16)

i claudius - von sternberg

 

FICHE TECHNIQUE - version 1937

I, Claudius [film inachevé]

Grande-Bretagne, 1937

I, Claudius
I, Claudius [GB]

Prod. : London Films / N&B

Fiche technique
Réal. : Josef VON STERNBERG; Scén. : Lajos BIRO & Josef VON STERNBERG (17), avec la coll. de Lester COHEN (d'après le roman de Robert GRAVES, I, Claudius, 1934); Images : Georges PERINAL; Prod. : Alexander KORDA (London Films); Dir. art. : Vincent KORDA; Cost. : John ARMSTRONG; Chorég. : Agnès DEMILLE.

Fiche artistique
Charles LAUGHTON (Claude [Tiberius Claudius Drusus]) - Emlyn WILLIAMS (Caligula) - Merle OBERON (Messaline) - Flora ROBSON (Livia Livie (18) ou Agrippine (19) - Robert NEWTON (centurion) - John CLEMENS (Valens) - Ralph RICHARDSON (20) - Basil GILL - Everley GREGG.

NOTES
L'épopée qui jamais n'exista : I, Claudius
Ce film, tourné à Londres, dut être interrompu à la suite d'un accident d'automobile de Merle Oberon. Deux bobines sont conservées au British Film Institute (National Film Archives, Londres).

«La télévision britannique (British Broadcasting Corporation - B.B.C.) a réalisé une émission tout à fait inhabituelle, L'épopée qui jamais n'exista, documentaire de soixante-quinze minutes sur le film inachevé de Sternberg. Cette émission comporte, d'une part, des interviews de Sternberg, du scénariste Robert Graves, du costumier, de Merle Oberon, d'Emlyn Williams et de Flora Robson. Chacun d'eux donne sa version personnelle des raisons pour lesquelles le film est resté inachevé. L'autre partie de l'émission de la B.B.C. est composée des rushes tels qu'ils étaient après être sortis de la caméra de Georges Périnal, dans leur métrage intégral. Il serait souhaitable que ce film puisse être présenté à la télévision et dans les ciné-clubs, à une échelle universelle, afin que les divers publics aient au moins la possibilité de voir à quoi ressemblait cet extraordinaire projet.»

H.G. WEINBERG (21)

VIDÉOGRAPHIE
The Epic that never was - bonus du DVD de la série 1976 : CLICK.

BIBLIOGRAPHIE
Herman G. WEINBERG, Josef von Sternberg, Seghers, coll. Cinéma d'aujourd'hui, n 45, 1966, 188 p. (pp. 40-44 et 180);
Josef VON STERNBERG, Souvenirs d'un montreur d'ombre, Robert Laffont, 1966, 358 p. (pp. 185-203) [trad. française de Fun in a Chinese Laundry (an autobiography), MacMillan, New York, 1965];
Josef VON STERNBERG, «More Light», in Sight & Sound (Londres), automne 1965.

SCÉNARIO
Joseph von Sternberg a esquissé en quelques lignes le sujet de son film : «Le sujet m'intéressait, et je ne me proposais pas seulement de faire revivre un empire de l'Antiquité et de décrire l'insolence et le pourrissement de sa civilisation, mais d'en faire le miroir de nos valeurs chancelantes, et d'examiner les racines de l'ambition excessive. Le thème du futur film était hautement dramatique, il devait montrer comment un bégayant infirme était devenu l'Empereur Claude en laissant ses ennemis le prendre pour un idiot; comment il avait conquis l'Angleterre avec quelques éléphants, comment il avait ordonné la mort de son épouse infidèle, Messaline; comment enfin il fut déifié par le Sénat romain. Par quels moyens une nullité peut devenir un dieu, pour retomber dans le néant, voilà qui m'attirait.

Souvenirs..., pp. 186-187

 

charles laughton - i claudius

Charles Laughton est Claude, dans la version 1937, inachevée

 
CRITIQUES
«Charles Laughton, imposant dans le rôle du pitoyable Claude... Mais aussi (...) Emlyn Williams, incarnation diabolique de Caligula (il y a, dans le film, un gros plan de Williams, qui a lui seul équivaut à des centaines de lignes de la plus éloquente description du plus doué des écrivains); ainsi que (...) la charmante Merle Oberon couverte de voiles diaphanes et au sourire ensorceleur, image juvénile de Messaline.»

H.G. WEINBERG (22)

 
«Dans le temple de Bacchus, des adorateurs avancent sous une immense voûte que percent les rayons d'un soleil de midi, baignant ainsi l'énorme enclave d'une luminosité éclatante; ils avancent lentement, les bras levés, dans un geste de prière (...). La caméra, placée à une hauteur équidistante entre le sol et le plafond du temple, enregistre cette stupéfiante scène en un seul cadre, en une seule image - et cela coupe littéralement le souffle. (...) On a attribué à Sternberg tous les qualificatifs mais jamais encore celui de mystique (...). Eh bien, dans cette scène incroyable, Sternberg apparaît pourtant comme un mystique à sa manière.»

Idem (23)

 
«Le dessinateur des costumes indique (...) qu'on lui demanda de dessiner des costumes non seulement pour les six vierges prescrites par le rituel romain comme prêtresses de la déesse Vesta et chargées tenir le feu sacré dans son temple, mais pour un nombre bien plus élevé afin de faire plus d'impression à l'écran (24). Et ces vierges devaient être vêtues de tulle blanc transparent, révélant ainsi leur nudité. Mais puisqu'elles avaient fait le vœu de chasteté, il est peu probable, dit le costumier, qu'elles étaient habillées réellement de cette manière. «C'était très impressionnant, admet-il (et nous voyons la scène à l'écran), mais cela rien à voir avec la religion romaine.»

Idem (25)

 

i claudius - von sternberg

 

I, Claudius... vu par von Sternberg
Les Souvenirs... de von Sternberg racontent avec nombre de détails la difficulté de diriger un auteur aussi cabotin que Laughton, ses manies comme, par exemple, étudier la langue parlée par le personnage historique qu'il doit incarner - l'italien pour Rembrandt (sic) (26); auditionner le discours d'abdication du duc de Windsor avant de commencer les prises de vues; les tendances masochistes de l'acteur : «Quant à sa tendance au masochisme, nous l'avons vue se manifester. Notre manuscrit comprenait un épisode au cours duquel l'armée romaine, pensant qu'on pouvait influencer l'empereur, le contraignait à prendre en charge le corps sénatorial. Nous nous étions donc mis en devoir de tracer un très long passage pour le border d'une populace qui devait injurier Claude et lui cracher à la figure, cependant qu'il longeait ce couloir humain avant de s'adresser au Sénat. Nous avions rassemblé, sous le feu des projecteurs, un millier de faces patibulaires en priant tous ces figurants de donner leur plein de haine et de mépris, et de se presser étroitement contre les gardes, pour éviter que Claude n'échappe à la caméra. Et nous commençâmes ce que chacun pensait être seulement une répétition. (N.d.l.R. : lors des prises précédentes, Laughton s'avérant parfait et à l'aise pendant les répétitions, et exécrable lorsque tournaient les caméras, von Sternberg avait pris l'habitude de filmer à l'insu de l'intéressé.) Je ne m'étais pas trompé, devant ce déferlement d'injures et de crachats, nulle précaution n'était nécessaire. La scène fut parfaite et Claude superbe.
«Les scènes humiliantes qui devaient se dérouler par la suite à l'intérieur du Sénat furent satisfaisantes : je commençais enfin à entrevoir la lumière du jour.
«La séquence suivante devait avoir lieu dans la chambre nuptiale où Messaline attendait l'entrée de son époux. Le mariage entre Claude et Messaline avait été arrangé par Caligula comme une duperie destinée à accoupler une belle prostituée à un infirme. Claude devait être poussé à coups de pied dans la chambre de Messaline par des sycophantes ivres; jeté à terre, il relevait la tête pour bégayer :
«Ce n'est pas ainsi que j'aurais voulu paraître devant vous» (27). Après avoir impatienté toute l'équipe par ses manies, Laughton se déclara prêt à tourner. Mais il était tellement ému de se faire malmener par les figurants qu'il en oublia sa réplique. La séquence fut refaite plusieurs fois, sans succès. Alexandre Korda lui-même dut intervenir, mais en vain. Le soir-même, Merle Oberon se blessa dans un accident de voiture. Il ne fut pas possible à la production de conserver l'équipe de tournage en attendant sa guérison, et I, Claudius en resta-là.

I, Claudius... vu par Michael Korda (28)
«[Alexandre Korda] était toutefois résolu à ne pas diriger lui-même la mise en scène de ce film, car il avait déjà fort à faire pour remplir à plein temps les plateaux sonores du trop vaste studio de Denham. (...) Il se mit à la recherche d'un metteur en scène au talent confirmé. A ce moment précis, le grand Joseph von Sternberg, qui avait conduit Marlène Dietrich au vedettariat avec L'Ange bleu et Cœurs brûlés, était soigné pour une maladie à la London Clinic. (...) Von Sternberg donna son accord au projet. Une raison supplémentaire était intervenue dans le choix d'Alex. En tant que producteur de Le Chevalier sans armure, il avait accepté de payer à Marlène Dietrich pour son rôle dans ce film le cachet, monumental pour l'époque, de 350.000 dollars, sur lesquels 100.000 dollars lui restaient dus. Miss Dietrich avait suggéré qu'elle pourrait renoncer au règlement de cette somme si Alex trouvait à employer von Sternberg - soit qu'elle ait eu de la reconnaissance envers son vieil ami pour son lancement; soit, plus probablement, parce qu'elle souhaitait se débarrasser de lui.
«A l'inverse d'Alex - qui était un metteur en scène patient, compréhensif, passé maître en l'art d'apaiser les sentiments contrariés et de rendre leur assurance aux gens -, von Sternberg avait le style d'un sergent instructeur prussien. Il possédait en fait une double personnalité : chaleureux et prévenant dans la vie, il se transformait en dictateur exigeant sur un plateau de tournage
. (...) Il s'était montré d'une très grande gentillesse avec Laughton à plusieurs reprises à Hollywood, et lui avait même une fois sauvé la vie, à l'hôtel Garden of Allah, à Los Angeles. Persuadé, à tort, d'avoir contracté la syphilis, Laughton voulait se suicider. Von Sternberg l'en avait patiemment dissuadé pendant trois jours entiers, obligeant le médecin à vérifier son diagnostic, pour aboutir à la découverte que le labo avait accidentellement confondu les analyses de Laughton avec celles de quelqu'un d'autre. Etant donné ce qu'était la détresse de Laughton à l'idée qu'Alex ne dirige pas lui-même la mise en scène du film, il n'aurait sans doute accepté aucun autre remplaçant que von Sternberg. (...) Le plus difficile tenait sans doute à ce que Claudius fût bègue, et son bégaiement partie intrinsèque du rôle. Aucun acteur ne trouve facile de simuler une difficulté d'élocution, et pour un homme possédant une diction aussi parfaite que celle de Laughton, bégayer relevait du défi. Vêtu d'une toge, il rôdait au travers de sa maison, s'efforçant de se mettre dans la peau du personnage, mais sans parvenir à saisir son caractère. Peut-être aussi lui faisait-il peur, car Laughton souffrait de sa propre apparence physique : de son corps lourd, de ses lèvres épaisses et de ses bajoues. Il avait horreur qu'on le trouve ridicule. Or Claudius devait être dépeint ridicule. De plus, son homosexualité qu'il jugeait nécessaire de dissimuler - avec sagesse, eu égard à la morale prédominante - le rendait encore plus sensible. Il vivait dans l'angoisse de montrer le moindre signe d'homosexualité. (...) Claudius devait être un idiot bègue, ignorant des femmes, cocu et manquant d'aptitude sexuelle aux yeux de ses épouses comme de sa cour, Laughton se trouvait pour le moins mal à l'aise. (...) Von Sternberg était quasiment aussi affolé que Laughton. Sa carrière se trouvait dans une impasse à Hollywood. Sa liaison avec Marlène Dietrich touchait à sa fin. Seul un succès commercial retentissant pouvait le sauver. Eût-il été capable de l'avouer à Laughton en lui demandant son aide, tout aurait pu être différent; car Laughton devait beaucoup à von Sternberg, et se montrait toujours chaleureux et courageux pour aider les autres. Au lieu de cela, von Sternberg le dédaigna. Sans doute espérait-il l'amener ainsi a maîtriser son rôle et pensait-il que la compassion aurait été une erreur. Le résultat fut désastreux. Non seulement Laughton ne recevait aucune aide ni inspiration de la part de son metteur en scène, mais il en vint à se sentir accablé de son mépris, à penser que ses difficultés à «trouver» Claudius lui paraissaient un signe de faiblesse et que, fondamentalement, von Sternberg le traitait comme «une tapette». Laughton ayant fait confidence de son homosexualité à von Sternberg au cours de ses angoisses médicales au Garden of Allah, il se sentait totalement à sa merci. (...) Le mépris grandissant de von Sternberg le rendait de plus en plus nerveux, et les autres comédiens voyaient avec horreur le film tourner au fiasco. Laughton crut un moment avoir trouvé la solution de la voix de Claudius dans un enregistrement de celle du Prince de Galles. Mais Alex coupa court à toute tentative d'imiter ou de satiriser un membre de la famille royale, ce qui aurait offensé tous ceux auxquels il souhaitait plaire par-dessus tout. Dans un effort désespéré pour essayer de sortir du film quelque chose d'utilisable, von Sternberg fit construire par Vincent des décors sur tous les plateaux du studio, les garda éclairés tous en même temps avec une caméra prête à tourner, afin de pouvoir rattraper Laughton à chaque fois qu'il s'enfuyait sur un autre plateau pour échapper à son metteur en scène. Comme les frais augmentaient, le projet commença d'attirer l'attention inopportune des représentants de la Prudential, et Alex se vit obligé, quoi qu'il en eût, de venir sur le plateau encourager un Laughton déprimé et un von Sternberg fou de rage.»

Michael KORDA, Des vies de rêve. Histoire d'une famille, Robert Laffont, 1981, pp. 112 -115

 
Von Sternberg, vu par Flora Robson
«C'est le seul metteur en scène que j'aie jamais vu ressembler à un metteur en scène. Il avait l'habitude de venir sur le plateau en bottes de cheval et en turban, ou même en robe de chambre de soie. Il était toujours un peu effrayant...»

cité par Herman G. WEINBERG, op. cit., p. 43

Suite…

NOTES :

(1) Julia est la fille d'Auguste et de Scribonia. - Retour texte

(2) M. Marcellus Claudius est le fils de M. Marcellus Claudius et d'Octavie, la sœur d'Auguste et ex-épouse de Marc Antoine. - Retour texte

(3) Julia eut de Marcus Vipsanius Agrippa trois garçons : Lucius et Caius «les princes de la jeunesse» et Postumus, né après la mort d'Agrippa comme son nom le rappelle, et deux filles : Agrippine l'Aînée (mère de Caligula) et Julia. - Retour texte

(4) Ce sera Germanicus. Antonia donnera encore à Drusus une fille, Livilla, et Claude. - Retour texte

(5) Cet épisode 3 télescope des événements survenus respectivement en 2 et 4 de n.E. - Retour texte

(6) Dans ce quatrième épisode, selon le récit du messager les (des ?) Romains prisonniers furent enfermés dans des cages d'osier et brûlés vifs. Ce supplice, ou plutôt ce mode sacrificiel, est celtique, pas germanique. Il y a confusion dans l'esprit du scénariste/dialoguiste avec certaine scène spectaculaire qui a fait les délices de la Hammer (The Viking Queen, 1966) et de la British Lion (The Wicker Man, 1973 - remake avec Nicolas Cage, 2006), dont nous nous sommes bien gardés de faire référence dans le dossier que nous avons consacré au désastre de la Forêt de Teutberg. - Retour texte

(6a) Les Fastes consulaires ignorent un Lentulus, consul sous Caligula. - Retour texte

(6b) Son exécution par Macron et un autre tribun prétorien n'est pas montrée; elle est évoquée dans la conversation. - Retour texte

(6c) En fait il y a ici télescopage de deux mythes : ce que nous voyons à l'écran est inspiré de Sémélé/Dionysos, sans que ceux-ci ne soient nommés. Au contraire, le discours de Caligula fait expressément référence à Métis, que Zeus avala, et à la naissance miraculeuse d'Athéna sortie toute armée de son crâne. - Retour texte

(7) Livia confessera ici, à l'idot Claude qu'elle juge inoffensif, être responsable des morts de Marcellus, Agrippa, Gaius, Lucius, Postumus et Auguste, mais non de Drusus, ni de Germanicus - encore que leurs idées républicaines l'auraient sans doute contrainte à réagir un jour ou l'autre. - Retour texte

(8) R. GRAVES, I Claudius, Penguin, n 318, 1964 - Chap. 30, p. 342 (trad. J.-Cl. Faur). - Retour texte

(9) R. GRAVES, op. cit. - Chap. 29, p. 330 (trad. J.-Cl. Faur). - Retour texte

(10) Selon un sondage Konso France paru dans France Soir, 18 août 1978. - Retour texte

(11) Juliette BOISRIVEAUD, Cosmopolitan, septembre 1978. - Retour texte

(12) Jean MAQUET, Télé 7 Jours, n 941, 10 juin 1978. - Retour texte

(13) L'édition originale des Mémoires d'Hadrien date de 1951; celle de Robert Graves lui est antérieure de 17 ans... - Retour texte

(14) Jean CHELINI, Le Méridional, 27 août 1978. - Retour texte

(15) Mme BARRELLE, dans Télé 7 Jours, n 951, 19 août 1978. - Retour texte

(16) Jean-Claude FAUR, L'historiographie de l'empereur Gaius (Caligula) dans ses représentations théâtrales et
figurées
, Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Provence, 1980-1981, pp. 122-124. Inédit. - Retour texte

(17) Josef von Sternberg précisera dans son livre, Souvenirs d'un montreur d'ombres, qu'il avait revu le manuscrit apporté par Alexandre Korda avec Carl Zuckmayer et Lester Cohen (op. cit., p. 187). - Retour texte

(18) Livia, selon J. CARY, Spectacular... - Retour texte

(19) Agrippine, selon H.G. WEINBERG, op. cit., p. 180. - Retour texte

(20) Raymond Massey, pressenti pour ce rôle, refusa de jouer avec Charles Laughton et fut remplacé par Ralph Richardson. - Retour texte

(21) H.G. WEINBERG, op. cit., pp. 41-42. - Retour texte

(22) H.G. WEINBERG, op. cit., p. 42. - Retour texte

(23) H.G. WEINBERG, op. cit., pp. 42-43. - Retour texte

(24) Même outrance dans le Cléopâtre de Mankiewicz (1963), où le forum romain sera reconstitué beaucoup plus grand qu'il n'était en réalité, afin de pouvoir y faire évoluer une plus grande masse de figurants, etc. - Retour texte

(25) H.G. WEINBERG, op. cit., p. 44 - à propos du documentaire B.B.C. - Retour texte

(26) «Il ferma les yeux et me raconta une fois de plus que son portrait de Rembrandt avait nécessité l'étude de l'italien. «Ecoutez, Charles, lui dis-je, Rembrandt n'était pas italien; pendant que vous y étiez, pourquoi n'avez-vous pas appris le flamand ?» Il répliqua qu'aucune langue des Pays-Bas n'aurait pu lui être de quelque secours» (VON STERNBERG, Souvenirs..., p. 190). - Retour texte

(27) VON STERNBERG, Souvenirs..., p. 200. - Retour texte

(28) Neveu du producteur Alexandre Korda. - Retour texte