courrier peplums

AVRIL 2005
(Page 2/2)

PAGE PRECEDENTE :

SUR CETTE PAGE

 

 

 
26 avril 2005
QUELQUE CHOSE DE MERVEILLEUX ARRIVERAIT, S'IL Y AVAIT UN FORUM...
Ivan Mitifiot écrit :
 
Avez vous pensé à développer votre site en proposant une partie forum de discussion ?
Le Péplum est souvent considéré comme un sous genre par toute une catégorie de la cinéphilie traditionnelle.
Les fans de péplums se sentent souvent isolés et n'ont que très peu d'occasion de parler de leur passion avec d'autres personnes.
Plusieurs sujets et catégories pourraient y être lancés comme "d'où vous vient votre passion", "vos films préférés", "votre catégorie préférée", "vos acteurs favoris", "vos collections", "les grands réalisateurs" etc.
Je suis conscient que cela demanderait un travail titanesque, digne des travaux d'Hercule.
C'est pourquoi, je tiens à vous faire savoir que dans cette éventualité, je serais très heureux de vous proposer ma collaboration, pour l'animation et la modération du forum.
 
 
RÉPONSE :
 

Tel que vous le présentez, cela me semble une idée magnifique.

L'ennui c'est que :
1) avant de créer mon propre site, je collaborais à un autre. Il y avait un espace de discussion en dessous de chaque article. Beaucoup d'Internautes très biens, compétents, érudits etc. y intervenaient. Puis sont venus les charognards qui ont tout salopé. Au nom de la liberté d'expression ou de vagues idéologies, les insultes et la scatologie, l'intolérance et le mépris ont défrayé. Vous n'avez pas idée du mal qu'ils ont fait;
2) il m'arrive de parcourir des forums de discussion. Qu'il s'agisse des forums calotins (à l'époque où je me penchais sur La Passion de Mel Gibson, j'ai trouvé un beau chiche-kebab d'autistes dans la sacristie !), politiques (j'ai sondé les dissentions gréco-albano-macédoniennes pour Alexandre) ou tout simplement DVD-cinéphiliques ("jai po émer set daube... mé crade bitte ait seksi. li missié tintin, li twai malin")... je suis consterné. Pour une ou deux interventions très bien, il y a une pléthore de logorrhée inconsistante. J'avoue que je m'y perds lorsque j'essaie d'en retracer le fil et que j'essaie de comprendre qui dit quoi et à qui.

Remarquez, le niveau intellectuel était un peu plus relevé s'agissant de la Table Ronde - lorsque je planchais sur Le Roi Arthur. N'y venaient que des gens motivés, attirés par les jeux de rôles. Mais comment trier le bon grain de l'ivraie ?

Je fais bon accueil à qui m'écrit, comme vous le faites, et essaie de répondre aux questions qui me sont posées. Le jour même, en général, et à chaud. Et souvent je réécris pour un complément d'information, ma documentation consultée. La mise en ligne prend un peu plus de temps, car souvent j'essaie de mettre l'une ou l'autre photo (notez que... j'en aurai rarement un «merci»).

 
 
 
Ivan Mitifiot réécrit :
 

Votre site est absolument parfait tel qu'il est. Non seulement, il est passionnant pour qui veut récolter des informations et se documenter, mais en plus, il a un vrai ton.

Je pense qu'un espace de partage et d'échange ne pourrait que l'ouvrir à un plus grand public et lui donner un aspect fédérateur.
Ceci dit, vous avez tout à fait raison de vous inquiéter de la bonne tenue d'un forum.

C'est pourquoi je vous propose ma collaboration pour animer le forum, mais aussi recadrer les messages dans leur contexte original, et modérer les propos injurieux ou hors sujet.

Votre site me passionne, je n'ai pas de formation d'historien, mais une grande culture cinématographique.
J'ai réussi à allier mon amour du cinéma et mon respect pour le public en m'occupant bénévolement d'un cinéma d'art et d'essai. C'est la même volonté de faire vivre un lieu de culture au sein de la cité, qui me pousse à vouloir échanger, et partager des informations avec des passionnés de péplums.

 
 
RÉPONSE :
 
Qu'en pensent nos visiteurs ?
 
 
 
28 Avril 2005
LA GUERRE DE TROIE DANS LA PETITE LUCARNE,
OU Y A-T-IL UN ÉPISODE-TV ÉGARÉ DANS LA SALLE ?
Samuel Encoignard écrit :
 

Depuis tout gamin je suis passionné de mythologie grecque et affectionne tout particulièrement les récits concernant l'Iliade et l'Odyssée.
Je possède pas mal de films sur ces sujets (Hélène de Troie de Robert Wise, 1955; Hélène de Troie, 2003; La colère d'Achille, 1962; Troie de Petersen; L'Odyssée avec Armand Assante; La Guerre de Troie avec Steeve Reeves, etc.
Je viens d'acheter Ulysse (avec Kirk Douglas) et, en séléctionnant les bonus, je suis tombé sur "L'Iliade et l'Odyssée au cinéma"
dans cette rubrique, il y a deux films (entre une dizaine d'autres) dont je vous donne les références.

1. The Iliad, EU, 1955. William Spier Productions, épisode de la série télévisée «Omnibus» (première diffusion sur NBC le 3 avril 1955).
2. The Fall of Troy (1184 BC), EU, 1953. Réalisé par Sidney Lumet, épisode de la série télévisée «You Are There» (première diffusion sur CBS le 20 janvier 1953).

Je vous écrit donc pour savoir si ces films existent toujours en France ou aux Etats-Unis (ou ailleur) et par quel moyen serait-il possible de se les procurer en DVD ou VHS (qu'ils existent ou qu'ils n'existent plus car je pense qu'il doit bien y rester des traces quelque part).
En espérant que vous puissiez donner satisfaction à ma demande je vous en remercie par avance et vous souhaite bon courage (tout en escomptant une réponse rapide de votre part).

 
 
RÉPONSE :
 

J'ai entendu parler de ces deux téléfilms, du reste cités dans ma filmo, mais à ma connaissance ces séries TV américaines n'ont jamais fait l'objet d'une édition VHS ou DVD. Cela dit, je n'ai jamais spécialement foré la question des éditions VHS ou DVD de ces séries TV semi-documentaires. Tout est fonction de l'intérêt de la chose. Si aucun éditeur n'y trouve l'espérance de ventes suffisantes... Ne nous attendons pas non plus à des merveilles de la part de séries TV de ces chères années '50, qui n'intéressent plus guère que des nostalgiques, dont nous sommes.

 
 
 
28 avril 2005
BLACK IS BLACK. L'EGYPTE DES PHARAONS, OU L'HISTOIRE VOLÉE
Mubiala Nsilim écrit :
 

Bravo [pour le site], mais... petite précision. Je suis bien content de voir des gens défendre leur histoire, mais il ne faut pas pour cela déformer celle des autres. Effectivement, certains Berbères - ceux du nord - sont Blancs, mais d'autres sont Noirs ou mulâtres. «Berbère» ne désigne en aucun cas une ethnie et encore moins une race. Ce sont des personnes qui partagent une langue et des coutumes «communes».
Il est vrai que certains films «historiques» sont choquants par leur déformation de l'Histoire.
Si Hannibal est blanc, il serait regrettable que ce personnage soit joué par un Noir. Par ailleurs, dire que les Noirs sont en quête de héros est une ineptie...

Il ne faut pas oublier que les anciens Egyptiens étaient des négro-africains, comme les paysans égyptiens actuels (1).
Vous produisez dans un article, une photo de Lybiens d'après des représentations égyptiennes, il serait bon de montrer l'entièreté de cette représentation qui montre des Egyptiens noirs, comparables aux Soudanais aussi représentés.
Mais bon, cela n'est évidemment jamais mis en avant dans les sites d'égyptologie ni dans les livres d'histoire...

Mais le plus scandaleux réside bien dans des films tel que Le prince d'Egypte ou Les Dix Commandements qui parlent d'une histoire que tout le monde connaît, celle de Moïse.
Dans la Bible, il est clairement dit que les Egyptiens comme les Soudanais sont issus du fils noir de Noé, Cham. Et la femme de Moïse est une Koushite (Soudanaise). Donc tous les grands personnages tel que Ramsès, Akhénaton... devraient être interprétés par des acteurs noirs.
Les Noirs, dans l'Antiquité, ont marqué leur présence en Europe et dans d'autres continents. La «tête de maure» comme il a été dit dans un texte [dans le courrier du site, N.d.M.E.], est le résultat de cette présence nègre
(2). N'oubliez pas les statues nègres des Olmèques, en Amérique... le peuple dravidien en Inde, constructeur de temples... etc.
Eh oui ! L'histoire des peuples actuellement méprisés est falsifiée - malheureusement pour certains...
C'est pour cela qu'il faut crier haut et fort la vérité et revendiquer ce qui nous revient.

 
 
RÉPONSE :
 

Merci pour ces précisions, cela fait toujours plaisir de voir les visiteurs réagir et déposer un message relatif au contenu du site, susciter un débat peut-être ?
Bien évidemment, je ne souhaite pas entrer dans une polémique raciale ou raciste Blancs-Noirs qui n'est pas l'objet de ce site dévoué au cinéma historique, d'autant que je suis comme vous convaincu de l'inanité de ce genre de théorie. Qui est supérieur à qui, ou le contraire ? Les couleurs et les morphologies se croisent, se mélangent au fil des siècles.

Les Noirs en quête d'un héros
Le précédent visiteur, Lunis, a en effet écrit - à propos d'un Hannibal qu'aurait dû incarner à l'écran l'acteur noir américain Denzel Washington (Glory) - que les Noirs sont «en quête d'un héros». On ne saurait nier, en effet que le cinéma hollywoodien a, ces dernières décennies, fait un large accueil aux gens de couleur (Shaft, Cleopatra Jones etc. dans les années soixante-dix, par exemple) en vertu du «politiquement correct» ou de ce qu'il faut bien appeler une «discrimination positive» (3).

Reste que l'historiographie cinématographique ne nous a pas laissé admirer beaucoup de grands héros noirs, hormis Martin Luther King et Shaka Zoulou, du moins à ce qu'il me semble.

Alors, l'idée de voir celui qui faillit abattre la puissance de Rome - à l'écran, souvent assimilée au pouvoir totalitaire nazi (cf. les nombreux films sur les persécutions des premiers chrétiens ou sur Spartacus), autre cliché idiot soit dit en passant - l'idée, donc, de voir celui qui faillit abattre la puissance de Rome incarné par un acteur noir, a fait sortir de ses gonds ce visiteur Berbère blanc, lui-même brimé en tant que minorité culturelle (j'hésite... j'ai bien envie d'écrire «majorité», s'agissant du Maghreb) par la politique d'arabisation/islamisation. Bien sûr qu'Hannibal était Blanc, c'était un Sémite, un Phénicien... Mais un Alfred Rosenberg aurait sans doute dit que les Sémites étaient un croisement de Blancs et de Nègres (comme l'écrit textuellement un de ses précurseurs, l'ésotériste Edouard Schuré dans ses Grands Initiés...). Bof, je me méfie un peu de ces textes «révélés», qu'il s'agisse d'écrits théosophiques ou de la Bible. On admet, d'après cette dernière, que la postérité de Cham sont les Noirs; mais est-ce que cette lecture concorde réellement avec la pensée du rédacteur de la Genèse ? Raisonnait-il en terme de couleur de peau/de «race», ou d'aire géographique ? Et d'abord, qu'en savait-il le cher homme ! Etait-il anthropologue ? Je n'ignore pas que Moïse eut une femme du Pays de Koush, et que les Ethiopiens (Abyssins) se flattent d'en être les descendants... mais c'est encore un autre problème (4) (comme vous ne l'ignorez pas, les Ethiopiens appartiennent à un type intermédiaire entre Noirs et Blancs : si leur peau est sombre, leurs cheveux ne sont pas crépus et leur visage est de type européen (5). Type intermédiaire ou croisement ?).

Les Egyptiens... africains noirs
Suite à votre courrier, j'ai été pêcher dans ma bibliothèque quelques ouvrages sur l'Egypte ancienne et scruté les photos de fresques et de statues... Les couleurs n'ont pas grande valeur, les mâles ont les chairs plus foncées que les femelles; à cause du soleil - ils vivent dehors quasi nus - ou pour connoter leur force virile ? Leurs femmes ont les chairs plus claires. Chez certains peuples, la différence de couleur de peau peut aussi différencier l'aristocratie qui vit à l'ombre, de la populace obligée de travailler dehors... J'ai donc essayé d'imaginer que les visages de ces statues auraient pu avoir la couleur du pain brûlé; dans certains cas c'est troublant (nez épaté, bouche lippue), dans d'autres c'est moins évident (nez, lèvres minces - mais les Ethiopiens actuels, comme je viens de le rappeler, partagent ces caractéristiques). Oh je ne conteste pas que la population du Nil a reçu un apport négro-africain, et même, à une époque tardive, des Pharaons nubiens comme Taharqa (XXVe Dyn. - 1ère moitié du VIIe s.). Mais de là à imaginer que Ramsès et Akhénaton eussent été des Noirs pur jus... je ne sais pas. Je suis sceptique, bien évidemment. Mais vous soulevez une question intéressante ! Qu'en pensent les Egyptologues ? On devrait pouvoir tirer des conclusions à partir des groupes sanguins des momies de Ramsès II et de Toutankhamon (à défaut de disposer de celle d'Akhénaton).

reine tyi

La reine Tyi, mère d’Akhénaton

toutankhamon

Akhénaton, Noir ? Je me tâte... Mais c'est vrai qu'il a le nez épaté, à la différence de son beau-fils et successeur Toutankhamon (parmi les documents iconographiques qui illustrent votre e-mail, celui où le masque en or de Toutankhamon, avec l'arrête du nez mince et bien dessinée, est comparé à un visage négroïde ne me convainc pas du tout). Je ne m'étais jamais posé la question : pour moi les Egyptiens antiques étaient des Blancs, cousins des autres ethnies de la Méditerranée méridionale, même s'il faut tenir compte d'un fort apport négro-africain venu du Sud subsaharien. La tête de la reine Tyi, mère d'Akhénaton est, par contre, assez saisissante. Je ne prétends pas être un spécialiste de l'Egypte, mais le document où l'on voit alternés des Blancs (un Lybien et un Sémite) et des Noirs ne représente pas des Egyptiens, mais des étrangers comme le prouve leurs costumes bariolés. D'où proviennent ces bas-reliefs et de quel ouvrage les avez-vous tirés ?

egypte 1

egypte 2

Il est vrai - pour en revenir à Akhénaton - que l'iconographie amarnienne laisse voir des particularités physiques (lèvres épaisses, nez) différentes de ce que produit d'habitude l'art égyptien. Mais des gens plus compétents que moi se sont interrogés sur le physique particulier d'Akhénaton, son sexe (n'est-on pas allé jusqu'à le voir hermaphrodite ?), ses maladies... Récemment encore j'ai vu un entrefilet sur son successeur Toutankhamon, dont - certes - on possède la momie, mais dont le sexe ne serait peut être pas celui que l'on croit. Je préfère rester prudent dans ce genre de spéculations sensationnelles.

Civilisations perdues
Je n'aurais jamais imaginé que les Olmèques étaient des Noirs. Je vois bien le visage au nez épaté... mais celui-ci est-il propre aux négroïdes; ne le retrouve-ton pas dans la plupart des races asiatiques... ?
Vous semblez sous-entendre que les monuments colossaux de la Vallée du Nil seraient l'oeuvre d'un peuple négro-africain, est-ce bien cela ? L'exemple serait unique en Afrique. Il y a bien Zimbabwé et les autres sites apparentés... mais ils sont tardifs - XIVe s. de n.E. - ce qui semble exclure tout lien avec l'Egypte pharaonique, avec laquelle du reste - au niveau de l'ampleur des réalisations -, je ne vois pas de comparaison possible...

Toutes ces questions sont, bien évidemment, troublantes et n'ont pas manqué d'exciter l'imagination... des romanciers (H. Rider Haggard, Edgar Rice Burroughs). Il appartiendra aux archéologues de dégager les faits. Après tout, après avoir si longtemps prétendu que Zimbabwé avait été les Mines du Roi Salomon, bâtie les Phéniciens voici près de 3.000 ans (enjeu politique de taille assorti de fondamentalisme biblique, s'agissant de montrer l'antériorité de la présence blanche en Rhodésie du Sud), on a bien fini par admettre qu'elle était l'oeuvre des Shonas (Bantous).


 

NOTES :

(1) Ah bon ? [N.d.M.E.] - Retour texte

(2) Sans remonter à la présence de cavaliers et d'infanterie légère numides dans l'armée de Jules César lors de la conquête de la Gaule, j'aurais cru plutôt à l'invasion islamo-berbère du sud de la France, au VIIIe s. de n.E. [N.d.M.E.]. - Retour texte

(3) Autrefois, dans le cinéma américain (et les autres)... les Noirs étaient cantonnés dans les rôles de comparses ou de serviteurs. Ca me fait un peu songer à ce qu'écrit quelque part un intervenant du beau dossier «Cinéma et Judéité» (CinémAction, n 37, février 1986), citant notamment la fameuse boutade d'Harry Cohn, à propos des acteurs ou des personnages juifs à l'écran, qui ne pouvaient y tenir que des rôles de gangster ou de Peaux-Rouges - ceci en dépit du fait qu'à Hollywood nombre de producteurs et réalisateurs étaient de confession israélite. Il fallait bien suivre les goûts du public. Après la Seconde Guerre mondiale, le Motion Picture Project, combattit victorieusement ce préjugé. - Retour texte

(4) Moïse est revendiqué comme l'ancêtre de Ethiopiens chrétiens... ou juifs (les Falachas). - Retour texte

(5) Cf. Henri-V. VALLOIS, Les races humaines (1944), Que-sais-je ?, n 146, pp. 53 sqq. (éd. 1960). - Retour texte